« Vos lecteurs ne vous demanderont pas des vidéos de chat ou de bébé »

« Les gens ne seront prêts à faire confiance dans les médias que s’ils se sentent écou­tés par eux. » Cette phrase de Jen­ni­fer Bran­del, qui a fon­dé l’agence Hear­ken pour aider les médias à recréer du lien avec leur audience, résume bien l’un des débats qui m’ont le plus mar­qué du der­nier Fes­ti­val de jour­na­lisme de Pérouse, début avril.

Il faut dire que le sujet est cher à mon cœur, je l’ai d’ailleurs déve­lop­pé dans un talk don­né à TEDx Cler­mont.

Pour Aron Pil­ho­fer, ancien du Guar­dian et du New York Times – l’un des experts les plus plai­sants à suivre sur ces sujets –, dis­po­ser d’une carte de presse ne suf­fit plus à obte­nir la confiance de son public. Le jour­na­liste n’a pas l’équivalent d’une étoile de shé­rif qu’il lui suf­fi­rait de bran­dir pour asseoir son auto­ri­té.

Et quand une socié­té perd confiance dans ses jour­na­listes, la place est libre pour toute la pro­pa­gande et la dés­in­for­ma­tion du monde.

« Ressembler à une personne normale »

La bonne nou­velle,  c’est que ça marche aus­si dans l’autre sens : un pro­jet édi­to­rial qui cherche avant tout à tis­ser ce lien si fra­gile entre un média et son public a de bonnes chances de réus­sir, quelque soit son modèle éco­no­mique.

Pour Bran­del, le jour­na­liste doit accep­ter de des­cendre de son pié­des­tal, et ne plus intro­duire une dis­tance jour­na­lis­tique arti­fi­cielle avec son lec­teur, mais « res­sem­bler à une per­sonne nor­male ».

(A ce sujet, j’ai tou­jours un petit rica­ne­ment inté­rieur quand je lis de jeunes jour­na­listes se dra­per dans le mal-nom­mé « nous de modes­tie » quand ils s’adressent à leur lec­teur au sein d’un article, avec des for­mules pom­peuses du type » à l’heure où nous écri­vons ces lignes » ou « l’intéressé n’a pas don­né suite à nos demandes d’interview ».

On est en 2017, mec, je te vois publier des pho­tos de cha­tons toute la jour­née sur Twit­ter, je penses que tu peux par­ler nor­mal, Beuve-Méry s’en remet­tra.)

Pil­ho­fer a aus­si pris l’exemple de John Tem­plon, jour­na­liste à Buzz­feed UK. L’homme est à l’origine de l’un des plus belles enquêtes de l’histoire du data­jour­na­lisme, The Ten­nis Racket,  qui révèle com­ment des matchs de ten­nis étaient tru­qués au béné­fice de parieurs en ligne. Mais il n’hésite pas à se mettre en scène dans un making of dro­la­tique.

Ver­ra-t-on bien­tôt Fabrice Arfi en short et un bal­lon au pied pour racon­ter les cou­lisses des Foot­ball Leaks sur Media­part ? Le défi est lan­cé !

Un très bon « retour sur investissement »

Tou­jours selon Bran­del, c’est ain­si un autre jour­na­lisme qui est en train de s’inventer, notam­ment en presse locale. Il place le lec­teur au cœur de la machine à fabri­quer de l’info, et pas seule­ment au bout de la chaîne.

En France, on pense aux expé­riences de Nice-Matin en matière de « jour­na­lisme de solu­tions” – dont les résul­tats semblent très encou­ra­geants.

Ce n’est pas une démarche de doux rêveur, déta­chée des réa­li­tés éco­no­miques du sec­teur ; selon elle, ces méthodes ont « un très bon retour sur inves­tis­se­ment » :

« Si vous deman­dez à vos lec­teurs quels sont les sujets qui les inté­ressent, je vous assure qu’ils ne vous deman­de­ront pas des vidéos de chats ou de bébés, mais qu’ils vous pose­ront de bonnes ques­tions. Et vous sau­rez que le conte­nu qui y répon­dra sera lu. »

Pour Pil­ho­fer, l’enjeu est aus­si de construire des indi­ca­teurs de per­for­mance inté­grant cette nou­velle prio­ri­té,  plu­tôt que de gar­der le nez col­lé au comp­teur à pages vues.

