« Merci de supprimer l’article me concernant » : le journaliste face à la fragilité de ses sources

Des enfants dans un centre pour réfu­giés à Athènes (Mar­tin Leve­neur/­Fli­ckr/CC-BY-ND)

La scène se passe en juin 2016, à Les­bos, en Grèce. Le jour­na­liste Marc Her­man est en train d’interroger Zozan Qera­ni sur son par­cours jusqu’au camp de réfu­giés ins­tal­lé sur l’île, et toutes les épreuves qu’elle a du tra­ver­ser.

Sou­dain, la jeune Kurde yazi­di s’effondre, le corps pris de convul­sions. En dis­cu­tant avec les méde­cins pré­sents, Her­man com­prend que c’est le fait même de devoir racon­ter son his­toire une nou­velle fois qui a déclen­ché cette crise.

Le cofon­da­teur de l’agence Deca a racon­té dans un témoi­gnage les inter­ro­ga­tions éthiques que cet épi­sode a sus­ci­tées en lui. « Près de 50% des réfu­giés souffrent de troubles psy­cho­lo­giques, qu’il s’agisse d’anxiété, de dépres­sion, ou de stress post-trau­ma­tiques, détaillait-il dans un panel du fes­ti­val de jour­na­lisme de Pérouse, début avril. Est-ce qu’on doit les inter­vie­wer comme si de rien n’était ?»

Si ça saigne, ça doit faire la une !

Pour Marc Her­man, l’empathie avec son sujet est aus­si pas­sée par le choix des pho­tos accom­pa­gnant son texte. Le pho­to­graphe qui l’accompagnait n’a pas pris d’images de Zozan Qera­ni en train de convul­ser par terre, mais après la crise, debout dans les bras de son com­pa­gnon ou allon­gée sur un lit de camp.

On peut aus­si avoir cet impé­ra­tif en tête au moment de rédi­ger un article ou de choi­sir son titre. En refu­sant, par exemple, de com­men­cer un texte par la scène la plus vio­lente ou la plus dure, comme le veut la règle « if it bleeds, it leads » («si ça saigne, il faut le mettre en une»).

Déve­lop­per un rap­port plus res­pec­tueux et plus humain avec les femmes et les hommes qui font, sou­vent à leurs dépens, l’actualité : voi­là une autre piste de réflexion pour le « jour­na­lisme en empa­thie », une idée que je déve­loppe dans une série de notes sur ce site depuis quelques semaines.

Protéger ses sources, c’est aussi se soucier de leur état d’esprit une fois l’article paru

Je n’ai jamais été grand repor­ter et je n’ai jamais été confron­té per­son­nel­le­ment à des situa­tions humaines aus­si dif­fi­ciles.

Mais j’ai remar­qué qu’on abor­dait la ques­tion de la pro­tec­tion des sources davan­tage par un prisme juri­dique («la per­sonne que j’ai inter­ro­gée risque-t-elle des pour­suites judi­ciaires à cause de son témoi­gnage ?») ou pro­fes­sion­nel («va-t-elle perdre son emploi ?») que sur le plan de son bien-être émo­tion­nel ou psy­cho­lo­gique («com­ment vit-elle le fait de voir son his­toire mise sur la place publique ?»).

Pen­dant les sept années que j’ai pas­sées à Rue89, j’ai aus­si vu com­bien la situa­tion des témoins avait chan­gé avec la mon­tée en puis­sance des sites d’info.

C’était une chose de racon­ter sa vie à un jour­na­liste au début des années 90, et de voir son récit impri­mé à un nombre limi­té d’exemplaires, acces­sibles uni­que­ment au lec­to­rat du titre concer­né.

C’en est une autre, com­plè­te­ment dif­fé­rente, de se dévoi­ler aujourd’hui, sachant que ses confi­dences seront acces­sibles à tous, en quelques clics et pro­ba­ble­ment pour l’éternité.

« Je ne suis plus la personne qui vous a raconté ça il y a cinq ans »

Rue89 pra­tique le « jour­na­lisme par­ti­ci­pa­tif », et tente d’associer au maxi­mum les lec­teurs à la pro­duc­tion d’information. Sur ses bases, il était cou­rant qu’une per­sonne écrive à la rédac­tion pour racon­ter ce qui lui est arri­vé, sou­hai­tant prendre à témoin le reste du monde.

Un jour­na­liste entrait alors en contact avec elle pour pré­pa­rer un texte, sou­vent écrit à la pre­mière per­sonne, par­fois « ano­ny­mi­sé » et relu avant paru­tion si néces­saire. Tout se passe donc avec son com­plet accord et sa totale col­la­bo­ra­tion.

Mal­gré ces pré­cau­tions, il n’était pas rare que la même per­sonne contacte la rédac­tion pour récla­mer la sup­pres­sion du conte­nu concer­né. Ces demandes pou­vaient arri­ver en pleine panique, quelques heures  à peine après la publi­ca­tion. Ou bien des années plus tard et accom­pa­gnées de menaces judi­ciaires.

