5 exemples réussis de “journalisme à la petite cuillère”

Le garçon à la petite cuillère, image extraite du film “Matrix”

Parfois, les lecteurs sont un peu comme des bébés : si vous leur présentez votre bouillie dans un bol, ils vont faire “pfff… » et peut-être même vous le balancer à la figure.

Mais si vous convoyez leur pitance par petites doses à l’aide d’une petite cuillère, vous verrez qu’ils finiront par la manger en entier sans regimber.

Le « journalisme à la petite cuillère », c’est une tendance que j’ai vu se dessiner récemment — je vois passer beaucoup de nouveaux formats éditoriaux, et j’en conçois moi-même à l’occasion.

Elle est en train d’enterrer la mode du longform : c’est désormais découpée en petites bouchées qu’on propose l’information aux internautes. J’ai choisi cinq exemples réussis de ce phénomène, mais vous en avez sûrement d’autres en tête, et aurez j’espère à cœur de les partager dans les commentaires.

1. Le diaporama bad ass aux légendes ultracourtes

Capture d’écran d’un diaporama Look At This de la NPR
  • Taille de la cuillère. 130 signes environ pour chaque texte
  • Nombre de cuillerées. 66 en tout
  • Taille du bol. A la louche, plus de 8 000 signes

Avec ses Look At This, la NPR propose un format visuel très efficace, que Le Temps a aussi adopté : des photos plein écran, une navigation ultra basique à la souris ou au clavier, et surtout des textes très courts.

Particularité : pour occuper toute la largeur et toute la hauteur d’un écran quelque soit sa taille, les photos publiées sont forcément recadrées. Sur un ordinateur, on coupe un peu sur les bords ; sur un mobile, on n’affiche qu’une portion congrue de la photo.

Une photo du diaporama, telle qu'elle apparaît sur un écran d'iPhone 6 et sur un macBook.
Une photo du diaporama, telle qu’elle apparaît sur un iPhone 6 et sur un MacBook 13 pouces.

On imagine que l’équipe Visuals Team du réseau américain de radios publiques s’est efforcée de sélectionner des photos adaptées, avec le sujet principal de l’image bien calé au centre.

Cette pratique un peu acrobatique a de quoi faire s’étrangler les puristes du photoreportage. Elle a l’intérêt de renforcer l’impact visuel du contenu publié, surtout sur un smartphone — support sur lequel les médias en ligne publient le plus souvent des photos au format paysage, de ce fait affichées en taille réduite.

2. Le serious game dont vous êtes le héros

Capture d’écran du jeu “Scénario(s)”
  • Taille de la cuillère. 290 signes en moyenne pour chaque écran
  • Nombre de cuillerées. 757 (pour tous les choix)
  • Taille du bol. Plus de 215 000 signes

Avec Scénario(s), qui lui a valu le Prix de l’innovation en journalisme, Marie Turcan  propose de se plonger dans le monde des scénaristes de télévision et de cinéma, ses producteurs libidineux et ses écrivains en galère de thune. Le lecteur incarne un scénariste débutant et doit faire, à chaque étape, le choix entre plusieurs options.

L’entrée en matière et la prise en main sont très simples, et c’est sans doute ce qui fait l’intérêt de ce type de formats : le lecteur commence à les explorer sans prendre vraiment conscience de leur longueur totale ; après une ou deux minutes, il va poursuivre la lecture pour avoir la satisfaction d’avoir accompli une tâche jusqu’au bout.

(J’imagine qu’il y a un phénomène neurologique à l’œuvre, une glande qui s’active quelque part entre le thalamus et le cortex – si jamais vous êtes un spécialiste de la chose, pensez à laisser un commentaire.)

3. Le réseau de personnes exposé maillon par maillon

Capture d’écran de la dataviz “Un an de connexions terrosites”
  • Taille de la cuillère. 350 signes environ pour chaque texte
  • Nombre de cuillerées. 17 en tout
  • Taille du bol. Près de 6 000 signes

Pour montrer les liens entre les diverses équipes terroristes qui ont sévi en France l’an dernier, Libération a choisi de dévoiler morceau par morceau le réseau de djihadistes que ses journalistes sont parvenus à reconstituer.

C’est un choix malin, en partie contre-intuitif : on aurait envie de montrer dès le chargement de la page le réseau entier, parce que c’est le résultat d’un travail qu’on imagine long et minutieux. Mais le risque serait alors de décourager le lecteur avec une infographie trop dense et trop complexe.

Cet exemple montre aussi qu’on n’est pas forcé d’adopter un format austère quand le sujet l’est : on peut faire le choix du visuel et de l”« expérientiel » pour traiter la complexité.

4. Le décryptage d’un geste sportif mouvement par mouvement

Capture d’écran d’un écran d’intro de la rubrique The Fine Line, du New York Times
  • Taille de la cuillère. 80 signes environ pour chaque texte
  • Nombre de cuillerées. 22, pour une quarantaine d’étapes
  • Taille du bol.  Pas plus de 2 000 signes

Ce serait du foot, on parlerait de « football total ». La série d’infographies The Fine Line, préparée par le New York Times pour les JO de Rio, pourrait faire mourir d’envie tous ceux qui travaillent sur ce type de nouvelles écritures.

Images, vidéos, schémas, interactions, transitions, design, ergonomie… : le résultat est beau, intelligent et réglé comme du papier à musique,  le tout avec même pas 2 000 signes de texte !

Venant d’un journal qu’on surnommait The Gray Lady (« la dame en gris ») pour l’austérité de ses pages, l’évolution est spectaculaire. D’autant qu’en 2012, c’est au contraire un (très) long format,  Snow Fall, qui avait fait remarquer le New York Times sur le web.

5. Le quiz intelligent qui montre comment nous percevons mal notre réalité

Capture d’écran du quiz “How well do you know your country ?”, du Guardian
  • Taille de la cuillère. 300 à 350 signes par question/réponse
  • Nombre de cuillerées. 11 en tout
  • Taille du bol.  3 700 signes à tout casser

C’est un autre de mes coups de cœur : le quiz  « How well do you know your country ? » (« Connaissez-vous bien votre pays ? ») proposé par le Guardian pose à l’internaute une série de questions pièges, dont la réponse est toujours un pourcentage.

Par exemple : quelle est la part des habitants de la France qui n’est pas née en France ? Le résultat sélectionné par l’internaute est comparé à deux autres valeurs :

  • la réalité,
  • les réponses recueillies par Ipsos dans un sondage mené dans 33 pays.

A chaque étape, un court texte tire les leçons de  l’expérience. Le tout est très efficace pour montrer à quel point notre vision de la réalité statistique peut être déformée.

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

Un peu d'inspiration !

Depuis 2014, j'accompagne des médias dans leurs projets et je mène mes propres expériences. Retrouvez les réalisations dont je suis le plus fier dans un portfolio qui vous donnera envie d'innover !

On en discute ?

  • Sophie Gindensperger

    Hello,

    je pense que le reportage feuilletonné et illustré sur Instagram de Reveal peut s’y raccrocher https://www.instagram.com/revealnews/

    (Personnellement, j’aime beaucoup, ainsi que le choix de mettre des illustrations sur une plate-forme traditionnellement très photo, qui donne un relief immédiat à leurs images)

    Sophie