Archives par mot-clé : nouveaux formats

Les médias n’ont pas besoin de plus de technologie, mais de plus d’empathie

J’ai une confidence à vous faire : je suis censé être un spécialiste de l’innovation dans les médias — c’est en tout cas comme ça que je gagne ma vie –, mais il y a des pans entiers de l’innovation dans les médias qui me laissent dans une profonde indifférence.

Prenez les expériences de réalité virtuelle ou de réalité augmentée, par exemple. Je vois passer chaque matin dans ma veille un nombre considérable d’expériences, de témoignages ou de tribunes à ce sujet, et malgré mes efforts et mon professionnalisme, je ne parviens pas à m’y intéresser.

Je comprends que beaucoup d’experts surveillent cette tendance de près, et j’ai bien sûr vu passer quelques exemples réussis, comme cette vidéo à 360° tournée parmi les soldats irakiens lors de la reconquête de Falloujah, et diffusée par le New York Times.

(Je vois aussi de beaux ratages, comme l’application lancée par France Télévisions à l’occasion de la présidentielle, bidule particulièrement creux et inutile.)

Mais plus profondément, je n’arrive pas à imaginer un futur où notre rapport à l’information passerait, principalement ou accessoirement, par des expériences d’immersion de ce genre.

L’info en ligne, un écosystème du moindre effort

Prenez la vidéo sur mobile. Ça ne paraît pas bien compliqué de pencher son smartphone sur le côté pour profiter d’une vidéo au format 16/9 en plein écran.

Pourtant, les médias en ligne diffusent de plus en plus souvent des clips au format carré ou vertical — et ils réorganisent leur circuit de production en conséquence — parce que nous privilégions ceux qui nous épargnent ce simple geste du poignet.

Dans un tel écosystème du moindre effort, où on se contente souvent de l’information « poussée » par ses amis sur un réseau social ou notifiée par une application sur son mobile, je ne vois pas de place pour des formats qui imposent au lecteur de mettre un casque sur la tête ou de brandir son téléphone dans toutes les directions pour accéder à de l’information.

Je vois en revanche très bien comment ces dispositifs peuvent s’imposer dans le monde du jeu vidéo, mais ce n’est pas du tout la même limonade.

Est-ce que j’ai vraiment envie de passer mon temps à chercher autour de moi quel degré je suis censé regarder parmi les 360 disponibles pour comprendre ce qui est en train de se passer dans le monde ? Est-ce que c’est vraiment ce que j’attends d’un média ou d’un journaliste ?

Qu’apporte un direct sur Facebook Live par rapport à un direct sur BFM-TV ?

Au risque de passer pour un vieux con, je pourrais tenir le même type de raisonnement pour plusieurs autres technologies qui ont beaucoup occupé les esprits ces derniers temps.

Ça inclut les robots conversationnels dans les messageries instantanées. Les chatbots que j’ai installés sur Messenger m’ont presque tous donné envie de jeter mon smartphone par la fenêtre, tant s’informer par ce canal m’a paru un exercice aussi laborieux que frustrant. L’exception confirmant la règle étant celui lancé par L’Obs pour la présidentielle, et qui raconte au jour le jour les hésitations d’une série d’électeurs indécis.

L’engouement actuel pour la vidéo live me laisse tout aussi sceptique. Je trouve bien sympathiques les jeunes reporters des sites généralistes envoyés dans les cortèges se filmer en direct, interviewer des manifestants et répondre aux réactions en direct des gens sur Facebook.

Mais je peine à voir la valeur éditoriale qu’ils apportent, quand on compare ce qui est diffusé à ce que diffusent les chaines info — qui ont à disposition des journalistes rompus à l’exercice, du matériel de qualité et toute une culture donnant « la priorité au direct ».

Evidemment, il est tout à fait possible que dans cinq ou dix ans, nous ayons tous une paire de lunettes spéciales réalité virtuelle sur la table du salon, afin de s’informer chaque soir avec des vidéos à 360° diffusées en direct et commentées par des robots.

(Si vous vivez dans ce futur et que vous êtes en train de lire ces lignes, merci de ne pas être trop méchant dans les commentaires.)

Un consultant en innovation a besoin d’innovations sur lesquelles être consulté

Au passage, ça me pose un problème professionnel. Comme le trader fait ses profits grâce aux évolutions des cours de bourse et ne gagne rien si rien ne change, le consultant en innovation a besoin d’innovations sur lesquelles être consulté.

