Dans les jours qui viennent…

Dans les jours qui viennent, on va beaucoup parler d’islam. Experts, imams, croyants, athées et impies finiront peut-être par trouver les bons mots, les gestes justes. Ceux qui feront qu’on distingue, enfin, les millions de musulmans qui vivent en France des fous qui s’arment de fusils d’assaut pour affronter des papys assis sur leur chaise.

Dans les jours qui viennent, on va beaucoup parler d’autorité. Les discours politiques seront fermes et déterminés, les plans Vigipirate élevés d’un niveau, de nouvelles lois sécuritaires peut-être votées.

On peine à imaginer ce que monter d’un cran supplémentaire la surveillance et la punition pourrait bien changer à notre sécurité, mais on aspergera le tout de République en danger et on ajoutera une couche de bleu-blanc-rouge. Tout ça en leur nom, eux qui conchiaient tant les drapeaux et les médailles, les monuments aux morts et les caméras de surveillance…

Dans les jours qui viennent, on va beaucoup parler de terrorisme. On remontera les filières, on passera par des banlieues délaissées et des prisons trop pleines. On traquera les recruteurs qui s’agitent sur Facebook, on montera sur des pick-up rouillés devenus automitrailleuses, sous des ciels pleins de drones et de missiles « chirurgicaux ».

Bref, dans les jours qui viennent, c’est ce qui nous divise, nous sépare et nous fait peur qui va concentrer l’attention. Pas ce qui nous fait vivre, aimer, pleurer, travailler, débattre ensemble. Pas ce qui réunit les voisins fâchés, les amis perdus, les familles déchirées, les collègues brouillés ou les amants fatigués.

Et dans les jours qui viennent, le courage, ce ne sera pas de bander ses muscles dans un éditorial ou de frapper du poing sur la table des plateaux de télévision, pour qu’on pourchasse ceux qui ont fait ça et qu’on les punisse.

Ça, oui, il faut le faire, la police et la justice le feront — on est en France, et ces dernières font plus souvent bien leur travail qu’elles ne le font mal, il n’est pas interdit de leur faire confiance. C’est la priorité, mais ce n’est pas l’essentiel.

L’essentiel, ce sera de s’efforcer, chaque jour, chaque heure, à penser plutôt à ce qui nous unit et nous rend, collectivement, plus forts et plus heureux.

Ce sera se souvenir de ce qui nous a poussés, ce mercredi soir, à descendre dans la rue, des larmes plein les yeux, pour ne rien faire, juste pour être là, se compter et se réchauffer l’âme.

De se rappeler ces e-mails, ces textos, ces tweets, ces appels, tous ces petits fils qu’on a tissés entre nous pour vérifier que oui, on est bien là ; qu’on va bien, oui, enfin, on fait aller avec la douleur.

Il va falloir serrer les dents. Ils vont bicher, les Finkielkraut, les Zemmour, les Houellebecq et tous ceux pour qui, au fond, un Français musulman sera toujours un Français musulman, jamais un Français tout court. A coup de on-vous-l’avait-bien-dit, ils vont nous traiter d’angéliques, de bobos irresponsables et d’idiots utiles.

Ils vont bicher aussi, les petits excités de Twitter, ces têtes pleines d’eau qui pensent, ou feignent de penser, que la meilleure façon de lutter contre l’injustice, c’est de mitrailler et de massacrer –là où l’histoire a si souvent prouvé que faire ce choix fait perdre les plus beaux combats.

Mais on refusera d’entrer dans leur jeu, à eux tous. De dresser des camps contre d’autres camps, de demander des comptes à celui qui porte une barbe un peu trop longue, de voir un djihadiste en puissance derrière chaque jeune à capuche.

Et on tiendra bon. Parce que la France qu’ils prophétisent voire qu’ils appellent de leurs vœux, ce pays en guerre contre lui-même ; ce champ de bataille où les communautés s’affrontent chacune depuis leur tranchée ; cette société où, peu à peu, il faudrait s’habituer à attendre de moins en moins de chacun de nous ; cette France-là, nous n’en voulons pas.

Doucement, mais fermement, il faudra se mettre sur leur chemin. Leur dire que défendre la culture française, ce n’est pas en exclure tout ce qui ne date pas de Clovis ou de Jeanne d’Arc.

