Le top 50 des sites d’info les plus cités sur Wikipédia

« Wiki­pe­dian pro­tes­ter », strip de XKCD (CC-BY-NC)

Les médias fran­çais et la ver­sion fran­co­phone de Wiki­pé­dia entre­tiennent une rela­tion com­pli­quée.  La fia­bi­li­té de l’encyclopédie col­la­bo­ra­tive a long­temps été mise en doute par des chro­ni­queurs et édi­to­ria­liste, mal à l’aise face à l’absence de « comi­té édi­to­rial » ou d’instance diri­geante bien iden­ti­fiée.

Cer­tains jour­na­listes n’hésitent pas à « van­da­li­ser » des notices pour mieux appuyer leur démons­tra­tion, comme pour un repor­tage d’Envoyé spé­cial dif­fu­sé en novembre 2012 et qui avait héris­sé le poil des Wiki­pé­diens ou pour le livre La Révo­lu­tion Wiki­pé­dia, publié sous la direc­tion du chro­ni­queur lit­té­raire Pierre Assou­line en 2007.

Pour­tant, les jour­na­listes uti­lisent quo­ti­dien­ne­ment Wiki­pé­dia pour leurs recherches d’information, même s’ils en connaissent sou­vent mal le fonc­tion­ne­ment et le com­plexe sys­tème d’autorégulation. En for­ma­tion, j’ai sou­vent dû prendre le temps de faire l’anatomie d’une notice, de la liste de sources en bas d’article à l’onglet « Dis­cus­sion », en pas­sant par la com­pa­rai­son des dif­fé­rentes ver­sions.

La « référence nécessaire », règle d’or de l’encyclopédie

Et les Wiki­pé­diens eux-mêmes se servent lar­ge­ment des sites d’information pour sour­cer le conte­nu de leurs notices. Les rédac­teurs doivent en effet res­pec­ter une règle fon­da­men­tale : l’absence de tra­vaux inédits dans le texte des notices. Tout savoir qui y est réfé­ren­cé doit s’appuyer sur une source exis­tante, qu’il s’agisse d’un livre, d’une page offi­cielle ou, bien sou­vent, d’un article de presse.

Un porte-clés Wiki­pé­dia (Cary Bass-Des­che­nes/CC-BY-SA)

C’est pour cette rai­son qu’on croise régu­liè­re­ment la men­tion «(Réf. néces­saire)» [et non « cita­tion néces­saire, mer­ci Gilles, ndlr] dans le conte­nu d’une page, signe qu’un contri­bu­teur vigi­lant a édi­té la page pour signa­ler que l’information men­tion­née n’était pas cor­rec­te­ment sour­cée.

En 2012, l’écrivain amé­ri­cain Phi­lip Roth a pu mesu­rer toute l’intransigeance de cette règle quand il a ten­té de modi­fier la notice d’un de ses romans, cor­rec­tion refu­sée par un admi­nis­tra­teur de la Wiki­pé­dia anglo­phone. Un épi­sode qu’il a racon­té dans le New Yor­ker.

L’existence d’un nombre d’articles suf­fi­sant trai­tant d’une per­son­na­li­té ou d’un phé­no­mène étant d’ailleurs un cri­tère impor­tant pour juger de la « rece­va­bi­li­té » d’un nou­vel article  – ce qui avait amu­sé Daniel Schnei­der­mann lors d’une une émis­sion d’Arrêt sur images sur ce sujet sen­sible.

Mais quelles sont leurs sources pri­vi­lé­giées ? J’ai mené une petite enquête en me basant sur un échan­tillon de plus de 16 500 fiches conte­nant en tout plus de 100 000 liens externes. Je reviens pas à pas sur la méthode uti­li­sée dans un autre article de ce site, où je liste aus­si l’ensemble des don­nées uti­li­sées – sachez juste que mon ordi­na­teur a beau­coup res­sem­blé à ça ces der­nières heures :

Voi­là donc le top 50 des sites d’actu dont le conte­nu est le plus sou­vent cité en réfé­rence dans Wiki­pé­dia :

Si au lieu d’un échan­tillon « géné­ra­liste » de fiches, on se can­tonne à des sélec­tions res­ser­rées, on peut voir com­ment cette liste de médias de réfé­rence évo­lue thème par thème – n’hésitez pas à me contac­ter ou à lais­ser un com­men­taire si vous sou­hai­tez que j’explore d’autres thé­ma­tiques.

Enfin, si vous êtes jour­na­liste, vous avez peut-être envie de savoir quels conte­nus de votre média ou de son concur­rent font désor­mais réfé­rence, peut-être pour l’éternité – c’est quand même plus chic que d’être cité dans un tweet de Nadine Mora­no, non ?

Vous pou­vez cher­cher votre média et les notices dans lequel il est cité dans la liste com­plète des liens de l’échantillon « géné­ra­liste », soit 1% du total des fiches publiées sur Wiki­pé­dia. Si le tableau ne se charge pas, vous pou­vez retrou­ver la liste com­plète dans cette Google Sheet.

Si vous trou­vez des erreurs ou des bizar­re­ries, contac­tez-moi ou lais­sez un com­men­taire que je puisse jeter un œil à vos trou­vailles.

Un peu d'inspiration !

Depuis 2014, j'accompagne des médias dans leurs projets et je mène mes propres expériences. Retrouvez les réalisations dont je suis le plus fier dans un portfolio qui vous donnera envie d'innover !

Partager cet article

Lien copié !
C'est nul, je veux de gros boutons colorés !

Partager cet article

On en discute ?