Et sauf à être totalement cynique, il a intérêt à croire en ces nouvelles tendances, au moins un minimum, s’il veut gagner sa croûte. J’ai la chance d’avoir des clients que ces nouveautés laissent pour le moment indifférents ; si ce n’était pas le cas, je serais bien embêté.

Attention, je ne suis pas en train de dire que le journalisme n’a rien d’intéressant à prendre dans le grand panier des nouveautés technologiques. Il y a quelques années, c’est autour du datajournalisme qu’il y avait un fort engouement. Et encore aujourd’hui, je lis pas mal de big bullshit sur le big data ou l’utilisation de l’intelligence artificielle à des fins éditoriales.

La data est cependant plus qu’une mode, et modifie de façon non négligeable le travail dans un nombre croissant de rédactions, et je suis très fier d’y avoir contribué par mes formations, conférences ou expériences.

Le « journalisme en empathie », exercice profondément humain

Mais aujourd’hui, les vraies évolutions sont peut-être ailleurs. C’est le sentiment que me laisse la dernière édition du Festival international de journalisme de Pérouse qui se tenait début avril, dont les échanges ont sans doute catalysé en moi d’autres réflexions plus anciennes .

Si j’essaie de mettre toutes mes impressions dans un grand sac et de coller une étiquette dessus, j’appellerais cette tendance le « journalisme en empathie ».

Soit un journalisme vécu comme un exercice profondément humain. Qui prend réellement en compte les attentes du lecteur. Et qui tente de connecter les gens au monde qui les entoure, au lieu de déverser sur leur tête un flux continu d’informations suscitant, au mieux, de l’indifférence ou, au pire, de l’angoisse et de l’isolement.

Je sais, dit comme ça, ça fait « cul-cul la pral’ », mais c’est quand même plus emballant que « le journalisme de drones » ou le « journalisme de robots », non ?

L’empathie était d’ailleurs le thème de l’un des rendez-vous proposés à Pérouse, et au-delà, elle me semble bien résumer une série d’évolutions que traversent (ou devraient traverser) les médias.

Comme ce thème m’inspire, je vais le décliner Dans mon labo en quatre épisodes dans les semaines qui viennent. En espérant vous convaincre de ranger votre casque de réalité virtuelle au placard au moins quelques instants !

Hé, ce texte fait partie d’une série de notes consacrée au « journalisme en empathie » ! Voici le menu complet :

5 exemples réussis de “journalisme à la petite cuillère”

Le garçon à la petite cuillère, image extraite du film “Matrix”

Parfois, les lecteurs sont un peu comme des bébés : si vous leur présentez votre bouillie dans un bol, ils vont faire “pfff… » et peut-être même vous le balancer à la figure.

Mais si vous convoyez leur pitance par petites doses à l’aide d’une petite cuillère, vous verrez qu’ils finiront par la manger en entier sans regimber.

Le « journalisme à la petite cuillère », c’est une tendance que j’ai vu se dessiner récemment — je vois passer beaucoup de nouveaux formats éditoriaux, et j’en conçois moi-même à l’occasion.

Elle est en train d’enterrer la mode du longform : c’est désormais découpée en petites bouchées qu’on propose l’information aux internautes. J’ai choisi cinq exemples réussis de ce phénomène, mais vous en avez sûrement d’autres en tête, et aurez j’espère à cœur de les partager dans les commentaires.

1. Le diaporama bad ass aux légendes ultracourtes

Capture d’écran d’un diaporama Look At This de la NPR
  • Taille de la cuillère. 130 signes environ pour chaque texte
  • Nombre de cuillerées. 66 en tout
  • Taille du bol. A la louche, plus de 8 000 signes

Avec ses Look At This, la NPR propose un format visuel très efficace, que Le Temps a aussi adopté : des photos plein écran, une navigation ultra basique à la souris ou au clavier, et surtout des textes très courts.

Particularité : pour occuper toute la largeur et toute la hauteur d’un écran quelque soit sa taille, les photos publiées sont forcément recadrées. Sur un ordinateur, on coupe un peu sur les bords ; sur un mobile, on n’affiche qu’une portion congrue de la photo.

