Supprimer les services politiques, et 4 autres idées pour changer le journalisme

La jour­na­liste poli­tique Natha­lie Saint-Cricq lors du débat Macron-Le Pen

Comme chaque année, je suis allé man­ger du poulpe grillé et boire des Spritz décou­vrir les der­nières ten­dances au Fes­ti­val inter­na­tio­nal de jour­na­lisme de Pérouse, en Ita­lie. Je vous en ai rame­né cinq idées pour chan­ger le jour­na­lisme qui conti­nuent à me trot­ter dans la tête depuis mon retour.

1. Supprimer les services politiques dans les rédactions

L’idée vient de l’écrivain néer­lan­dais Joris Luyen­dijk, qui tenait le Ban­king Blog sur le site du Guar­dian. Il l’a expo­sée lors d’une confé­rence à la tona­li­té désa­bu­sée :

« Il faut sup­pri­mer les ser­vices poli­tiques des rédac­tions natio­nales, les jeter par la fenêtre. Et rem­pla­cer leurs repor­ters par des “fixers”, dont le job est d’aider leurs col­lègues des autres ser­vices à faire leur tra­vail.

Si je tra­vaille pour les pages éco­no­mie et que je tombe sur une affaire de cor­rup­tion à West­mins­ter, je devrais pou­voir me tour­ner vers un spé­cia­liste du Par­le­ment bri­tan­nique pour qu’il m’aide dans mon enquête.

Mais en pra­tique, ça n’arrive jamais : les jour­na­listes poli­tiques ont leur propres prio­ri­tés et ne par­tagent pas leurs contacts. Ils se contentent de la poli­tique poli­ti­cienne : les son­dages, les postes, les ambi­tions… en résu­mé, ils en font un “show busi­ness for ugly people”.»

« Jeter les ser­vices poli­tiques par la fenêtre » : for­mu­lée ain­si, la mesure paraît radi­cale. Mais le punk qui som­meille en moi ne peut pas s’empêcher de pen­ser que c’est une très bonne idée…

2. Arrêter de vendre des abonnements et proposer des adhésions à la place

C’est sans doute l’idée la plus enthou­sias­mante que je retiens de Pérouse cette année – si on s’est croi­sés depuis, il y a de bonnes chances que je vous en ai déjà par­lé, en fai­sant de grands mou­li­nets avec les mains.

Je résume à gros traits : le modèle de finan­ce­ment des médias par abon­ne­ment, qui a beau­coup séduit dans la pro­fes­sion ces der­nières années, a bien des avan­tages : indé­pen­dance vis-à-vis des annon­ceurs ; expé­rience uti­li­sa­teur amé­lio­rée par l’absence de publi­ci­tés for­cé­ment intru­sives ; lien plus direct entre la rédac­tion et son public.

Mais il a un incon­vé­nient majeur : en acti­vant un pay­wall, on impose au lec­teur de se créer un compte et de sor­tir sa carte bleue avant de pou­voir lire un article. Et on réduit dras­ti­que­ment les pos­si­bi­li­tés de cir­cu­la­tion et de reprise des infor­ma­tions publiées.

On peut tou­jours le désac­ti­ver pour cer­taines enquêtes jugées « d’utilité publique », mais on crée alors un dilemme cor­né­lien pour les équipes concer­nées, quand elles s’apprêtent à publier un conte­nu fort.

Faut-il le lais­ser en libre accès et espé­rer que le sur­plus de tra­fic géné­ré se trans­forme, in fine, en nou­veaux abon­nés ? Ou faut-il au contraire le réser­ver à ses lec­teurs actuels, pour s’assurer qu’ils en aient « pour leur argent » et ne pas réduire la valeur de leur achat ?

Les expé­riences menées par le News Reve­nue Hub offrent une troi­sième voie, déjà emprun­tée par le Guar­dian au Royaume-Uni, par Repor­terre, L’Imprévu ou le Bon­dy Blog en France. Ces der­niers ont fait le choix gar­der leurs conte­nus ouverts, et de pro­po­ser à tous les lec­teurs de deve­nir adhé­rents, si le pro­jet édi­to­rial pro­po­sé les séduit sur le long terme.

C’est le virage pris par le Hono­lu­lu Civil Beat,  à Hawaii, et Voice of San Die­go, deux sites qui pei­naient à recru­ter assez d’abonnés pour finan­cer repor­tages et enquêtes de fond. Dans les deux cas, les  reve­nus géné­rés ont net­te­ment aug­men­té : les rédac­tions ont décou­vert qu’une part signi­fi­ca­tive de leurs lec­teurs était prête à payer une dizaine de dol­lars par mois non pour accé­der à des conte­nus, mais pour sou­te­nir des pro­jets de jour­na­lisme de qua­li­té.

Mais pour réus­sir, le pas­sage du sub­scrip­tion model au mem­ber­ship model implique de trans­for­mer signi­fi­ca­ti­ve­ment la façon de tra­vailler des repor­ters concer­nés. Les voi­là for­cer de racon­ter davan­tage les cou­lisses de la fabri­ca­tion de l’information, d’expliquer les choix édi­to­riaux opé­rés ou encore de prendre réel­le­ment en compte les avis et les pro­po­si­tions de sujets des adhé­rents.

