« Merci de supprimer l’article me concernant » : le journaliste face à la fragilité de ses sources

Des enfants dans un centre pour réfugiés à Athènes (Martin Leveneur/Flickr/CC-BY-ND)

La scène se passe en juin 2016, à Lesbos, en Grèce. Le journaliste Marc Herman est en train d’interroger Zozan Qerani sur son parcours jusqu’au camp de réfugiés installé sur l’île, et toutes les épreuves qu’elle a du traverser.

Soudain, la jeune Kurde yazidi s’effondre, le corps pris de convulsions. En discutant avec les médecins présents, Herman comprend que c’est le fait même de devoir raconter son histoire une nouvelle fois qui a déclenché cette crise.

Le cofondateur de l’agence Deca a raconté dans un témoignage les interrogations éthiques que cet épisode a suscitées en lui.  « Près de 50% des réfugiés souffrent de troubles psychologiques, qu’il s’agisse d’anxiété, de dépression, ou de stress post-traumatiques, détaillait-il dans un panel du festival de journalisme de Pérouse, début avril. Est-ce qu’on doit les interviewer comme si de rien n’était ? »

Si ça saigne, ça doit faire la une !

Pour Marc Herman, l’empathie avec son sujet est aussi passée par le choix des photos accompagnant son texte. Le photographe qui l’accompagnait n’a pas pris d’images de Zozan Qerani en train de convulser par terre, mais après la crise, debout dans les bras de son compagnon ou allongée sur un lit de camp.

On peut aussi avoir cet impératif en tête au moment de rédiger un article ou de choisir son titre. En refusant, par exemple, de commencer un texte par la scène la plus violente ou la plus dure, comme le veut la règle  « if it bleeds, it leads » (« si ça saigne, il faut le mettre en une »).

Développer un rapport plus respectueux et plus humain avec les femmes et les hommes qui font, souvent à leurs dépens, l’actualité : voilà une autre piste de réflexion pour le « journalisme en empathie », une idée que je développe dans une série de notes sur ce site depuis quelques semaines.

Protéger ses sources, c’est aussi se soucier de leur état d’esprit une fois l’article paru

Je n’ai jamais été grand reporter et je n’ai jamais été confronté personnellement à des situations humaines aussi difficiles.

Mais j’ai remarqué qu’on abordait la question de la protection des sources davantage par un prisme juridique (« la personne que j’ai interrogée risque-t-elle des poursuites judiciaires à cause de son témoignage ? ») ou professionnel (« va-t-elle perdre son emploi ? ») que sur le plan de son bien-être émotionnel ou psychologique (« comment vit-elle le fait de voir son histoire mise sur la place publique ? »).

Pendant les sept années que j’ai passées à Rue89, j’ai aussi vu combien la situation des témoins avait changé avec la montée en puissance des sites d’info.

C’était une chose de raconter sa vie à un journaliste au début des années 90, et de voir son récit imprimé à un nombre limité d’exemplaires, accessibles uniquement au lectorat du titre concerné.

C’en est une autre, complètement différente, de se dévoiler aujourd’hui, sachant que ses confidences seront accessibles à tous, en quelques clics et probablement pour l’éternité.

« Je ne suis plus la personne qui vous a raconté ça il y a cinq ans »

Rue89 pratique le « journalisme participatif », et tente d’associer au maximum les lecteurs à la production d’information. Sur ses bases, il était courant qu’une personne écrive à la rédaction pour raconter ce qui lui est arrivé, souhaitant prendre à témoin le reste du monde.

Un journaliste entrait alors en contact avec elle pour préparer un texte, souvent écrit à la première personne, parfois « anonymisé » et relu avant parution si nécessaire. Tout se passe donc avec son complet accord et sa totale collaboration.

Malgré ces précautions, il n’était pas rare que la même personne contacte la rédaction pour réclamer la suppression du contenu concerné. Ces demandes pouvaient arriver en pleine panique, quelques heures  à peine après la publication. Ou bien des années plus tard et accompagnées de menaces judiciaires.

L’info doit-elle primer sur l’humain ? Vous avez quatre heures…

Les raisons avancées ? Les commentaires, qu’on ressent très violemment quand on est leur sujet principal. Les réactions de l’entourage. Les résultats de recherches Google sur son nom, où se retrouve listé le contenu concerné.

Certains justifiaient leur demande par le droit à l’oubli : « je vous ai raconté ça quand j’avais 18 ans, mais j’en ai 22 et je ne suis plus la même personne, pourquoi devrais-je subir les conséquence de ce choix jusqu’à ma mort ? »

Que doit faire le journaliste quand ça arrive ? Accepter la demande, et supprimer un article qui a pu avoir un impact important, sacrifiant au passage un morceau de ses propres archives et prenant le risque d’être accusé de censure ou de manipulation ?

Ou refuser, pour préserver l’intégrité du travail journalistique réalisé, quitte à laisser sa source seule avec sa souffrance ? C’était ma position dans le passé : après tout, un journaliste n’est pas un travailleur social ou un psy, et c’est l’info qui prime avant tout, coco.

