Archives par mot-clé : cinéma

La France de la VO et celle de la VF : les cartes d’une fracture française

La France de la VO
La France de la VF

Ça fait partie de ces combats qui divisent les Français en deux camps irréconciliables. Comme la guerre sans merci du « pain au chocolat » et de la « chocolatine », ou le conflit séculaire entre la tartine au beurre salé et celle au beurre doux.

De même, il y a ceux qui ne jurent que par la version originale sous-titrée (VO) — quitte à passer son temps à lire les sous-titres plutôt qu’à profiter de lpoaction et des dialogues — et ceux qui ne peuvent pas vivre sans la version française (VF) — quitte à subir des traductions et des doublages pas toujours parfaits.

Histoire de frustrer un peu tout le monde, les cinémas ne proposent pas forcément les deux versions. Sur les deux anamorphoses en haut de cet article, plus un département est gros et plus ses habitants se voient proposer de séances en VO (à gauche, en rouge) ou de la VF (à droite, en vert).

Sur une journée, 20 182 séances de cinéma dans 1 400 salles

Pour les réaliser, j’ai récupéré, grâce à un scraper, l’intégralité des séances disponibles sur un site spécialisé pour la journée du 28 avril 2017. Soit plus de 20 182 séances, dans plus de 1 400 cinémas de France et de Navarre, projetant un total de 981 films différents.

Parmi ces derniers, j’en ai identifié 549 en langue étrangère (non sans mal, comme je l’explique dans un autre post sur site, où je reviens sur la méthode utilisée) pour un total de 14 223 séances, dont 2 964 en VO.

Dans certaines régions, la VO est réservée aux petites salles de centre-ville ou aux cinémas art et essai. Mais certains réseaux de multiplexes programment aussi un nombre important de séances en VO, comme UGC.

Si on passe à l’échelon des villes, c’est bien sûr à Paris que sont proposées le plus de séances en VO. Mais la banlieue et la province se défendent, avec Montreuil, Biarritz et Hérouville-Saint-Clair en tête devant la capitale si on prend compte la part totale des séances en VO.

A l’inverse, il y a des coins de France où on vous recommande pas de déménager si vous êtes #teamvo. Dans cinq départements, aucune séance en VO n’était proposée dans la journée :

  • l’Ariège
  • la Creuse
  • la Haute-Saône
  • l’Indre
  • l’Orne

Les villes avec VO et les villes avec VF

Mais pourquoi les cinémas d’une ville proposent-ils de la VO alors que ceux de la ville d’à côté se contentent de la VF ? Le goût pour la VO est lié à la richesse des habitants, à leur niveau d’éducation, où bien à leur choix politique ?

Sur les 1 133 localités étudiées, plus de 65% ne proposaient aucune séance en VO dans leurs salles de cinéma. Pour explorer mes données, j’ai donc réparti la liste en deux deux camps : les villes avec VO et les villes sans VO.


J’ai ensuite associé mes résultats à une série de statistiques de l’Insee, à commencer par la population (en 2014). Sans surprise, ce sont dans les localités les plus peuplées qu’on a le plus de chances se trouver des séances en VO.

Ça semble logique : comme la majorité des Français préfère la VF, proposer de la VO n’est commercialement intéressant que si la salle se trouve dans une zone suffisamment peuplée pour qu’on y trouve un nombre suffisant d’amateurs de versions sous-titrées.

Dans les deux camps, le niveau de vie médian est proche. On peut faire l’hypothèse que la VO n’est pas « un truc de riches »…

… ce que semble confirmer la comparaison du taux de pauvreté médian des deux séries de villes.

En revanche, si on s’intéresse à la part de la population ayant suivi des études supérieures, la différence est nette.

Je vois au moins une causalité possible à cette corrélation : plus on étudie, plus on est à l’aise avec la lecture, et moins on est gêné quand on doit passer du temps à lire les dialogues en bas de l’écran. Ce qui pourrait inciter les gérants de salle de la localité concernée à privilégier les copies en VO.

J’ai aussi croisé mes données avec les résultats du premier tour de la présidentielle 2017. Les villes sans VO ont tendance à voter davantage pour Le Pen et moins pour Macron et Mélenchon que les autres. Si la présidentielle ne s’était jouée que dans les villes avec VO, Mélenchon aurait été qualifié pour le second tour.


Voilà ! Evidemment, ce travail est très parcellaire, et la méthode que j’ai utilisée sûrement contestable. Je ne suis pas spécialiste de l’étude des pratiques culturelles, et je ne sais pas si cette grande fracture française a fait l’objet d’enquêtes plus poussées. [ajout le 27/7 à 17h20: Vodkaster a fait un point assez complet sur le sujet en 2016]

Je serais en tout cas ravi d’en savoir plus, donc n’hésitez pas à descendre donner votre avis un peu plus bas dans les commentaires, et à aller explorer ces données, qui sont disponibles dans une Google Sheet.

Corrigé le 21/7 à 10h20. Inversion des barres dans les graphique niveaux de vie et part des diplômés du supérieur.

Mis à jour le 21/7 à 11h45. Ajout du graphique consacré aux réseaux de multiplexes.

Corrigé le 1/10 à 21h10. Inversion des barres dans le graphique population.