Tous les articles par Yann Guégan

Ces livres plus chers en version électronique que sur papier

Un eBook ouvert sur un iPhone (Jonas Tana/Flickr/CC-BY-NC-DR)
Un eBook ouvert sur un iPhone (Jonas Tana/Flickr/CC-BY-NC-DR)

Ça coûte combien, une série de 0 et de 1 ? C’est la vertigineuse question à laquelle se confrontent les éditeurs quand il faut fixer le prix de la version électronique d’un de leurs livres.

Et la réponse varie beaucoup d’un titre à l’autre, comme le montre un échantillon d’une cinquantaine de romans et essais, choisi parmi les plus vendus ou signés des auteurs les plus connus.

Pour chacun, j’ai relevé le prix de l’édition originale, celui de l’édition poche et celui des versions iBook d’Apple ou Kindle d’Amazon (données disponibles au format CSV).

A ma grande surprise, l’ebook est dans la plupart des cas plus cher que la version poche.

Le surcoût atteint même 10,90 € pour Boomerang, de Tatiana de Rosnay (éd. Héloïse d’Ormesson) – 17,99 € en version électronique, 7,10 € au Livre de poche (+150%).

De même, Apocalypse Bébé, de Virginie Despentes (éd. Grasset), vous coûtera 13,99 € si vous souhaitez le lire sur votre Kindle, contre 7,10 € seulement si vous voulez feuilleter les 380 pages de la version Livre de poche (+97%).

Ce décalage m’a étonné : d’un côté, un fichier numérique dont la reproduction ne coûte rien ; de l’autre, un objet physique fait de papier et d’encre et qu’il faut acheminer jusqu’au lecteur.

Sans compter que proposer un prix bas pour les ebooks les rend plus accessibles aux lecteurs les plus fauchés, et pourrait éviter de voir certains se tourner avec le piratage.

Si on compare le prix de l’édition originale et celui de l’ebook, le second est toujours moins élevé, mais la décote est très variable selon les titres : de -17% à -68% (-41% en moyenne).

Parmi les auteurs dont les ebooks sont vendus à prix cassés, on trouve paradoxalement Frédéric Beigbeder, un farouche opposant du livre électronique – c’est la fin « des librairies, des maisons d’édition, des suppléments littéraires dans les journaux et peut-être la fin de la critique littéraire », déclarait-il sur Europe 1 en 2011.

Son Oona & Salinger est vendu 7,10 € en poche mais seulement 6,49 € chez Apple et Amazon, soit une remise de 9%, la plus élevée de mon échantillon. Et pour Windows on the World, l’ebook est « seulement » 39 centimes plus cher que le poche (7,99 € au lieu de 7,60 €, soit +5%).

J’ai donc contacté les maisons d’édition concernées pour mieux comprendre comment ces prix étaient fixés.

La réponse de Fallois m’a beaucoup surpris : si La Vérité sur l’affaire Harry Québert, best-seller surprise de Joël Dicker, coûte 11,99 € en version électronique (contre 9,20 € en poche, soit +30%), c’est pour éviter qu’elle se vende trop bien, m’explique en substance Philippine Cruse :

« Nous voulons soutenir le livre papier. Si vous mettez un prix trop bas pour les ebooks, les gens ne vont acheter que du numérique et vous allez faire mourir les libraires. »

Si le sort des librairies est en jeu, pourquoi ne pas aller plus loin et retirer la version ebook de la vente ? Parce que l’époque est au compromis :  « On est obligés de jongler, c’est une période un peu difficile », reconnaît-elle.

Chez Viviane Hamy, qui vend Coule la Seine de Fred Vargas à 9,99 € en ebook alors qu’il coûte 4,30 € en poche (+132%), Maylis Vauterin a bien voulu détailler la politique tarifaire pratiquée.

Quand le livre est une nouveauté, la décote sera de  « 30% au minimum », mais le prix pourra même être descendu à 9,99 € dans le cadre d’une offre de lancement si  « le potentiel d’un titre est particulièrement fort pour les lecteurs qui lisent en numérique ».

Pour les livres  « de fond », le prix est  « de 9,99 € pour la collection policière et 6,99 € pour la collection bis », hors périodes et offres de promotion.

