5 exemples réussis de “journalisme à la petite cuillère”

Le gar­çon à la petite cuillère, image extraite du film “Matrix”

Par­fois, les lec­teurs sont un peu comme des bébés : si vous leur pré­sen­tez votre bouillie dans un bol, ils vont faire “pfff…» et peut-être même vous le balan­cer à la figure.

Mais si vous convoyez leur pitance par petites doses à l’aide d’une petite cuillère, vous ver­rez qu’ils fini­ront par la man­ger en entier sans regim­ber.

Le « jour­na­lisme à la petite cuillère », c’est une ten­dance que j’ai vu se des­si­ner récem­ment – je vois pas­ser beau­coup de nou­veaux for­mats édi­to­riaux, et j’en conçois moi-même à l’occasion.

Elle est en train d’enterrer la mode du long­form : c’est désor­mais décou­pée en petites bou­chées qu’on pro­pose l’information aux inter­nautes. J’ai choi­si cinq exemples réus­sis de ce phé­no­mène, mais vous en avez sûre­ment d’autres en tête, et aurez j’espère à cœur de les par­ta­ger dans les com­men­taires.

1. Le diaporama bad ass aux légendes ultracourtes

Cap­ture d’écran d’un dia­po­ra­ma Look At This de la NPR
  • Taille de la cuillère. 130 signes envi­ron pour chaque texte
  • Nombre de cuille­rées. 66 en tout
  • Taille du bol. A la louche, plus de 8 000 signes

Avec ses Look At This, la NPR pro­pose un for­mat visuel très effi­cace, que Le Temps a aus­si adop­té : des pho­tos plein écran, une navi­ga­tion ultra basique à la sou­ris ou au cla­vier, et sur­tout des textes très courts.

Par­ti­cu­la­ri­té : pour occu­per toute la lar­geur et toute la hau­teur d’un écran quelque soit sa taille, les pho­tos publiées sont for­cé­ment reca­drées. Sur un ordi­na­teur, on coupe un peu sur les bords ; sur un mobile, on n’affiche qu’une por­tion congrue de la pho­to.

Une photo du diaporama, telle qu'elle apparaît sur un écran d'iPhone 6 et sur un macBook.
Une pho­to du dia­po­ra­ma, telle qu’elle appa­raît sur un iPhone 6 et sur un Mac­Book 13 pouces.

On ima­gine que l’équipe Visuals Team du réseau amé­ri­cain de radios publiques s’est effor­cée de sélec­tion­ner des pho­tos adap­tées, avec le sujet prin­ci­pal de l’image bien calé au centre.

Cette pra­tique un peu acro­ba­tique a de quoi faire s’étrangler les puristes du pho­to­re­por­tage. Elle a l’intérêt de ren­for­cer l’impact visuel du conte­nu publié, sur­tout sur un smart­phone – sup­port sur lequel les médias en ligne publient le plus sou­vent des pho­tos au for­mat pay­sage, de ce fait affi­chées en taille réduite.

2. Le serious game dont vous êtes le héros

Cap­ture d’écran du jeu “Scénario(s)”
  • Taille de la cuillère. 290 signes en moyenne pour chaque écran
  • Nombre de cuille­rées. 757 (pour tous les choix)
  • Taille du bol. Plus de 215 000 signes

Avec Scénario(s), qui lui a valu le Prix de l’innovation en jour­na­lisme, Marie Tur­can  pro­pose de se plon­ger dans le monde des scé­na­ristes de télé­vi­sion et de ciné­ma, ses pro­duc­teurs libi­di­neux et ses écri­vains en galère de thune. Le lec­teur incarne un scé­na­riste débu­tant et doit faire, à chaque étape, le choix entre plu­sieurs options.

L’entrée en matière et la prise en main sont très simples, et c’est sans doute ce qui fait l’intérêt de ce type de for­mats : le lec­teur com­mence à les explo­rer sans prendre vrai­ment conscience de leur lon­gueur totale ; après une ou deux minutes, il va pour­suivre la lec­ture pour avoir la satis­fac­tion d’avoir accom­pli une tâche jusqu’au bout.