Leur dire qu’une pensée nuancée n’est pas une pensée faible, que tout compromis est pas une compromission, qu’il est rarement juste de camper sur une idéologie plutôt que d’exercer son droit au pragmatisme.

Leur dire que non, la nation française ne va pas disparaître rongée dans l’acide parce qu’on sert des blancs de dinde halal aux gamins dans les cantines, parce qu’on laisse une mère voilée accompagner une sortie scolaire au musée ou parce qu’on l’autorise à s’asseoir sur les bancs d’une université.

Leur dire que oui, un homme qui se présente aux urgences doit accepter d’être examiné par une femme, ou de voir sa femme examinée par un homme. Parce qu’un médecin est un médecin, et qu’on ne va pas couper un hôpital en deux au nom de préceptes religieux.

C’est à ça que ça sert, la laïcité. Ce n’est pas un totem contre lequel s’arc-bouter dès qu’on croise une crèche, un voile ou une kippa. C’est une solution astucieuse, une ruse de républicains pour qu’on se fréquente plus et qu’on s’apprécie davantage.

A chaque fois qu’un dilemme se présentera, on fera comme ça : on s’écoutera, on prendra une grande respiration et on choisira la solution qui nous permet d’être ensemble, pas celle qui nous sépare un peu plus.

Une nation, c’est une histoire, d’accord. De ce côté-là, en France, on a tout ce qu’il faut, de la grandeur et des heures noires, des salauds et des héros ; la journée de mercredi en a ajouté une couche, pas qu’on en avait besoin, mais voilà, elle est là, il faut faire avec.

Mais une nation c’est aussi un projet, un chemin qu’on a envie de prendre ensemble, en acceptant d’écouter ce que chaque partie a à dire pour espérer, un jour, former un grand tout.

Pour espérer, un jour, sortir de cette nuit glacée.

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

Un peu d'inspiration !

Depuis 2014, j'accompagne des médias dans leurs projets et je mène mes propres expériences. Retrouvez les réalisations dont je suis le plus fier dans un portfolio qui vous donnera envie d'innover !

On en discute ?

  • Zineb Dryef

    Merci Yann !

    • Lilianne

      Yann, vous dites haut et fort ce que je crois de la suite des évènements mais je pense que vous devez absolument lire la lettre ouverte de Abdennour Bidar, important ce texte.
      Plein de gens paumés seront récupérés par l’islam radical car comme on le sait si bien la nature a horreur du vide, donc il faut leur tendre la main pour qu’ils ne s’égarent plus. Tâche titanesque mais qu’il faut bien affronter très vite, cela commence par l’éducation, l’école ou doit régner la tolérance et non pas la complaisance actuelle. L’état et ses citoyens doivent
      s’en donner les moyens et surtout s’offrir les politiciens à la hauteur de ce défi qui peut seul nous faire vivre à long terme en harmonie.

      • hervé

        C’est exactement ce que je pense, la tache est titanesque, mais elle ne sera réussie que s’ils font leur propre autocritique.
        Dr Helmut! vous réduisez mon expérience, à des cas particuliers. J’ai grandi chez eux, parmi eux, 50% de mes camarades étaient marocains dans le collège, un de mes chefs d’équipe fut Ministre de l’Emploi et partenaire de ma société à Kénitra, Je suis toujours en relation avec eux, j’ai commercé avec eux pour le compte d’une centrale d’Achat française que je ne nommerai pas. Que voulez-vous d’autres. J’ai eu une maitresse pendant 5 ans, dans la totale illégalité puisque l’adultère est puni sévèrement. J’ai des amis autant dans l’intelligentzia que dans le peuple.

        Ils ont du mal à condamner moralement un autre musulman. Cette solidarité est comme une chappe de béton, difficile à crevasser.

        • hervé

          C’est de ça dont je parle, allez jusqu’au bout de la vidéo: entretien de JJ bourdin avec un prof du val d’Oise

          https://www.youtube.com/watch?v=KJmGLJVaCM4

          • hervé

            Je reviens au début, peut-être avez-vous lu mon texte Yann avant de le supprimer. La vérité fait mal n’est-ce-pas?. Qu’en pensez-vous?