Et c’est justement pour pouvoir proposer des promos que le prix de Coule la Seine et des autres romans de cet éditeur est maintenu plus cher que la version poche :

« Je ne connais pas d’autres mécanismes pour mettre en avant nos livres (dans la masse de livres disponibles, en étant un éditeur indépendant face à des groupes) que de participer à des opérations de baisse de prix.

En pratiquant un prix normal de 9,99 €, j’ai ainsi la possibilité de les proposer à 4,99 € en négociant de beaux focus sur notre production. »

Vauterin reconnaît qu’elle « tâtonne » pour  « trouver un modèle éditorial » permettant de maintenir en ligne le délicat équilibre entre  « best-sellers et découvertes de talents, forcément déficitaires au plan économique ».

Mais s’il est virtuel, un livre électronique engendre des coûts bien réels pour l’éditeur, ajoute-t-elle. Les revendeurs (Apple, Amazon…) gardent 40% du prix payé par l’acheteur. L’éditeur a choisi de verser des droits d’auteurs plus élevés que pour le papier. Et puis il faut prendre en compte  « l’interface vers les plate-formes et la gestion des métadonnées, qui supposent de gros investissements ». Sans oublier la réalisation des fichiers epub eux-mêmes.

Elle se défend en tout cas de toute hostilité envers ces nouveaux supports :

« Le numérique est une part importante de la vie de notre catalogue. Nous avons investi afin de rendre disponible près de 80% de notre catalogue en numérique, y compris des ouvrages qui vendent de très petites quantités. »

Et pour vous, quel est le bon prix pour un livre électronique ? Le débat est ouvert dans les commentaires !

J’ai fait faire mon logo au Bangladesh pour 5 euros

Il y a quelque temps, je suis tombé sur un entrepreneur français qui partait s’installer en Amérique latine ouvrir des boulangeries-pâtisseries à la française. Il m’avait raconté ses galères et ses bons plans, et montré le logo (plutôt joli) qu’il allait faire imprimer sur ses cartons à gâteaux :

« Je l’ai fait faire en Chine, ça m’a coûté 5 dollars ! En France, ça te coûte des centaines d’euros pour la même chose. »

Je m’étais promis de tester les sites proposant ce genre d’offres un jour, curieux de savoir quel genre de visuel on pouvait obtenir à un tarif si bas. J’ai alors découvert qu’un designer basé au Japon, Sacha Greif, avait déjà réalisé cette expérience et l’avait racontée sur Medium.

Mais le récent conflit entre UberPop et les chauffeurs de taxis m’a incité à passer commande à mon tour. Je me demandais si, comme beaucoup de professions, les graphistes et maquettistes français avaient des soucis à se faire, avec la concurrence d’amateurs et de professionnels du monde entier désormais disponible en quelques clics, grâce à Internet et son « économie du partage ».

Fiverr, pour trouver un freelance pas cher

Comme Greif, je suis passé par Fiverr, qui permet de trouver des freelance pour des travaux de graphisme, mais aussi de traduction, de programmation, de création musicale…

L’interface est simple et efficace, et plutôt que de chercher parmi les portfolios de tous les designers disponibles, j’ai vite choisi de proposer une tâche (un « gig  ») en décrivant sommairement ma demande — le nombre de caractères étant limité, je n’ai pu en dire beaucoup sur mon activité :

« J’ai besoin d’un logo pour mon entreprise. Je suis un consultant et un formateur, je travaille dans le secteur des médias et de la communication. Le nom de mon entreprise est “Dans mon labo”. »

Le texte de l'offre publiée sur Fiverr
Le texte de l’offre publiée sur Fiverr

Une fois l’offre postée, il ne vaut mieux pas trop s’éloigner de son ordinateur : en près de deux heures, j’ai reçu près de 27 offres de services, la plupart au prix plancher, 5$.

Un peu perdu dans cette liste, j’ai finalement décidé de passer trois commandes, pour un prix de 5 $, 15 $ et 55 $. Il faut y ajouter 5% de commission pour le site et puis des frais bancaires : au final j’ai donc payé à peu près 5 €, 15 € et 55 € .