Une photo du diaporama, telle qu'elle apparaît sur un écran d'iPhone 6 et sur un macBook.
Une photo du diaporama, telle qu’elle apparaît sur un iPhone 6 et sur un MacBook 13 pouces.

On imagine que l’équipe Visuals Team du réseau américain de radios publiques s’est efforcée de sélectionner des photos adaptées, avec le sujet principal de l’image bien calé au centre.

Cette pratique un peu acrobatique a de quoi faire s’étrangler les puristes du photoreportage. Elle a l’intérêt de renforcer l’impact visuel du contenu publié, surtout sur un smartphone — support sur lequel les médias en ligne publient le plus souvent des photos au format paysage, de ce fait affichées en taille réduite.

2. Le serious game dont vous êtes le héros

Capture d’écran du jeu “Scénario(s)”
  • Taille de la cuillère. 290 signes en moyenne pour chaque écran
  • Nombre de cuillerées. 757 (pour tous les choix)
  • Taille du bol. Plus de 215 000 signes

Avec Scénario(s), qui lui a valu le Prix de l’innovation en journalisme, Marie Turcan  propose de se plonger dans le monde des scénaristes de télévision et de cinéma, ses producteurs libidineux et ses écrivains en galère de thune. Le lecteur incarne un scénariste débutant et doit faire, à chaque étape, le choix entre plusieurs options.

L’entrée en matière et la prise en main sont très simples, et c’est sans doute ce qui fait l’intérêt de ce type de formats : le lecteur commence à les explorer sans prendre vraiment conscience de leur longueur totale ; après une ou deux minutes, il va poursuivre la lecture pour avoir la satisfaction d’avoir accompli une tâche jusqu’au bout.

(J’imagine qu’il y a un phénomène neurologique à l’œuvre, une glande qui s’active quelque part entre le thalamus et le cortex – si jamais vous êtes un spécialiste de la chose, pensez à laisser un commentaire.)

3. Le réseau de personnes exposé maillon par maillon

Capture d’écran de la dataviz “Un an de connexions terrosites”
  • Taille de la cuillère. 350 signes environ pour chaque texte
  • Nombre de cuillerées. 17 en tout
  • Taille du bol. Près de 6 000 signes

Pour montrer les liens entre les diverses équipes terroristes qui ont sévi en France l’an dernier, Libération a choisi de dévoiler morceau par morceau le réseau de djihadistes que ses journalistes sont parvenus à reconstituer.

C’est un choix malin, en partie contre-intuitif : on aurait envie de montrer dès le chargement de la page le réseau entier, parce que c’est le résultat d’un travail qu’on imagine long et minutieux. Mais le risque serait alors de décourager le lecteur avec une infographie trop dense et trop complexe.

Cet exemple montre aussi qu’on n’est pas forcé d’adopter un format austère quand le sujet l’est : on peut faire le choix du visuel et de l”« expérientiel » pour traiter la complexité.

4. Le décryptage d’un geste sportif mouvement par mouvement

Capture d’écran d’un écran d’intro de la rubrique The Fine Line, du New York Times
  • Taille de la cuillère. 80 signes environ pour chaque texte
  • Nombre de cuillerées. 22, pour une quarantaine d’étapes
  • Taille du bol.  Pas plus de 2 000 signes

Ce serait du foot, on parlerait de « football total ». La série d’infographies The Fine Line, préparée par le New York Times pour les JO de Rio, pourrait faire mourir d’envie tous ceux qui travaillent sur ce type de nouvelles écritures.

Images, vidéos, schémas, interactions, transitions, design, ergonomie… : le résultat est beau, intelligent et réglé comme du papier à musique,  le tout avec même pas 2 000 signes de texte !

Venant d’un journal qu’on surnommait The Gray Lady (« la dame en gris ») pour l’austérité de ses pages, l’évolution est spectaculaire. D’autant qu’en 2012, c’est au contraire un (très) long format,  Snow Fall, qui avait fait remarquer le New York Times sur le web.

5. Le quiz intelligent qui montre comment nous percevons mal notre réalité

Capture d’écran du quiz “How well do you know your country ?”, du Guardian
  • Taille de la cuillère. 300 à 350 signes par question/réponse
  • Nombre de cuillerées. 11 en tout
  • Taille du bol.  3 700 signes à tout casser

C’est un autre de mes coups de cœur : le quiz  « How well do you know your country ? » (« Connaissez-vous bien votre pays ? ») proposé par le Guardian pose à l’internaute une série de questions pièges, dont la réponse est toujours un pourcentage.