Ain­si, Vox demande à son lec­teur, en bas de chaque article, s’il a trou­vé ce der­nier « utile » – un peu comme un site de e-com­merce vous demande après un achat si vous êtes satis­fait du ser­vice ren­du.

(Pour ceux que cette piste inté­resse, je recom­mande le tra­vail de recherche de Fré­dé­ric Filloux, actuel­le­ment en rési­dence à Stan­ford, sur les façons de mesu­rer la qua­li­té de l’info – il revient régu­liè­re­ment sur ses décou­vertes dans sa Mon­day Note.)

Des réflexes du métier à remettre en cause

Mais adop­ter ce nou­veaux para­digme implique aus­si de remettre en cause des réflexes du métier trop bien ancrés, que Pil­ho­fer énu­mère :

  • Ne plus cher­cher à tout prix à sor­tir une info à avec trois minutes d’avance sur ses concur­rents, au risque de négli­ger la véri­fi­ca­tion ou l’analyse. A l’ère de Twit­ter, votre brea­king news sera dis­po­nible un peu par­tout au bout de quelques secondes, et le lec­teur 1) sera bien inca­pable de savoir que vous en êtes à l’origine 2) n’en a de toute manière pas grand chose à faire.
  • Pré­sen­ter les infor­ma­tions avec le même soin qu’on les pré­pare, au lieu de bar­der ses pages de publi­ci­tés intru­sives ou conte­nus spon­so­ri­sés indi­gents – comme ces pou­belles de l’info que sont les modules Liga­tus ou Out­brain, qu’on croise pour­tant un peu par­tout sur les sites d’actu.
  • Pré­sen­ter chaque auteur en expli­quant en quoi il est digne de confiance. Ain­si The Wire­Cut­ter ajoute à cha­cun de ces tests conso un enca­dré « Pour­quoi nous faire confiance » – même s’il s’agit de simples para­pluies.
  • Etre plus trans­pa­rent sur le tra­vail en cou­lisses : le New York Times a ain­si choi­si de publier la retrans­crip­tion inté­grale de son entre­tien avec Donald Trump, pour ne pas pas être accu­sé d’avoir mani­pu­lé ou tra­hi ses pro­pos. Même sou­ci chez Media­part, avec les « boîtes noires » pro­po­sées en fin d’article.

On voit bien le fil conduc­teur : à chaque fois, il s’agit de se mettre dans la peau du lec­teur pour com­prendre ce qu’il va appré­cier et ce qui va le faire fuir.

L’empathie au cœur des nouvelles méthodologies

Même déno­mi­na­teur com­mun quand il s’agit de s’engager dans un nou­veau pro­jet enfin : l’empathie est au cœur des métho­do­lo­gies modernes – en Desi­gn Thin­king, c’est la pre­mière étape du pro­ces­sus d’innovation, avant de com­men­cer à phos­pho­rer quoi que ce soit.

L’empathie se construit grâce à des ques­tion­naires uti­li­sa­teurs (Libé­ra­tion inter­roge en ce moment les uti­li­sa­teurs, mais Arrêt sur images ou Cour­rier inter­na­tio­nal sont aus­si pas­sés par là), des entre­tiens avec des lec­teurs et bien sûr le test répé­té des nou­veaux pro­duits ou fonc­tion­na­li­tés

La prio­ri­té à l”»expérience uti­li­sa­teur » (UX), prin­cipe qui a si bien réus­si aux géants du Web, fait ain­si len­te­ment son che­min dans les médias.

Je suis pre­neur d’autres expé­riences et avis sur ce sujet, n’hésitez pas à réagir dans les com­men­taires.

Hé, ce texte fait par­tie d’une série de notes consa­crée au « jour­na­lisme en empa­thie » ! Voi­ci le menu com­plet :

Puisque vous passez par là…

J’ai besoin de votre aide : je m’intéresse à la mesure d’audience des médias en ligne (dans Google Analytics, sur Facebook, sur Twitter…) et à ce que les journalistes en font. En participant à ma petite enquête sur le sujet, vous m’aiderez à concevoir de nouveaux services intéressants.

On en discute ?