        • > Ils ont du mal à condamner
          > moralement un autre musulman.

          Sérieusement, vous trouvez que les musulmans de France ont eu “du mal” à condamner les musulmans qui ont massacré la rédaction de Charlie Hebdo ?
          Vous ne les avez pas beaucoup écoutés, on dirait, trop occupé à ressasser vos souvenirs d’expatrié.

          Des sit-in ont été organisés dans tout le Maroc, et ce bien que beaucoup de musulmans ont du mal à accepter le slogan “Je suis Charlie” (pour des raisons qui sont loin d’être toutes mauvaises, selon moi).

          • hervé

            Je ne suis pas expatrié je suis quasiment né là bas, j’avais 3 mois. J’ai été élevé par une marocaine. Une partie de mes souvenirs sont dans le livre « Moi Mina petite bonne à 8 ans sur amazone ». Et un deuxième sortira dans quelques mois. Le Maroc était encore un Protectorat quand je suis arrivé le terme expat est mal choisi.

  • Mélo

    Que c’est bien dit ! J’aime beaucoup votre point de vue sur le sujet qui m’offre une lueur d’espoir en cette période triste.

  • Apologue

    Quelle horreur ce texte ! C’est le commerçant responsable du vol, car il a trop montré ses marchandises, c’est la femme responsable de son viol car elle a des seins ??? Bref d’après vous la méfiance et la cause n’est pas là où, sans ambiguïté, 100% des français la voit ? Bel exercice de style, mais d’une puanteur absolue.

    • Bonjour Apologue,

      “c’est la femme responsable de son viol car elle a des seins ???”

      Ce n’est ni ce que j’ai écrit, ni ce que je pense. Désolé si vous l’avez compris ainsi.

      • Apologue

        Alors vous n’avez pas conscience de ce que vous écrivez. Comment osez vous fustiger zemour (et autres), alors que les vrais monstres avancent clairement sous vos yeux ? Quelle malice vous pousse a être aussi aveugle ? Comment peut on ainsi se tromper de combat ?

        • Chris

          Apologue, vous êtes occupé a céder a la peur, a pointer du doigt, a être dans le négativisme, le genre de comportement qui mène au drame et a la tristesse et qui sépare les hommes. Tout ce que ce texte cherche a nous rappeler c’est qu’on est tous humains, qu’on veux tous aller vers la paix et l’amour (a part quelques tristes âmes perdues) et que tout ça passe par être tous responsables et conscients de s’accepter et de marcher ensembles de l’avant et pas reculer devant la peur et de pointer du doigt. Aimons-nous et acceptons-nous les uns les autres, bordel de merde. On est tous différents et les humains le seront toujours, différents les uns des autres, mais il faut de tout pour faire un monde harmonieux et si on sait tous accepter ça en paix on ira plus loin tous ensembles.

    • Julie

      Je ne fait pas partie de vos 100%de français…dsl apologue

      • Apologue

        Ce n’est pas très grave, avec 3 fautes dans la même phrase, le monde se passe de votre maigre avis, chère Julie.

      • Pierrick

        moi non plus… mais je n’en suis pas désolé, bien au contraire.
        Apologue, si vous souhaitez appeler un chat un chat, annoncez vous directement comme « troll », plutôt que d’essayer de nous faire croire que quelques illuminés (qui sont de vrais monstres, il est vrai) « avancent vers nous » comme un mal inéluctable qu’il faudrait détruire. Nous ne sommes pas tous abrutis à ce point. Votre erreur est de vouloir identifier ce mal avant qu’il ne s’exerce, et pour celà, vous sembler promouvoir le fait qu’il faudrait mettre les personnes voulant avoir une vision positive de la vie dans la case « bisounours », et détruire les autres… le 100% des francais éclairés dont vous parlez représente quel(s) francais pour vous ? Nous parleriez vous de Francais de souche ? dans quelle case vous placez vous ? A moins que vous n’ayez pas une vision binaire des choses, et dans ce cas, vous nous mentez.
        Vous êtes donc un troll. ou disons plutot, en langage plus parlant pour 100% des francais : une personne qui joue le jeu du terrorisme…

  • Sarah

    Merci d’écrire aussi bien ce que je pense et ce que je ressens.

