La France de la VO et celle de la VF : les cartes d’une fracture française

La France de la VO
La France de la VF

Ça fait par­tie de ces com­bats qui divisent les Fran­çais en deux camps irré­con­ci­liables. Comme la guerre sans mer­ci du « pain au cho­co­lat » et de la « cho­co­la­tine », ou le conflit sécu­laire entre la tar­tine au beurre salé et celle au beurre doux.

De même, il y a ceux qui ne jurent que par la ver­sion ori­gi­nale sous-titrée (VO) – quitte à pas­ser son temps à lire les sous-titres plu­tôt qu’à pro­fi­ter de lpoac­tion et des dia­logues – et ceux qui ne peuvent pas vivre sans la ver­sion fran­çaise (VF) – quitte à subir des tra­duc­tions et des dou­blages pas tou­jours par­faits.

His­toire de frus­trer un peu tout le monde, les ciné­mas ne pro­posent pas for­cé­ment les deux ver­sions. Sur les deux ana­mor­phoses en haut de cet article, plus un dépar­te­ment est gros et plus ses habi­tants se voient pro­po­ser de séances en VO (à gauche, en rouge) ou de la VF (à droite, en vert).

Sur une journée, 20 182 séances de cinéma dans 1 400 salles

Pour les réa­li­ser, j’ai récu­pé­ré, grâce à un scra­per, l’intégralité des séances dis­po­nibles sur un site spé­cia­li­sé pour la jour­née du 28 avril 2017. Soit plus de 20 182 séances, dans plus de 1 400 ciné­mas de France et de Navarre, pro­je­tant un total de 981 films dif­fé­rents.

Par­mi ces der­niers, j’en ai iden­ti­fié 549 en langue étran­gère (non sans mal, comme je l’explique dans un autre post sur site, où je reviens sur la méthode uti­li­sée) pour un total de 14 223 séances, dont 2 964 en VO.

Dans cer­taines régions, la VO est réser­vée aux petites salles de centre-ville ou aux ciné­mas art et essai. Mais cer­tains réseaux de mul­ti­plexes pro­gramment aus­si un nombre impor­tant de séances en VO, comme UGC.

Si on passe à l’échelon des villes, c’est bien sûr à Paris que sont pro­po­sées le plus de séances en VO. Mais la ban­lieue et la pro­vince se défendent, avec Mon­treuil, Biar­ritz et Hérou­ville-Saint-Clair en tête devant la capi­tale si on prend compte la part totale des séances en VO.

A l’inverse, il y a des coins de France où on vous recom­mande pas de démé­na­ger si vous êtes #team­vo. Dans cinq dépar­te­ments, aucune séance en VO n’était pro­po­sée dans la jour­née :

  • l’Ariège
  • la Creuse
  • la Haute-Saône
  • l’Indre
  • l’Orne

Les villes avec VO et les villes avec VF

Mais pour­quoi les ciné­mas d’une ville pro­posent-ils de la VO alors que ceux de la ville d’à côté se contentent de la VF ? Le goût pour la VO est lié à la richesse des habi­tants, à leur niveau d’éducation, où bien à leur choix poli­tique ?

Sur les 1 133 loca­li­tés étu­diées, plus de 65% ne pro­po­saient aucune séance en VO dans leurs salles de ciné­ma. Pour explo­rer mes don­nées, j’ai donc répar­ti la liste en deux deux camps : les villes avec VO et les villes sans VO.


J’ai ensuite asso­cié mes résul­tats à une série de sta­tis­tiques de l’Insee, à com­men­cer par la popu­la­tion (en 2014). Sans sur­prise, ce sont dans les loca­li­tés les plus peu­plées qu’on a le plus de chances se trou­ver des séances en VO.

Ça semble logique : comme la majo­ri­té des Fran­çais pré­fère la VF, pro­po­ser de la VO n’est com­mer­cia­le­ment inté­res­sant que si la salle se trouve dans une zone suf­fi­sam­ment peu­plée pour qu’on y trouve un nombre suf­fi­sant d’amateurs de ver­sions sous-titrées.

Dans les deux camps, le niveau de vie médian est proche. On peut faire l’hypothèse que la VO n’est pas « un truc de riches»…

… ce que semble confir­mer la com­pa­rai­son du taux de pau­vre­té médian des deux séries de villes.

En revanche, si on s’intéresse à la part de la popu­la­tion ayant sui­vi des études supé­rieures, la dif­fé­rence est nette.

Je vois au moins une cau­sa­li­té pos­sible à cette cor­ré­la­tion : plus on étu­die, plus on est à l’aise avec la lec­ture, et moins on est gêné quand on doit pas­ser du temps à lire les dia­logues en bas de l’écran. Ce qui pour­rait inci­ter les gérants de salle de la loca­li­té concer­née à pri­vi­lé­gier les copies en VO.

J’ai aus­si croi­sé mes don­nées avec les résul­tats du pre­mier tour de la pré­si­den­tielle 2017. Les villes sans VO ont ten­dance à voter davan­tage pour Le Pen et moins pour Macron et Mélen­chon que les autres. Si la pré­si­den­tielle ne s’était jouée que dans les villes avec VO, Mélen­chon aurait été qua­li­fié pour le second tour.


Voi­là ! Evi­dem­ment, ce tra­vail est très par­cel­laire, et la méthode que j’ai uti­li­sée sûre­ment contes­table. Je ne suis pas spé­cia­liste de l’étude des pra­tiques cultu­relles, et je ne sais pas si cette grande frac­ture fran­çaise a fait l’objet d’enquêtes plus pous­sées. [ajout le 27/7 à 17h20 : Vod­kas­ter a fait un point assez com­plet sur le sujet en 2016]

Je serais en tout cas ravi d’en savoir plus, donc n’hésitez pas à des­cendre don­ner votre avis un peu plus bas dans les com­men­taires, et à aller explo­rer ces don­nées, qui sont dis­po­nibles dans une Google Sheet.

Cor­ri­gé le 21/7 à 10h20. Inver­sion des barres dans les gra­phique niveaux de vie et part des diplô­més du supé­rieur.

Mis à jour le 21/7 à 11h45. Ajout du gra­phique consa­cré aux réseaux de mul­ti­plexes.

Cor­ri­gé le 1/10 à 21h10. Inver­sion des barres dans le gra­phique popu­la­tion.

Puisque vous passez par là…

J’ai besoin de votre aide : je m’intéresse à la mesure d’audience des médias en ligne (dans Google Analytics, sur Facebook, sur Twitter…) et à ce que les journalistes en font. En participant à ma petite enquête sur le sujet, vous m’aiderez à concevoir de nouveaux services intéressants.

On en discute ?