Une fois le paiement par carte bleue effectué, les enchérisseurs sont informés et se mettent au travail — mais ils ne sont payés qu’après que le commanditaire a validé le produit fini.

1. Le logo à 55 dollars, créé en Israël

Dans sa présentation, la designer israélienne que j’ai sélectionné explique avoir douze ans d’expérience dans la réalisation de logos, d’animations et de posters.

Elle garantit, comme Lorie, une  « positive attitude  » dans ces échanges avec les clients — effectivement, de multiples smileys et points d’exclamation émailleront ses messages.

Peu de temps après ma commande, elle me demande « le nom de mon entreprise » et « un petit mot de description ». Mais elle n’attendra pas finalement ma réponse pour livrer la commande dans un ZIP contenant neuf fichiers : trois visuels en trois versions (JPEG, PNG et une sorte de version « extrudée » du plus bel effet).

La première proposition fait un peu penser à l’enseigne d’un LaserGame :

Le premier logo de la designer israélienne
Le premier logo de la designer israélienne

La deuxième est ma préférée, je suis à deux doigts d’acheter le même chapeau pour les visites chez mes clients :

Le deuxième logo de la designer israélienne
Le deuxième logo de la designer israélienne

La dernière piste est très ensoleillée et donne envie de gober plein de comprimés de vitamine C  :

2
Le troisième logo de la designer israélienne

Dans son message, elle promettait « une surprise » si je validais son travail (ce qui déclenche le versement de la somme due) et lui  donnais la note maximale (5 étoiles) à son travail — ce que j’ai fait, comme pour les deux autres designers. Mais je n’ai jamais rien reçu.

2. Le logo à 15 dollars, créé au Pakistan

« Le rôle d’un design, c’est de présenter votre message au monde. Un bon design le fait aussi simplement et joliment que possible. » C’est  ainsi que se présente le designer pakistanais que j’avais choisi.

Il m’a d’abord envoyé une liste de questions : une description de mon activité, les textes à inclure avec le logo, des couleurs à privilégier… Quelques heures après avoir reçu mes réponses, il m’a envoyé deux visuels.

La première proposition, avec sa plume Sergent-Major, a un charme désuet.

Le premier logo du designer pakistanais.
Le premier logo du designer pakistanais.

Quant à sa deuxième création, je pense l’utiliser en quatrième de couverture de mon premier recueil de poésie.

 

Le deuxième logo du designer pakistanais.
Le deuxième logo du designer pakistanais.

3. Le logo à 5 dollars, créé au Bangladesh

Sur Fiverr, le designer bengali que j’ai sélectionné explique avoir sept ans d’expérience et avoir réalisé « une grande variété de travaux complexes pour des clients de tout type », qui ont tous été « heureux et satisfaits » du travail réalisé.

Les échanges ont été plus compliqués. Après m’avoir lui aussi demandé plus d’informations, il a vite voulu être payé davantage :

« Si vous souhaitez un logo de qualité et original, alors il faut payer au minimum 20 dollars, ce qui correspond à quatre commandes comme celle-ci. Merci donc de passer trois autres commandes. »

J’ai refusé, expliquant que j’avais juste besoin d’un logo. Il m’a relancé :

« Passez-moi juste une autre commande. Je vais faire de mon mieux pour vous, parce que je veux qu’on continue à faire des affaires ensemble. »

Je n’ai pas répondu, et pourtant j’ai fini par recevoir le logo, le lendemain matin. Mais pas sous la forme d’un visuel utilisable, dans un montage photo.

Le montage photo envoyé par le designer bengali.
Le montage photo envoyé par le designer bengali.

Pour obtenir le visuel lui-même, il a fallu que je valide la commande et que je lui donne une note de cinq étoiles. J’ai ensuite reçu un fichier PNG minuscule.

logo_recadre
Le logo finalement envoyé par le designer bengali

Intrigué, je lui ai demandé une version plus grande ou dans un format vectoriel. Je n’ai jamais reçu de réponses.

Beaucoup de copies de logos existants

Le petit bonhomme utilisé par la designer israélienne.
Le petit bonhomme utilisé par la designer israélienne.