  • marion

    Merci.

  • sveinburne

    Des beaux mots sur une pensée délicate, je n’ai rien à objecter, pauvre mouton que je suis!

  • Bilal

    Pourquoi accepter les plats halal â la cantine, mais refuser qu’un médecin femme ausculte une patiente femme? Vous n’etes pas logique. Si vous voulez respecter l’Islam, vous ferez l’un ET l’autre. Ce n’est pas à la carte!

    • Bonjour Bilal, et merci pour votre réaction.

      Elle illustre assez bien mon propos : vivre ensemble, athées et croyants, musulmans et non-musulmans, c’est justement apprendre à faire des compromis, à faire l’un mais pas l’autre.

      • Hervé

        Hervé

        Je ne peux pas vous laisser continuer de penser de cette façon, j’ai vu votre post être « aimé » sur facebook et je m’empresse d’y répondre:

        Je ne connais pas votre age, ni si vous connaissez bien le monde musulman, visiblement non. Moi j’ai 67 ans dont 25 années passées au Maroc, en 2 temps de 0 à 18 et de 40 à 47 ans. J’y ai beaucoup d’amis, je m’y rends souvent, j’ai eu une entreprise 5 ans à Kenitra. Je peux parler de ce monde. Tant que la Religion et ses fidèles n’auront pas fait leur agiornamiento, et Abdennour Bidar dont je mets sa lettre au musulman en lien, en parle mieux que moi, aussi abrègerai ma prose pour le laisser parler, nous serons en danger, notre civilisation sera en danger, la Liberté, une de nos valeurs républicaine si difficilement acquise et dont vous ne vous souciez visiblement pas, sauf si votre projet est d’accepter que notre civilisation puisse être détruite et laisser la place, un jour, à l’intransigeance que vous dénoncez. Car il y a une communion de l’esprit entre tous les musulmans, je dis bien TOUs, radicaux compris, puisse que Islam veut dire soumission à un Dieu et à son prophète. Il y a une collusion que vous ne voyez pas, qui est imperceptible pour le monde occidental, entre les acteurs et la masse du troupeau qui regarde.

        Vous ne parlez pas non plus l’arabe, c’est évident. Moi oui. Un Musulman, même chez nous, pays de Liberté, ne dira pas qu’il est athé, sa communauté le regarde et le juge, mal, très mal. Ahchouma. C’est la Honte, et la honte, qui vient juste avant le pêché, Hram, est redoutée.

        Voilà mon cher ami le lien dont je vous parle:

        http://quebec.huffingtonpost.ca/abdennour-bidar/lettre-au-monde-musulman_b_5991640.html

        • Bonjour Hervé, et merci pour votre réaction, même si votre vision du monde musulman me paraît relever des pires caricatures de l’extrême droite, je veux bien croire que vous n’êtes pas venu pour provoquer bêtement, mais pour dialoguer.

          Je ne reconnais absolument pas le Maroc et les Marocains que je connais dans cette description apocalyptique. Et je pense que vous vous trompez si vous pensez qu’il existe un islam unique, sans nuances, et qu’en seule façon de vivre cet islam.

          • hervé

            Vous ne m’avez donc pas bien lu. Vous ne parlez pas de la lettre ouverte d’Abdennour Bidar. Lisez-là et nous pourrons reparler si vous le voulez bien.

          • hervé

            Je voulais juste ajouter ceci:Si vous êtes allé au Maroc ou dans un pays arabe, dites-moi combien de citoyens de ses pays déclarent ouvertement: s’être converti à une autre religion„ ne pas croire dans sa religion, être athé. Moi j’en connais, pas beaucoup, et aucun ne l’a déclaré ouvertement. Je les ai rencontré dans la classe supérieure, chez les Fassi, l’aristocratie marocaine, je ne citerai par de nom car ils sont trop connus. J’en ai connu un, qui était marxiste pendant les année de plomb. Aujourd’hui il va faire le pélerinage à la Mecque.

          • DrHelmut

            Pour ma part je connais des Tunisiens et des Algériens qui revendiquent d’être athées, et personne ne les emmerde.
            Votre expérience et votre vécu sont ce qu’ils sont Hervé, mais n’en faites pas une généralité !