Par exemple : quelle est la part des habitants de la France qui n’est pas née en France ? Le résultat sélectionné par l’internaute est comparé à deux autres valeurs :

  • la réalité,
  • les réponses recueillies par Ipsos dans un sondage mené dans 33 pays.

A chaque étape, un court texte tire les leçons de  l’expérience. Le tout est très efficace pour montrer à quel point notre vision de la réalité statistique peut être déformée.

Pourquoi il faut des licornes dans les rédactions (et ce qu’on peut faire avec)

Une licorne sur un laptop (Yosuke Muroya/Flickr/CC-NC)
Une licorne sur un laptop (Yosuke Muroya/Flickr/CC-NC)

A en croire le joli panel réuni à l’hôtel Brufani lors de la première journée du Festival international de journalisme de Pérouse, les rédactions doivent d’urgence embaucher des « licornes » afin de mieux innover sur les supports numériques et de réussir leur mutation.

Ces « licornes », ce sont les journalistes ayant des compétences de développement ou, inversement, des développeurs aimant travailler sur l’actualité. Comme l’animal mythologique, ces profils sont rares et donc précieux au sein d’un effectif.

C’est le constat dressé par les intervenants de ce débat :

Voici une retranscription de ce qui s’est raconté, modulo quelques ellipses et reformulations de mon fait — d’avance, mille excuses si j’ai déformé un propos ou raté une idée importante.

Jacqui Maher. Je suis du Queens, à New York, et quand j’étais jeune je voulais être poétesse. Heureusement pour moi, avant d’entrer à la la fac, j’ai commencé à traîner avec un groupe de hackers. J’avais 15 ans, et c’est un âge où on trouve ce type de personnes plutôt cool, mais j’aimais aussi leurs idées et leur façon de voir le monde.

Vers 1999, la Hearst Corporation a lancé un « studio interactif » que j’ai rejoins. J’ai notamment fait un CMS [content managing system, service qui permet de gérer les contenus publiés par un site web, ndlr] pour Popular Mechanics [une revue scientifique américaine, ndlr] mais aussi des quiz pour Cosmopolitan.

« Je suis passée par Friendster en Californie et un hôpital au Malawi »

Il était un peu trop tôt pour tout ça, et le studio a fini par fermer. J’ai travaillé un temps en Californie, pour des start-ups comme Friendster, un réseau social que les plus jeunes d’entre vous ne connaissent sans doute pas. J’ai trouvé intéressant de voir comment on pouvait mettre au point une technologie pour résoudre un problème, en l’occurence permettre aux gens de retrouver leurs amis.

J’ai ensuite voyagé en Afrique, j’ai travaillé pour une ONG de lutte contre le sida au Malawi. J’ai fini par rentrer à New York. Un ami avait trouvé un job dans une nouvelle équipe que le New York Times constituait. J’ai passé un entretien et j’ai fini pas être embauchée un an plus tard.

J’y ai notamment travaillé sur un outil mis en ligne après le tremblement de terre à Haïti pour aider les gens qui cherchaient des nouvelles de leur proches, en collaboration avec Google et la Croix Rouge.

J’ai globalement trouvé le travail au sein d’une rédaction très gratifiant, comparé à ce qu’on fait dans une start-up ou une ONG.

Mais j’ai fini par déménager à Londres pour rejoindre mon compagnon et travailler pour la BBC. Je travaille notamment sur la couverture des élections et sur des outils de narration interactive.

Aron Pilhofer. J’ai un parcours très classique, avant de commencer à m’intéresser aux données, au datajournalisme. C’est une spécialité qui peut se décliner de beaucoup de façons, et ce n’est pas forcément quelque chose de si nouveau.

Ce qui est de nouveau en revanche, c’est la capacité qu’on a désormais d’utiliser les données pour créer des récits qui ont une forme non traditionnelle. On est en train de voir apparaître de nouveaux formats.

Prenez la mode pour l’explanatory journalism [le journalisme pédagogique, que pratiquent aussi les Décodeurs du Monde, ndlr] : pour moi, les meilleurs dans ce domaine, c’est la rubrique Upshot du New York Times, parce qu’ils ne se contentent pas du texte mais travaillent aussi beaucoup sur le visuel.

