Pour en finir avec le journalisme de la terre brûlée

Une forêt brûlée en Suède (Pavel Koubek/EU/CC‐BY‐NC‐ND)

C’est un bref échange, mais il en dit beaucoup sur les mauvaises habitudes d’une profession. Il a lieu lors du dernier numéro de l’émission Arrêt sur images, consacrée au livre Inch Allah, L’islamisation à visage découvert. Une enquête réalisée en Seine‐Saint‐Denis par cinq étudiants du Centre de formation des journalistes (CFJ) et pilotée par Gérard Davet et Fabrice Lhomme, duo réputé de journalistes d’investigation du Monde.

Sur le plateau, Daniel Schneidermann et Lynda Zerouk passent en revue les critiques que le livre a suscité depuis sa parution et le début de sa promotion, très présente dans les médias – on peut en lire une bonne synthèse sur Mediapart.

Vient le cas de Véronique Decker. Les auteurs ont consacré un chapitre à la directrice de l’école Marie‐Curie, à Bobigny. Il compile une série d’anecdotes personnelles, illustrant les relations parfois difficiles entre les enseignants et certains élèves ou parents d’élèves musulmans, qui multiplient les réclamations liées à la religion – dispense de piscine ou de cours d’éducation sexuelle, tables séparées à la cantine, prière lors des voyages scolaires…

« Mes propos n’ont pas été déformés, ils ont été cuisinés »

Decker n’a pas apprécié le traitement qu’on lui a réservé, et s’en est plainte sur Facebook, dans une interview et dans une tribune sur le blog des éditions Libertalia. Elle explique notamment à France info :

« Ils parlent d’une “enseignante‐soldate” qui “contiendrait l’expansion de l’islam”. Mais ce n’est ni ma fonction, ni mon désir, ni mon projet de contenir l’islam. Ma fonction, c’est de permettre aux enfants d’avoir une éducation émancipatrice à l’école publique. […]

Mes propos n’ont pas été déformés, ils ont été cuisinés. Les carottes et les courgettes sont à moi, mais les auteurs en ont fait un couscous qui n’est pas de moi. »

Sur le plateau d’Arrêt sur images, une fois les faits exposés, Schneidermann se tourne vers Gérard Davet. Voilà leur échange in extenso (je n’ai pas trouvé d’extrait vidéo) :

« Est‐ce que vous entendez ce reproche ? Parce que c’est vrai, quand on lit le chapitre qui lui est consacré, on a l’impression qu’elle passe ses journées, ses journées… à se bagarrer contre les empiétements de la religion. Et elle dit, ben non, il m’est arrivé un certain nombre de choses, échelonnées sur vingt ou vingt‐cinq ans et tchouk ! [Il fait mine de comprimer un objet avec les bras]

– Est‐ce qu’on devrait, dans ce cas‐là, narrer comment elle fait pour trouver des tableaux, comment elle fait pour tenir sa classe ? Evidemment qu’un chapitre ça ne résume pas toute une vie de directrice d’école, évidemment.

– Ce n’est pas ce qu’elle dit, elle dit que ça caricature…

– Mais ça caricature… Vous connaissez beaucoup de gens qui, une fois qu’on fait un article sur eux… Vous avez été journaliste pendant très longtemps au Monde, [Schneidermann y a passé près de vingt‐cinq ans, avant d’être licencié en 2003, ndlr] Y a pas des gens qui vous ont appelé derrière, pour vous dire “ça reflète pas exactement ce que je suis”, Daniel ?

– Tout le temps ! [Rires] Tout le temps… »

A ce moment, Lhomme intervient :

« […] Y a un autre tweet [de Véronique Decker, ndlr] qui commence en disant : “Toutes les paroles que j’ai tenues, qui sont rapportées dans le livre sont exactes.” Moi y a que ça qui m’intéresse. »

Je l’avoue, j’ai sursauté sur mon siège. Ce que disent deux journalistes (pas n’importe qui, des références pour la profession), c’est que l’impact que peut avoir un travail journalistique sur un témoin, en fait, on s’en fout un peu. Seule compte l’info : faut qu’elle avance, « il n’y a que ça qui m’intéresse », et peu importe si elle laisse un peu de terre brûlée sur son passage.

Se mettre dans la peau des gens qui permettent aux journalistes de faire son travail

J’interviens de temps en temps au CFJ, et c’est une tout autre vision du journalisme que je promeus auprès de mes élèves quand j’en ai l’occasion – d’ailleurs je doute que Davet et Lhomme soient complètement indifférents au sort de leurs sources, comme ils le laissent entendre de façon péremptoire dans cet extrait.

Mais cette histoire permet de rappeler l’importance qu’il y a, pour un journaliste, à se mettre dans la peau des gens qui lui permettent de faire son travail – un thème que j’avais déjà abordé dans un de mes posts sur le « journalisme en empathie ».