(J’imagine qu’il y a un phé­no­mène neu­ro­lo­gique à l’œuvre, une glande qui s’active quelque part entre le tha­la­mus et le cor­tex – si jamais vous êtes un spé­cia­liste de la chose, pen­sez à lais­ser un com­men­taire.)

3. Le réseau de personnes exposé maillon par maillon

Cap­ture d’écran de la data­viz “Un an de connexions ter­ro­sites”
  • Taille de la cuillère. 350 signes envi­ron pour chaque texte
  • Nombre de cuille­rées. 17 en tout
  • Taille du bol. Près de 6 000 signes

Pour mon­trer les liens entre les diverses équipes ter­ro­ristes qui ont sévi en France l’an der­nier, Libé­ra­tion a choi­si de dévoi­ler mor­ceau par mor­ceau le réseau de dji­ha­distes que ses jour­na­listes sont par­ve­nus à recons­ti­tuer.

C’est un choix malin, en par­tie contre-intui­tif : on aurait envie de mon­trer dès le char­ge­ment de la page le réseau entier, parce que c’est le résul­tat d’un tra­vail qu’on ima­gine long et minu­tieux. Mais le risque serait alors de décou­ra­ger le lec­teur avec une info­gra­phie trop dense et trop com­plexe.

Cet exemple montre aus­si qu’on n’est pas for­cé d’adopter un for­mat aus­tère quand le sujet l’est : on peut faire le choix du visuel et de l”« expé­rien­tiel » pour trai­ter la com­plexi­té.

4. Le décryptage d’un geste sportif mouvement par mouvement

Cap­ture d’écran d’un écran d’intro de la rubrique The Fine Line, du New York Times
  • Taille de la cuillère. 80 signes envi­ron pour chaque texte
  • Nombre de cuille­rées. 22, pour une qua­ran­taine d’étapes
  • Taille du bol.  Pas plus de 2 000 signes

Ce serait du foot, on par­le­rait de « foot­ball total ». La série d’infographies The Fine Line, pré­pa­rée par le New York Times pour les JO de Rio, pour­rait faire mou­rir d’envie tous ceux qui tra­vaillent sur ce type de nou­velles écri­tures.

Images, vidéos, sché­mas, inter­ac­tions, tran­si­tions, desi­gn, ergo­no­mie… : le résul­tat est beau, intel­li­gent et réglé comme du papier à musique,  le tout avec même pas 2 000 signes de texte !

Venant d’un jour­nal qu’on sur­nom­mait The Gray Lady («la dame en gris») pour l’austérité de ses pages, l’évolution est spec­ta­cu­laire. D’autant qu’en 2012, c’est au contraire un (très) long for­mat,  Snow Fall, qui avait fait remar­quer le New York Times sur le web.

5. Le quiz intelligent qui montre comment nous percevons mal notre réalité

Cap­ture d’écran du quiz “How well do you know your coun­try ?”, du Guar­dian
  • Taille de la cuillère. 300 à 350 signes par question/réponse
  • Nombre de cuille­rées. 11 en tout
  • Taille du bol.  3 700 signes à tout cas­ser

C’est un autre de mes coups de cœur : le quiz « How well do you know your coun­try ?» («Connais­sez-vous bien votre pays ?») pro­po­sé par le Guar­dian pose à l’internaute une série de ques­tions pièges, dont la réponse est tou­jours un pour­cen­tage.

Par exemple : quelle est la part des habi­tants de la France qui n’est pas née en France ? Le résul­tat sélec­tion­né par l’internaute est com­pa­ré à deux autres valeurs :

  • la réa­li­té,
  • les réponses recueillies par Ipsos dans un son­dage mené dans 33 pays.

A chaque étape, un court texte tire les leçons de  l’expérience. Le tout est très effi­cace pour mon­trer à quel point notre vision de la réa­li­té sta­tis­tique peut être défor­mée.

Puisque vous passez par là…

J’ai besoin de votre aide : je m’intéresse à la mesure d’audience des médias en ligne (dans Google Analytics, sur Facebook, sur Twitter…) et à ce que les journalistes en font. En participant à ma petite enquête sur le sujet, vous m’aiderez à concevoir de nouveaux services intéressants.

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

On en discute ?