          • hervé

            La pensée de cette personne -lien- reflête parfaitement mon inquiétude:

            http://www.alterinfo.net/JE-SUIS-MUSULMAN-ET-CETTE-GUERRE-N-EST-PAS-LA-MIENNE_a109512.html

          • AGNES

            Hervé (et les autres)

            je suis issue de 3 religions, j’ai été élevée en partie dans un pays où une quatrième religion est majoritaire. Je connais le Maroc. Je partage en grande partie votre point de vue.

          • hervé

            Merci Agnès. Mais j’ajoute que ce n’est pas un point de vue. C’est une analyse longue, faite de 25 années passées dans leur milieu, chez eux, pas ches les français expatriés, je parle arabe, pas les expat, j’ai passé mon bac à Rabat en 1965 avec l’arabe en deuxième langue, nous n’avions pas le droit de la présenter en première langue.

          • john

            comment avoir vécu aussi longtemps dans un pays magrébin et réussir à sortir des énormités pareilles? « il existe un lien invisible à l’oeil européen entre tous les musulmans » c’est pire que les théories reptiliennes de David Icke. Comme toutes les communautés et ce, même en france, les familles enracinées dans une culture et tradition ont vocation à maintenir leur coutumes religieuses. Vous partez cotoyer des pauvres bougres pratiquants par pur habitude/tradition pour décrire un ensemble de peuples. Croyez moi, la « honte » dont vous parlez existe également chez les chrétiens ou juifs, hindous et j’en passe. Ce n’est pas la honte de changer de religion mon bon monsieur mais celle de rejeter des coutumes familiales, on parlera alors de déshonneur. Bien entendu, si on compare le marchand du souk avec un bobo de la métropole devenu bouddhiste par idéologie.. mais ou est le libre arbitre dans tout ca ? Je pourrais décrire parfaitement l’inverse de ce que vous expliquez, a savoir que les musulmans francais (et je ne parle pas d’extremistes fanatiques) ne sont ou sont très peu pratiquants, le seul lien reste la famille et les traditions (fêtes, mariage etc), leur pratique est en général la même que les chrétiens a savoir , afficher une moralité correcte pendant certains événements clefs mais vivre librement.

          • hervé

            Nous ne voyons pas les mêmes choses en France non plus.
            Pourquoi me dire que je sors des énormités et 3 lignes plus bas me dire que de toute façon c’est normal pour toutes les communautés. Votre défense est faible cher John. Que savez-vous de l’Islam d’abord, combien de temps avez-vous vécu en pays musulman, avez-vous suivi les discussions qui ont eu lieu sur les plateaux de télévision et libération de dimanche dernier, l’article de Sybille Vincendon., journal peu supposé à faire de l’islamophobie. Essuyez vos lunettes et osez regarder les choses en face, le constat en France et cruel et dramatique. Les musulmans même s’ils ne pratiquent pas la défendent. Vous n’avez pas compris ça? Quel est l’athée qui défendra la religion catolique? Moi je n’en connais aucun.

          • hervé

            je fais même des fautes pardon pour catholique.

          • J’ai lu la lettre dont vous parlez (je l’ai même lue avant que vous ne la signalez ici, si vous voulez tout savoir).

            J’avoue que je ne sais pas trop quoi en “faire”. Et je pense que si j’étais musulman, je saurais encore moins. Est-ce que les musulmans de Turquie, de Malaisie ou d’Indonésie doivent “réagir” comme l’auteur le préconise ? Quel est le “monde musulman” dont il parle ?

            Que doit faire, au juste, un musulman vivant en France sans emmerder personne avec sa foi et sans soutenir les intégristes de sa foi, que doit-il faire de plus ou d’autre que ce qu’il fait maintenant ?

            Ça n’enlève rien à la sincérité ni à la force du propos d’Abdennour Bidar. Mais on voit bien comment les islamophobes de gauche et de droite peuvent s’en servir…

          • hervé

            Vous êtes, veuillez excuser ce qualificatif, trop naïf, ou trop Rousseauiste. Nous sommes passé par l’Inquisition, les Lumières, la Révolution, pas eux. Leurs Textes n’ont pratiquement pas évolués et encore moins critiqués. Si Salman Rushdie a essayé avec ses versets sataniques et voyez ce qu’il est obligé de faire: de se cacher pour ne pas être assassiné, par n’importe quel musulman qui en a le devoir, pas forcément le droit .