Lors d’une conférence au dernier festival de journalisme de Pérouse, une chercheuse en communication m’a conforté dans cette conviction. Pour son livre Becoming the News. How Ordinary People Respond to the Media Spotlight (« ils ont fait l’actu : comment réagissent les gens ordinaires quand ils sont dans la lumière »), Ruth Palmer a mené des dizaines d’entretiens avec des non‐journalistes.

Elle avait repéré leur nom dans des journaux ou à la télévision, puis leur a demandé de raconter en détail ce qui s’est passé quand des journalistes ont débarqué dans leur vie, pour des raisons très diverses : une femme était témoin d’un accident dans la rue, un artiste avait fait l’objet d’un portrait dans un journal local, une cadre était accusée de malversations financières, un homme était dans l’Airbus qui a atterri sur l’Hudson River

« Les reporters doivent vous pousser dans vos retranchements, c’est leur boulot »

Elle en a tiré des leçons plutôt intéressantes. D’abord, ça ne se passe pas forcément si mal que ça : beaucoup de personnes interrogées considèrent qu’apparaître dans les médias a plutôt bien servi leurs propres objectifs, qu’il s’agisse d’attirer l’attention sur une cause importante à leurs yeux, de diffuser leurs idées à une large audience, ou d’améliorer leur propre statut social auprès de leur entourage.

Certains comprennent même que les journalistes puissent être intrusifs et insistants, comme cette femme qui avait perdu son bébé à cause d’une maladie, et voyait une équipe de télévision réarranger les meubles de son salon avant de tourner son interview :

« Les reporters doivent vous pousser dans vos retranchements, ça m’a parfois agacé mais c’est leur boulot. Regardez CBS, ils voulaient absolument une image du bébé que j’ai perdu, j’ai refusé encore et encore, mais ils ont continué à la demander jusqu’à la dernière minute. Mais c’est leur boulot. »

Quand ça s’est mal passé, c’est pour des raisons qu’on retrouve en partie dans la polémique autour du dernier Davet/Lhomme :

  • la sensation d’avoir été manipulé revient souvent, comme si le journaliste n’écoutait pas vraiment, mais avait une citation en tête et s’efforçait de la faire dire à leur interlocuteur. Une chercheuse explique ainsi que, lors de son interview, elle a passé plus de temps à éviter de dire ce qu’on l’incitait forcément à dire plutôt qu’à dire quelque chose d’intéressant.
  • les conséquences sur la vie personnelle peuvent être terribles, et se sont aggravées avec Internet. Les médias en ligne travaillent leur référencement, et leurs articles squattent les pages de résultats Google quand on cherche le nom de la personne accusée d’un crime ou d’un délit. « La pire chose que vous avez faite dans votre vie devient la première chose qu’on apprend de vous, et ça vous suivra sans doute toute votre vie, résume Palmer. Si vous vous exprimez, il y aura forcément un retour de flamme sur les réseaux sociaux, ajoute‐t‐elle, et parfois des répercussions jusque dans le monde réel. »
  • quoiqu’il se passe après la parution, on ne peut pas compter sur les journalistes pour gérer « l’après ». Alors qu’ils avaient vécu un moment intense de leur existence, beaucoup ont ensuite ressenti un sentiment d’abandon.

L’image des journalistes n’a plus rien à avoir avec l’image qu’ils se font d’eux-mêmes

De son travail, Palmer tire une conclusion alarmante : l’image du métier que se font les non‐journalistes n’a plus grand chose à voir avec celles que les journalistes aiment à cultiver.

« Ce qui m’a frappée, c’est que les gens qui disaient garder un bon souvenir de leurs interactions avec des reporters ajoutaient immédiatement que leur propre expérience était une exception à la règle.

Ils considèrent toujours que les journalistes, dans leur ensemble, sont insistants, intrusifs, égoïstes, prêts à inventer des choses, et disparaissent quand ils ont eu ce qu’ils veulent en se moquant de ce qui peut arriver aux gens ordinaires. »

Dans leur propre imaginaire, les journalistes sont là non seulement pour défendre la vérité, mais aussi pour incarner un contre‐pouvoir et aider les petits à se défendre contre les puissants.

Mais pour un nombre grandissant de non‐journalistes, ils représentent eux‐mêmes un pouvoir menaçant, un « tyran » qui peut leur pourrir la vie. Difficile de leur donner tort, quand on voit la réaction de Davet et de Lhomme aux critiques de la directrice d’école.

Il y a sans doute plein de raisons, bonnes ou mauvaises, qui amènent Decker à réagir comme elle l’a fait. Mais la moindre des choses c’est d’accepter de les entendre : elles viennent de quelqu’un qui a consacré du temps, partagé un peu de son histoire personnelle et pris publiquement position dans un débat empoisonné.

Le journalisme qu’on doit défendre dans les écoles, c’est celui qui prend soin de ses témoins, pas celui qui leur roule dessus comme un bulldozer.

Un peu d'inspiration !

Depuis 2014, j'accompagne des médias dans leurs projets et je mène mes propres expériences. Retrouvez les réalisations dont je suis le plus fier dans un portfolio qui vous donnera envie d'innover !

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

On en discute ?