L’info doit-elle primer sur l’humain ? Vous avez quatre heures…

Les rai­sons avan­cées ? Les com­men­taires, qu’on res­sent très vio­lem­ment quand on est leur sujet prin­ci­pal. Les réac­tions de l’entourage. Les résul­tats de recherches Google sur son nom, où se retrouve lis­té le conte­nu concer­né.

Cer­tains jus­ti­fiaient leur demande par le droit à l’oubli : « je vous ai racon­té ça quand j’avais 18 ans, mais j’en ai 22 et je ne suis plus la même per­sonne, pour­quoi devrais-je subir les consé­quence de ce choix jusqu’à ma mort ?»

Que doit faire le jour­na­liste quand ça arrive ? Accep­ter la demande, et sup­pri­mer un article qui a pu avoir un impact impor­tant, sacri­fiant au pas­sage un mor­ceau de ses propres archives et pre­nant le risque d’être accu­sé de cen­sure ou de mani­pu­la­tion ?

Ou refu­ser, pour pré­ser­ver l’intégrité du tra­vail jour­na­lis­tique réa­li­sé, quitte à lais­ser sa source seule avec sa souf­france ? C’était ma posi­tion dans le pas­sé : après tout, un jour­na­liste n’est pas un tra­vailleur social ou un psy, et c’est l’info qui prime avant tout, coco.

Je pense aujourd’hui qu’une telle intran­si­geance est impos­sible, sur­tout si on sou­haite réta­blir un lien de confiance entre les médias et leur public. D’autant que des com­pro­mis sont pos­sibles, comme l”»anonymisation » a pos­te­rio­ri d’un texte, le retrait de cer­tains détails, l’ajout d’une mise à jour ou d’un enca­dré – il est d’ailleurs arri­vé qu’on fasse ce choix à Rue89.

Mais je doute qu’il existe une réponse unique à cette ques­tion, et suis curieux de connaitre les vôtres dans les com­men­taires.

Des récits sur la crise des réfugiés qui ajoutent « du bruit au bruit »

Faire preuve d’une plus grande empa­thie avec ses sources n’a cepen­dant pas que des incon­vé­nients. C’est aus­si de se don­ner une chance d’obtenir un récit plus à même de tou­cher plus effi­ca­ce­ment le public.

C’est ce que l’expérience a appris à la jour­na­liste indé­pen­dante Marian­ge­la Paone, qui s’exprimait elle aus­si à Pérouse. Selon elle, la crise des réfu­giés a géné­ré un volume d’articles et de vidéos sans doute sans pré­cé­dent dans l’ensemble de l’Europe. Mais elle doute que ces récits aient, pour la plu­part, réus­si autre chose que « d’ajouter du bruit au bruit » :

« Les médias grand public ont ten­dance à pré­sen­ter les migrants comme une file inter­rom­pue et uni­forme de gens, un ensemble mena­çant pour les habi­tants des pays-hôtes.

Ça passe par une sim­pli­fi­ca­tion des gens pré­sen­tés. En ana­ly­sant une série de textes publiés, une étude a mon­tré que bien sou­vent, on ne donne que la natio­na­li­té de la per­sonne qu’on a ren­con­trée, mais pas son âge, sa pro­fes­sion, son pré­nom, voire son genre.

Au final, ce trai­te­ment n’a pas per­mis de créer un contact, une rela­tion entre les réfu­giés et l’audience, de sus­ci­ter  un sen­ti­ment de com­pas­sion dans ce qui était pour­tant la plus grand crise de ce type depuis 1945. »

Ega­le­ment pré­sente à Les­bos, Paone a cher­ché à créer de l’empathie pour mieux inté­res­ser les lec­teurs de ses longs repor­tages, s’intéressant par exemple aux pro­blèmes d’allaitement des jeunes mères for­cées de prendre la route et souf­frant de mal­nu­tri­tion ou de déshy­dra­ta­tion. Elle a noté que ce type de récits rece­vaient plus de visites et d’enga­ge­ment (par­tages, likes, com­men­taires… ) de la part des lec­teurs.

Evi­dem­ment, cher­cher à créer de l’empathie ne doit pas être un pré­texte pour se conten­ter de l’émotion, « tom­ber dans le pathos » en ne s’intéressant plus qu’aux larmes, aux déses­poir et aux colères. Mais je pense que c’est un fil conduc­teur inté­res­sant à tirer, si on veut pro­mou­voir un jour­na­lisme plus utile à la socié­té et à ceux qui y vivent.

Hé, ce texte fait par­tie d’une série de notes consa­crée au « jour­na­lisme en empa­thie » ! Voi­ci le menu com­plet :

Puisque vous passez par là…

J’ai besoin de votre aide : je m’intéresse à la mesure d’audience des médias en ligne (dans Google Analytics, sur Facebook, sur Twitter…) et à ce que les journalistes en font. En participant à ma petite enquête sur le sujet, vous m’aiderez à concevoir de nouveaux services intéressants.

On en discute ?