Lorsqu’il s’est livré au même exercice, Sacha Greif s’est rapidement rendu compte que les visuels qu’on lui livrait étaient en fait des copies ou des travaux dérivés d’images existantes, parfois récupérées dans une des grandes banques d’images qu’on trouve sur Internet.

C’est aussi le cas en ce qui me concerne : j’ai retrouvé rapidement le petit bonhomme de la créatrice israélienne, mais sans son chapeau. Il a été utilisé à multiples reprises sur le Web.

Même chose pour le groupe de personnages dont elle s’est servi pour sa première proposition.

Une profession pas simple à « uberiser »

« C’est le Lidl du logo », a commenté un ami directeur artistique à qui je parlais des tarifs pratiqués. Comme lui, je pense qu’un logo ne se résume pas à un joli dessin, mais qu’il doit traduire l’esprit d’une organisation, l’incarner dans le monde extérieur.

On peut ajouter que le travail réalisé par un professionnel inclut en général toute l’identité graphique (incluant, par exemple, le choix de couleurs et de typographies), pas seulement le visuel figurant en haut du papier à en-tête.

Au final, le graphisme me semble une profession difficile à « uberiser », en tout cas d’une façon aussi radicale que celle proposée Fivrr — même si ce secteur, comme bien d’autres, compte son lot de précaires qu’on cherche à payer toujours moins cher.

Le contexte de la marque et la relation directe avec le commanditaire  sont des variables trop importantes, sans oublier les codes culturel : par exemple, le stylo plume semble un bon moyen de symboliser le journalisme et les médias au Bangladesh et au Pakistan, ce qui n’est pas le cas en France.

On n’a pas les mêmes valeurs : le mariage gay sur les sites de Fox News et MSNBC

L’actualité de ces dernières heures est particulièrement chargée, entre les attaques de l’Etat islamique, le référendum annoncé en Grèce et la décision de la Cour suprême américaine de légaliser le mariage homosexuel.

Dans ces conditions, pas simple de choisir le sujet de couverture d’un quotidien ou l’ordre des sujets affichés en page d’accueil d’un site d’information.

Mais la « hiérarchie de l’info » chère aux journalistes ne dépend pas qu’à des critères objectifs, loin de là. L’importance qu’une rédaction accorde à un sujet dépend aussi de sa vision du monde, de ses priorités éditoriales et de ses valeurs.

Je me suis amusé à comparer les pages d’accueil des sites des chaînes américaines MSNBC (classée pro-démocrate, « libérale » au sens américain, à gauche donc) et Fox News (pro-républicain, conservateur, à droite donc). Les captures d’écran ont été prises ce samedi matin.

Les pages d'accueil de Fox News et de MSNBC ce samedi matin.

Vu l’importance du sujet, je m’attendais à ce qu’il occupe à peu près la même place sur les deux sites, mais on voit que Fox News préfère mettre en avant d’autres actualités (une forme de déni ?), surtout en haut de page d’accueil. De façon plus attendue, les titres choisis par les deux médias donnent clairement la couleur.

Titres de MSNBC.

  • L’Amérique ouvre un nouveau chapitre de son histoire
  • Les mots de la Cour suprême dans sa décision
  • Des émeutes à la célébration
  • L’avis d’une sénatrice gay sur « cette étape capitale »
  • La plus belle semaine de tous les temps pour le camp progressiste

Titres de Fox News, en haut de page :

  • « Une cour de justice n’est pas le législateur », explique le juge John Roberts, qui avait soutenu Obamacare
  • Vidéo : le mariage pour tous a gagné
  • Edito : la cour s’attaque à la vérité du mariage et dresse la foi contre la loi

Titres de Fox News, beaucoup plus bas dans la page, affichés seulement après avoir « scrollé » suffisamment :