« Ce n’est pas compliqué, mais sans licorne vous ne pourrez pas le faire »

Mais pour faire ça, il faut des journalistes ayant des compétences en développement, sinon, vous serez incapables de produire ce genre de contenu.

Prenez le projet Immigrants in Their Own Words, du Guardian. On a voulu que les immigrants prennent eux-mêmes la parole, alors que leur histoire est toujours racontée par d’autres.

Le résultat est plutôt basique : des textes et des images, le tout créé entièrement par les lecteurs du Guardian eux-mêmes.

Ça a l’air simple, mais ça met en œuvre pas mal de choses en coulisses. Il vous faut un CMS qui va gérer le cas où il y a une image avec le texte et celui où il n’y en a pas, mais aussi gérer le cas où l’image est au format portrait et celui où elle au format paysage.

Et tant qu’à faire, vous voulez que tout ça soit dans un gabarit qu’on puisse réutiliser plus tard.

Au final, rien de très compliqué, mais si vous n’avez pas une licorne dans votre rédaction, vous ne pourrez pas le faire.

La page qu’on a mise en ligne pour suivre tous les sondages publiés avant les élections en Grande-Bretagne vise à aider nos lecteurs à aborder une problématique qui peut sembler simple, mais qui est infiniment complexe si on va dans le détail.

On produit des synthèses graphiques de toutes les études d’opinion et de leur évolution dans le temps, et on montre les basculements qui sont en train de s’opérer circonscription par circonscription.

C’est un problème technologique, c’est un problème de design, et c’est un problème de journalisme.

Jacqui Maher. J’ai travaillé pour un journal papier et je travaille désormais pour une radio. Dans les deux cas, le fait d’avoir à s’occuper d’un autre mode de diffusion que le numérique est un handicap, bien sûr.

Mais à la BBC je trouve les gens globalement plus à l’aise avec la technologie, notamment parce que c’est une structure où les ingénieurs ont toujours joué un rôle important, au fil des innovations de la radio et de la télévision.

John Crowley.  Il y a un vrai changement en cours, on est en train de passer d’un traitement de l’information principalement centré sur le texte à quelque chose davantage fondé sur le visuel et les interactions.

La BBC a publié Syrian Journey, une sorte de jeu plaçant l’internaute dans la peau d’un réfugié syrien tentant de rejoindre l’Europe — dans beaucoup de cas, le voyage se termine par la mort.

Elle a été critiquée, certains ont trouvé malsain le fait de prendre une actualité tragique pour en faire quelque chose de ludique. L’idée que dans l’avenir, l’actualité sera jouée plutôt qu’elle sera lue peut être difficile à accepter pour beaucoup d’entre nous.

Pourtant, le jeu vidéo est pratiqué par une part grandissante de la population. Et désormais, c’est le principal concurrent des médias, puisqu’on peut consacrer son temps passé dans le métro le matin à l’un ou à l’autre, sur son smartphone.

« Hé, mon article est prêt, tu peux ajouter une illustration ? » Ben non.

Pour produire ce type de contenus, là encore, il faudra des licornes.

Mais il faut savoir travailler avec elles. Par exemple, ce qui ne marche pas, c’est de produire un article et ensuite de leur demander : « Hé, tu peux pas ajouter une illustration ? » Il faut les associer dès le départ au travail sur l’article.

Il faut aussi que les licornes apprennent à mieux communiquer sur leur travail. Par exemple, j’ai demandé à nos employés qui travaillent sur le visuel partout dans le monde d’envoyer un e-mail à l’équipe à chaque fois qu’elles mettaient quelque chose en ligne, pour expliquer ce qui a été fait et comment ça a été fait.

Le Wall Street Journal embauche des développeurs, mais il y a encore parfois un sentiment que ce sont des personnes extérieures à la rédaction, qu’il y a « eux » et qu’il y a « nous ».

Ça me rappelle ce que j’ai vécu il y a quelques années, au Daily Telegraph, quand la direction avait fait venir  « quelqu’un d’Internet » au sein de la rédaction papier. Certains de ses membres avaient dit : « Mais qu’est-ce que “quelqu’un d’Internet” peut bien nous apprendre ? »

Encore aujourd’hui, la production de datavisualisations ne colle pas toujours au mode de fonctionnement d’une rédaction, notamment au niveau des critères d’évaluation : pour un rédacteur classique, être un bon journaliste c’est écrire bien, sortir des scoops. C’est aussi cette culture qui est en train de changer.