          • hervé

            Au fait, tous les rassemblements que j’ai vu d’organisés sont à titre privé, dans des lieux privés, des écoles, des ambassades des jardins privés etc.… Je ne vois pas encore de rassemblements organisés sur la place publique!
            Je manifesterai aussi dans ma ville pour la liberté d’expression et la Liberté tout court avec le panneau Je suis Charlie.
            Je vous dis bonsoir et merci de m’avoir accepté dans vos échanges.

      • Agnes

        Je ne déteste personne, mais si j’aime beaucoup votre article, je pense que malgré tout la pensée du vivre ensemble n’a pas été bien partagée en France.

        Nous avons trop transigé avec la laïcité, et pas compris que les religieux et les sociétés religieuses devaient eux aussi tenir une réflexion sur le vivre ensemble.

        Je sais que vous direz n’avoir pas dit le contraire, mais pour le moment, il me semble que mis à part une loi idiote, les français ont accepté « pour part culturelle » une emprise de la religion sur le vivre en société qui n’a pas lieu d’être.

  • Pierrick

    Merci pour ce texte !

  • Bonjour,
    Merci pour ces mots qui rapprochent et soignent ! C’es très beau d’avoir le courage de se montrer ainsi aujourd’hui et d’oser le rapprochement des êtres quand toutes nos habitudes nous poussent à la séparation et à la colère ! Je me suis levé hier et je me trouve avec toi dans cette même énergie avec l’envie d’en finir avec la séparation ! écrire, créer, aimer, danser, me réjouir, partager, écouter, partager, honnorer… Soyons ensemble pour ne plus rester cacher nous les utopistes en quête de lien et de guérison !

    • Bon moi j’aime pas trop danser, mais vous faites ce que vous voulez, hein 🙂 Merci pour votre réaction.

  • Arnaud, Marseille

    « Leur dire qu’une pensée nuancée n’est pas une pensée faible » … voilà l’enjeu … et en temps d’exacerbation, la plus difficile et la plus dangereuse à tenir car on se retrouve entre les feux des démagogues, extrémistes et autres aigris.
    Je pense à la Yougoslavie et plus particulièrement à la Bosnie où en avril 92, au début de la guerre, les nationalistes des 3 bords ce sont coalisés pour écraser les « nuancés » …

    • Pour faire une bonne guerre civile, commencez toujours par éliminer les nuancés, ceux qui pèsent leurs mots ceux qui doutent, c’est efficace.

  • Sodad

    Merci j’ai failli pleurer. ça fait du bien de voir la raison revenir au milieu de ce chaos. Il serait peu-être utile de chercher la responsabilité de tous (si j’ose dire). Qui a fourni les armes? Qui les a entrainés (militairement, et qui les a entrainés sur cette voie?) Notre société produit des gadgets (moi même j’en ai plein) et de la pauvreté, des écrans plasma d’un côté et des terroristes de l’autre. Peut-on vraiment distinguer l’un de l’autre? Notre monde entier est malade, et comme vous l’avez si bien démontré, on ne peut avancer qu’ensemble…si nous nous guérissons ensemble. Comme disait Hugo, ouvrez une école, fermez une prison. Et dans ces écoles, il faudrait des profs comme vous. Malgré tout ce qui se passe, bonne année à tous.

  • freyork

    Merci tout simplement

  • hervé

    Bonjour Yann, je ne pensais pas que j’allais avoir autant raison dans le commentaire que j’ai pondu ici il y a 5 jours, vendredi dernier, au vu des grandes manifestations qui ont eu lieu en France. Où étaient les musulmans? Bien sûr vous allez m’objecter qu’il y en a eu. Oui il faut le dire, comme des exceptions qui confirment la règle. Je suis désolé d’avoir eu raison si tôt. Et aujourd’hui avec le charlie, condamné par tous les musulmans de France et du Monde, alors que pour nous le caractère satyrique de ce numéro ne mange pas de pain. On touche à l’essence de leur croyance, et même les athées de chez eux sont touchés