C’est ce qu’expliquait Mary Wal­ter-Brown, la fon­da­trice du News Reve­nue Hub, à Pérouse :

« Il faut un chan­ge­ment de culture pour que ça marche. Il faut pro­po­ser des contre­par­ties, comme le fait de pou­voir prendre un café avec les jour­na­listes pour dis­cu­ter avec eux.

Il faut déga­ger du temps pour que les repor­ters puissent pré­pa­rer des cam­pagnes d’emailing où ils se pré­sentent et pré­sentent leur tra­vail. Il faut pas­ser du temps à étu­dier les don­nées dis­po­nibles.

Si vous vous conten­ter juste de lan­cer une page mem­ber­ship sur votre site sans y consa­crer du temps et de l’énergie, les gens le ver­ront vite. A l’inverse, des ini­tia­tives simples peuvent avoir de grands résul­tats. »

Ça passe par­fois par de petites fonc­tion­na­li­tés malines, rap­pe­lait le cher­cheur Jay Rosen dans un autre ren­dez-vous péru­gin : lorsqu’un adhé­rent au site néer­lan­dais De Cor­res­pondent par­tage un article, les lec­teurs qui cliquent sur le lien géné­ré vont voir le nom de ce sou­tien s’afficher sur la page. De quoi don­ner envie de rejoindre le club.

Ce qui m’a frap­pé, c’est que ce modèle mem­ber­ship ne semble plus seule­ment réser­vé à des médias juniors ou mili­tants, mais qu’il pour­rait bien concer­ner bien plus de titres. L’approche pro­po­sée par le News Reve­nue Hub est d’ailleurs très busi­ness, et passe par la mise en place d’outils de rela­tion-client per­for­mants.

A titre per­son­nel, je suis abon­né (et même petit action­naire) des Jours, mais je ne vois aucune rai­son d’interrompre mon pré­lè­ve­ment si ce site décide de mettre ses conte­nus en libre accès. Et je suis prêt à parier que bien des lec­teurs de Media­ci­tés, du Quatre heures ou même de Libé­ra­tion feraient le même choix.

3. Mettre au point un fact-checking automatique et collaboratif

Réelle ten­dance de ces der­nières années, le fact-che­cking a du plomb dans l’aile depuis qu’on a décou­vert qu’il ne per­met­tait pas vrai­ment de lut­ter contre la dis­sé­mi­na­tion des fake news. Ça n’empêche pas les spé­cia­listes de conti­nuer à réflé­chir aux façons de l’améliorer.

Par­mi eux, Bill Adair, cher­cheur à l’université Duke et créa­teur de Poli­ti­fact, pion­nier amé­ri­cain dans ce domaine. Depuis quelques années, il trim­balle dans sa sacoche un vieux rêve : un outil qui per­met­trait de véri­fier en direct les pro­pos tenus par un poli­ti­cien, par exemple sous la forme d’un ban­deau incrus­té sur la retrans­mis­sion de son dis­cours par une chaîne info.

Com­plexe à mettre au point, une telle tech­no­lo­gie parais­sait hors de por­tée il y a quelques années. Mais les pro­grès et la popu­la­ri­sa­tion de l’intelligence arti­fi­cielle montrent qu’elle désor­mais est attei­gnable. L’application pour iPhone FactS­tream, que son équipe a récem­ment lan­cé, per­met­tait ain­si à ses uti­li­sa­teurs de rece­voir des noti­fi­ca­tions dès que Trump pro­non­çait une contre-véri­té lors de son dis­cours sur l’Etat de l’Union, en jan­vier.

OK, le texte que lisait Trump est dif­fu­sé aux jour­na­listes quelques heures avant, et les noti­fi­ca­tions étaient envoyées manuel­le­ment (par­fois avant même que Trump arrive au pas­sage concer­né, pour tenir compte des délais. Mais Adair ne compte pas s’arrêter là, et auto­ma­ti­ser davan­tage le pro­ces­sus.

Autre outil déve­lop­pé : Claim­Bus­ter, qui va détec­ter auto­ma­ti­que­ment dans n’importe quel dis­cours des pro­pos fac­tuels pou­vant être matière à un tra­vail de véri­fi­ca­tion. Une série de fact-che­ckers amé­ri­cains reçoivent ain­si une news­let­ter quo­ti­dienne four­nis­sant les faits détec­tés par exemple dans les inter­ven­tions des par­le­men­taires au Congrès, une matière qu’ils vont pou­voir trai­ter pen­dant la jour­née.

Pour mieux fact-che­cker, il est aus­si utile de fact-che­cker ensemble : ain­si, FactS­tream pro­pose des conte­nus venus de plu­sieurs sites d’information, par­fois concur­rents. Ces conte­nus sont struc­tu­rés via le bali­sage Claim­Re­view, ser­vant au réfé­ren­ce­ment et mis au point avec Google pour rendre plus visible les fact-che­ckings sur Google News et dans les résul­tats de recherche.