J’ai travaillé pendant six mois sur 100 Years Legacies, collection de cent histoires sur la Première Guerre mondiale. Il y a assez de textes pour un petit livre, mais on ne peut pas le deviner sur la page d’accueil, c’est très fragmenté. On utilise dedans plein de petits modules interactifs, et chaque histoire peut être partagée séparément sur les réseaux sociaux.

On y a passé six mois et on a voulu capitaliser sur ce travail, du coup on a repris ce format après la mort de Robin Williams, pour multiplier les angles sur cet acteur.

« Des outils pour l’équipe, pas seulement des contenus pour les lecteurs »

Enfin, nos licornes ne produisent pas que des choses destinées au lecteur, mais aussi des outils pour l’équipe, par exemple un petit module qui permet de générer une carte de situation en quelques secondes.

Jacqui Maher.  C’est variable mais c’est une grosse partie de mon travail en ce moment. Par exemple, je trouve ça motivant de travailler sur des outils destinés aux journalistes d’investigation, il y a beaucoup à faire dans ce domaine.

J’aime ce qu’on peut faire avec le code, mais je n’aime pas l’utiliser sans avoir un but concret, juste pour optimiser un algorithme par exemple. Pour nos besoins, pas besoin d’être dans la programmation hardcore.

John Crowley. Pour filer la métaphore avec la licorne, je dirais qu’il ne faut pas essayer d’attraper un profil de ce type, plutôt le laisser venir.

Ce ne sont pas des gens qui veulent un boulot classique, chaque jour de 9 heures à 18 heures. Ils veulent changer les choses. Il faut aussi qu’ils tiennent bien la pression, parfois un développement doit être fait dans la journée, il faut avoir une dose de réflexes journalistiques.

Jacqui Maher.  C’est vrai que les deadline sont plus dures à gérer dans les rédactions que dans les entreprises technologiques comme Google, même si là-bas aussi il y a des délais à tenir.

[…]

Aron Pilhofer.  Le New York Times ne met pas souvent ses productions en open source parce que la plupart du temps, ce qui est produit n’a pas les caractéristiques d’un projet open source, ce n’est pas quelque chose que d’autres peuvent facilement décliner.

« L’open source, la règle au Guardian, l’exception au New York Times  »

Le Guardian a une approche différente, à cause de la volonté affichée pratiquer l’open journalism : on peut dire qu’il pratique l’ouverture par défaut, alors que pour le New York Times ce sera l’exception.

Ce n’est pas une critique, d’ailleurs certains projets que le Guardian met sur Github [plateforme permettant de publier un programme et de le faire évoluer, ndlr] ne sont jamais utilisés par quelqu’un d’extérieur au Guardian.

Cela dit, je me rends compte grâce à cette conférence qu’on travaille sur un outil de cartographie simplifié, en même temps que le Wall Street Journal et se concerter, c’est un peu idiot.

[…]

John Crowley. C’est vrai que notre façon de travailler peut sembler difficilement durable d’un point de vue économique, d’autant que certains projets, comme celui qu’on a fait sur les archives de la Premiere League [le championnat de foot anglais, ndlr], n’ont pas marché.

Le jour où on a lancé 100 Years Legacies, je peux vous dire que j’ai serré les fesses, mais heureusement on a fait 3 millions de pages vues avec…

Aron Pilhofer.  C’est un vrai problème. A la base, il faut qu’il y ait une envie personnelle, et un soutien de la hiérarchie. Et après, il faut des gens pour le faire.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a aujourd’hui un nombre incroyable d’endroits où se former ou apprendre des outils. D’ailleurs, ces derniers se modernisent et sont plus faciles à prendre en main.

Je me souviens de l’époque où je recevais un coup de fil à minuit : « Hé, le truc qu’on a publié est planté, on fait quoi ? » Ce n’est plus comme ça aujourd’hui.

Nous, on travaille beaucoup avec Google Sheets [des feuilles de calcul qui contiennent les textes et nombres utilisés dans une infographie ou un mini-site, ndlr] pour gérer le contenu de nos productions, ça évite une complexité supplémentaire à gérer.