Je pense aujourd’hui qu’une telle intransigeance est impossible, surtout si on souhaite rétablir un lien de confiance entre les médias et leur public. D’autant que des compromis sont possibles, comme l” »anonymisation » a posteriori d’un texte, le retrait de certains détails, l’ajout d’une mise à jour ou d’un encadré — il est d’ailleurs arrivé qu’on fasse ce choix à Rue89.

Mais je doute qu’il existe une réponse unique à cette question, et suis curieux de connaitre les vôtres dans les commentaires.

Des récits sur la crise des réfugiés qui ajoutent « du bruit au bruit »

Faire preuve d’une plus grande empathie avec ses sources n’a cependant pas que des inconvénients. C’est aussi de se donner une chance d’obtenir un récit plus à même de toucher plus efficacement le public.

C’est ce que l’expérience a appris à la journaliste indépendante Mariangela Paone, qui s’exprimait elle aussi à Pérouse. Selon elle, la crise des réfugiés a généré un volume d’articles et de vidéos sans doute sans précédent dans l’ensemble de l’Europe. Mais elle doute que ces récits aient, pour la plupart, réussi autre chose que  « d’ajouter du bruit au bruit » :

« Les médias grand public ont tendance à présenter les migrants comme une file interrompue et uniforme de gens, un ensemble menaçant pour les habitants des pays-hôtes.

Ça passe par une simplification des gens présentés. En analysant une série de textes publiés, une étude a montré que bien souvent, on ne donne que la nationalité de la personne qu’on a rencontrée, mais pas son âge, sa profession, son prénom, voire son genre.

Au final, ce traitement n’a pas permis de créer un contact, une relation entre les réfugiés et l’audience, de susciter  un sentiment de compassion dans ce qui était pourtant la plus grand crise de ce type depuis 1945. »

Egalement présente à Lesbos, Paone a cherché à créer de l’empathie pour mieux intéresser les lecteurs de ses longs reportages, s’intéressant par exemple aux problèmes d’allaitement des jeunes mères forcées de prendre la route et souffrant de malnutrition ou de déshydratation. Elle a noté que ce type de récits recevaient plus de visites et d’engagement (partages, likes, commentaires… ) de la part des lecteurs.

Evidemment, chercher à créer de l’empathie ne doit pas être un prétexte pour se contenter de l’émotion, « tomber dans le pathos » en ne s’intéressant plus qu’aux larmes, aux désespoir et aux colères. Mais je pense que c’est un fil conducteur intéressant à tirer, si on veut promouvoir un journalisme plus utile à la société et à ceux qui y vivent.

Hé, ce texte fait partie d’une série de notes consacrée au « journalisme en empathie » ! Voici le menu complet :

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

Un peu d'inspiration !

Depuis 2014, j'accompagne des médias dans leurs projets et je mène mes propres expériences. Retrouvez les réalisations dont je suis le plus fier dans un portfolio qui vous donnera envie d'innover !

On en discute ?

  • Sébastien Roux

    Le compromis de l’anomysation me semble la solution la plus pertinente.
    Mettre un astérisque lorsque le pseudo apparait pour la première fois et
    le préciser à la fin de l’article avec un encadré. Invoquer la raison
    si besoin. Je me demande juste si le SEO va toujours faire apparaitre
    l’article au nom d’origine.

  • Quiers

    Bonjour, merci pour votre article qui est pertinent à plus d’un point. La partie sur les réfugiés m’a particulièrement marqué. Je suis journaliste et documentariste. Notre docu « Le Choix des Autres », a été tourné à Zaatari, en Jordanie sur environ 3 ans. Il est le résultat de dizaines d’années de travail sur les réfugiés au quatre coin du monde (pour ll’ONU et autres) avec à chaque fois le même constat : nous arrivons, c’est dans la boite, et nous repartons. Frustrations accumulées, sentiment de ne servir à pas grand chose finalement et de ne jamais aller jusqu’au bout d’une démarche et d’une envie. Pour le « Choix des Autres » nous avons délibérément opté pour un fonctionnement inverse. Nous avons pris notre temps : un peu plus de trois ans avec la même famille, soit 5 ou 6 voyages, pour mesurer le temps qui passe pour la famille, ne pas vouloir tout dire, ne pas vouloir tout expliquer. Plutôt se concentrer sur un quotidien, de petites choses, des paroles. Refuser l’anonymat des chiffres pour donner une image et des mots à une/des réalités. Bien évidemment, l’empathie et les liens avec la famille n’en n’ont été que plus forts. Et je crois une véritable intimité avec l’audience s’est nouée, sans pathos. Après chaque tournage, nous montrions le résultat monté à la famille. Certaines scènes ont été ainsi à leur demande supprimées, sans que cela ne touche au fond du film. Si un jour la famille nous demandait de retirer le film, nous serions bien évidemment embarrassés, mais nous le ferions, par respect pour ce qu’ils ont bien voulu nous donner. Maintenant, avoir la possibilités de travailler ainsi n’est pas simple. Aucune maison de production n’aurait donné son feu vert pour un tel projet. On s’est débrouillé. Mais pas simple.
    (si vous voulez voir le résultat, il y a une diffusion à la mairie du 2eme à Paris, mercredi 17 mai)

    • Merci pour votre témoignage, très intéressant.