4. Rétablir la confiance des lecteurs pour qu’ils acceptent d’être bousculés

C’est deve­nu une tarte à la crème, et je ne suis pas le der­nier à la res­sor­tir régu­liè­re­ment du fri­go : les jour­na­listes doivent rega­gner la confiance de leur public s’ils veulent exis­ter dans des éco­sys­tèmes numé­riques ou l’information est sur­abon­dante et par­tout acces­sible.

Dans sa key­note à Pérouse, le cher­cheur new-yor­kais Jay Rosen pro­po­sait donc « d’optimiser les médias pour la confiance », plu­tôt que de les opti­mi­ser pour les clics ou les par­tages Face­book.

Il a cepen­dant vite recon­nu la fai­blesse der­rière ce rai­son­ne­ment : après tout, Breit­bart News aux Etats-Unis a la confiance de ses lec­teurs, et c’est même ce qui fonde son pou­voir de nui­sance  dans le débat démo­cra­tique :

« C’est facile d’obtenir leur confiance si vous ne faites que ren­for­cer les idées que vos lec­teurs ont déjà, et si vous dénon­cez les idées des autres. Trump le fait avec son compte Twit­ter. Comme source d’information, il est davan­tage cru que Fox News par les élec­teurs répu­bli­cains. »

(Toutes choses égales par ailleurs, on peut tenir le même rai­son­ne­ment en France avec des sites aux conte­nus mar­qués idéo­lo­gi­que­ment et jour­na­lis­ti­que­ment contes­tables, comme Rus­sia Today, Le Média ou Les­Crises.)

Ce constat l’amène à refor­mu­ler la ques­tion : « Com­ment com­bi­ner le res­pect des stan­dards de qua­li­té du jour­na­lisme, et en même temps créer de la confiance ?» Quitte à prendre, par­fois, son lec­teur à rebrousse-poil.

C’est un vaste chan­tier, qui passe, comme lorsqu’un média adopte le modèle de finan­ce­ment par adhé­sion, par une redé­fi­ni­tion glo­bale de l’offre édi­to­riale et des méthodes de tra­vail des jour­na­listes.

5. Fournir des services aux pigistes pour qu’ils se publient eux-mêmes

Teun Gau­tier en est convain­cu : le pro­blème actuel du jour­na­lisme n’est pas un pro­blème de demande – les lec­teurs veulent de l’information et sont prêts à la payer « si elle a de la valeur pour eux » – ni un pro­blème d’offre – « les coûts de pro­duc­tion baissent »,  et des tech­no­lo­gies autre­fois inac­ces­sibles sont désor­mais à por­tée de clic pour le pre­mier étu­diant en jour­na­lisme venu.

Un peu comme pour les pro­duc­teurs de melons, le pro­blème vient, selon le fon­da­teur du ser­vice De Coö­pe­ra­tie, des inter­mé­diaires. Entre les jour­na­listes et leur public, c’est la struc­ture de dis­tri­bu­tion de l’information qui est dys­fonc­tion­nelle, parce qu’elle n’est pas capable de géné­rer des reve­nus suf­fi­sants.

C’est le rôle des édi­teurs de presse qui doit donc chan­ger. Ils ne devraient plus cher­cher à enca­drer le tra­vail des jour­na­listes – en choi­sis­sant qui doit être embau­ché, en sélec­tion­nant ce qui doit paraître ou pas ou en com­man­dant des conte­nus qui doivent col­ler à des for­mats exis­tants.

Plu­tôt que de mul­ti­plier les confé­rences de rédac­tion pour rem­plir un che­min de fer pré­for­ma­té ou renou­ve­ler à marche for­cée une page d’accueil, les nou­veaux inter­mé­diaires devront cher­cher à accom­pa­gner des jour­na­listes free­lance, en leur four­nis­sant les ser­vices néces­saires à leur acti­vi­té.

Pour les iden­ti­fier, il faut se deman­der ce qu’on inven­te­rait si on fai­sait table rase des médias exis­tants. De quoi ont besoin les jour­na­listes ? Pêle-mêle : un outil de publi­ca­tion per­for­mant, de la visi­bi­li­té sur les réseaux sociaux, des solu­tions de moné­ti­sa­tion (paie­ment à l’article, crowd­fun­ding, adhé­sion…), de ser­vices de for­ma­tion, d’entraide, de relec­ture ou de cor­rec­tion, d’une bonne épargne retraite…

Ce modèle « de la ferme à la table » appli­qué au jour­na­lisme réduit la dis­tance entre le lec­teur et le repor­teur, et modi­fie aus­si la répar­ti­tion des reve­nus géné­rés, qui pro­fitent davan­tage au pro­duc­teur de l’information et moins à ceux char­gés de leur dis­tri­bu­tion

Puisque vous passez par là…

J’ai besoin de votre aide : je m’intéresse à la mesure d’audience des médias en ligne (dans Google Analytics, sur Facebook, sur Twitter…) et à ce que les journalistes en font. En participant à ma petite enquête sur le sujet, vous m’aiderez à concevoir de nouveaux services intéressants.

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

On en discute ?