Beaucoup de gens avec qui je bosse viennent du service informatique, ils aiment travailler avec la rédaction sur des projets qui ont plus de sens pour eux que chercher à optimiser le chargement d’une partie du site.

Allez voir des gens avec des autocollants sur leur laptop qui parlent de trucs comme l’Open Knowledge Foundation [association militant pour la culture libre et l’open data, ndlr]. Je suis sérieux ! Allez dans les conventions, partez à la rencontre de ces univers.

« Si votre rédacteur en chef est enthousiaste, il trouvera un peu d’argent »

Si vous arrivez à enthousiasmer votre rédacteur en chef, ça marchera, il trouvera un peu d’argent coincé au fond d’un fauteuil pour prendre un freelance. Ensuite, cet enthousiasme se diffusera à l’ensemble de la rédaction, et puis vous avancerez pas à pas.

La chance que vous avez, c’est qu’il y a énormément de choses disponibles en open source : chaque ligne de code produite par Pro Publica [fondation américain finançant des investigations d’intérêt public, ndlr] ou encore les outils du Knightlab [laboratoire de la Knight Foundation, basée dans l’université Northwestern, ndlr].

[…]

Aron Pilhofer. Je ne connais pas la taille du marché du travail pour les licornes… Mais on ne leur demande pas que de faire des petits graphiques, l’idée c’est d’innover avec eux, d’affronter les évolutions en cours, y compris du point de vue du business model.

Je sais cependant que ce marché est infiniment plus grand qu’il y a dix ans,et qu’il va continuer à grandir très vite. Aujourd’hui, je serais incapable nommer toutes les équipes qui travaillent comme nous aux Etats-Unis, alors qu’à l’époque, on les comptait sur les doigts d’une seule main.

[…]

Aron Pilhofer. Mon obsession du moment, c’est de donner une meilleure visibilité aux contenus que nous produisons

Quand on travaille longtemps sur un projet, on est déçus si l’équipe chargée de composer la page d’accueil ne l’aime pas trop et le vire rapidement. Dès le début du projet, il faut se poser la question : « Est-ce que nos lecteurs vont aimer ? Est-ce que les éditeurs de la page d’accueil vont le mettre en valeur ? » Si la réponse est « peut-être », alors il y a un problème.

Il faut aussi se focaliser sur les autres accès possibles au contenu. Par exemple, notre équipe chargée des réseaux sociaux nous a fait refaire entièrement le sondage qu’on publie chaque année avant les Oscars. D’un année sur l’autre, l’audience s’est retrouvée décuplée ! Même chose quand on l’a rendu accessible sur les mobiles.

« Même un journaliste old school peut s’enthousiasmer pour une datavisualisation »

Il faut que tout le monde monte à bord, que ça fasse partie du traitement global de l’actualité proposé par le média, et que ce ne soit pas la dernière roue du carrosse. Sinon, c’est mort.

Mais on se rend compte que même un journaliste plutôt old school peut s’enthousiasmer pour ces nouvelles façons de raconter des histoires.

[…]

John Crowley. On s’est donné le principe de demander aussi souvent que possible à nos lecteurs si nous avons raté quelque chose sur un sujet donné. C’est devenu un réflexe.

[…]

Aron Pilhofer. On fait énormément de tests, on travaille sur l’expérience utilisateur, on organise des focus groupes, on lance des enquêtes.

Traiter une élection, on pourrait croire que les journalistes savent déjà faire. Pourtant, nos tests montrent que ce n’est pas le cas.

Mais le journalisme reste peu adapté à un travail par itérations, on peut le faire à la marge seulement. Ce qu’on fait est trop périssable, ce n’est pas comme un produit qu’on fait évoluer peu à peu dans le temps.

[…]

Jacqui Maher.  C’est vrai que c’est important de mesurer la réponse des utilisateurs, c’est une habitude que j’ai prise dans les start ups. Mais est-ce que ça veut dire qu’il faut abandonner un sujet s’il est peu lu ? C’est une question compliquée.

Aron Pilhofer.  Il faut tester, tester et encore tester, même si ça ne vous garantit pas le succès : vous allez vous planter au moins aussi souvent que vous allez réussir. L’idée c’est que votre boss ne le remarque pas trop.