  • Mariage gay : pourquoi la Cour suprême a tort.
  • Pourquoi les décisions de la Cour suprême sur Obamacare, le mariage gay, le droit de propriété… vont aider les Républicains à la présidentielle de 2016
  • Cour suprême : les couples de même sexe peuvent se marier dans les 50 Etats
  • Comment le mariage gay va affecter l’Amérique
  • Les avertissements du juge Roberts après la victoire du mariage gay
  • Ben & Jerry sortent une crème glacée spéciale après la victoire du mariage gay.
  • Les réactions des célébrités à la décision de la Cour suprême
  • Mike Huckabee s’en prend au jugement de la Cour suprême
  • Pour Ric Grenell, la décision sur mariage gay est une grande victoire pour les conservateurs.
  • Quel impact aura la décisions sur la course à la Maison-Blanche
  • Lea DeLaria sur l’impact de la décision de la Cour suprême

3 outils pour organiser le boulot d’une rédac’ web (enfin, essayer)

Image extraite du fim "Playtime” de Jacques Tati.
Image extraite du fim « Playtime” de Jacques Tati.

Avant, organiser le travail de sa rédaction, c’était simple. On accrochait les pages déjà envoyées à l’imprimeur sur un des murs, et quand ce mur était rempli, c’est qu’on pouvait aller boire un canon. Ailleurs, on listait simplement les sons ou les vidéos prêtes à être diffusés dans un conducteur, en notant leur durée et en faisant gaffe à ne pas empiéter sur l’émission qui vient après.

Et puis boum, le web est arrivé. La place est infinie, et désormais, le seul facteur limitant, c’est l’énergie des journalistes qui doivent publier les contenus. Et peu à peu, l’offre des sites d’actu s’est diversifiée, ne se limitant plus à la reprise de dépêches AFP plus ou moins enrichies.

Comment dès lors éviter le chaos et organiser le travail de son équipe, sachant que certains contenus peuvent être préparés en quelques minutes (voire en quelques secondes, s’agissant d’un tweet), quand d’autres vont prendre des jours voire des semaines ?

Le meilleur outil, c’est celui dont on se sert

Et comment s’assurer d’avoir un flux de copie assez nourri pour alimenter ces bêtes insatiables que sont les sites de flux, où l’internaute doit trouver du nouveau à se mettre sous la souris à chaque heure du jour ou de la nuit ?

Je liste ici trois outils qui peuvent vous être utiles, mais le plus intéressant sera sans doute vos propres méthodes et les témoignages que vous allez laisser dans les commentaires ci-dessous.

Gardez en tête aussi que le meilleur outil du monde, c’est celui dont on se sert. Donc si vous avez pour habitude de griffonner la liste des trucs en cours sur les dos d’une vieille enveloppe, et que tout le monde est heureux comme ça, vous n’avez sans doute pas besoin de lire la suite.

Et puis ne rêvez pas : ce n’est pas parce que vous leur mettez en place un système d’organisation que vos troupes vont spontanément s’en emparer — c’est l’effet « j’ai ouvert un Google Doc pour que tout le monde mette ses idées mais personne ne s’en sert ! »

Si vous souhaitez que le collectif adopte votre nouvel outil, c’est à d’abord à vous de vous en servir et de vous assurer qu’il soit à jour. C’est seulement au bout de quelques semaines à montrer l’exemple que vos collègues seront (peut-être) assez convaincus de l’utilité de votre « usine à gaz » qu’ils auront envie de monter à bord à leur tour.

1. Trello, de la liste des courses au projet complet

Exemple de tableau de bord Trello (cliquez pour agrandir).
Exemple de tableau de bord Trello (cliquez pour agrandir).

C’est un outil très simple à prendre en main et d’une grande plasticité : Trello peut vous servir à gérer votre liste de courses hebdomadaire comme à mener à bien un projet de nouvelle rubrique ou de refonte.

Le principe : sur un tableau de bord,  on liste toutes les tâches de l’équipe dans des colonnes qu’on peut nommer, déplacer et multiplier à volonté. Exemple sur l’image ci-dessous : sujets « possibles », « prêts à publier », « publiés » et « reportés ».

Le vrai plus de Trello, c’est qu’il fonctionne comme des poupées russes :

  • En cliquant sur une tâche principale, on peut y lister des tâches secondaires, ajouter des fichiers, des commentaires, un indicateur coloré…
  • On peut multiplier les tableaux de bord : par exemple un pour le service sports et un autre pour le service international, ou encore un pour les sujets à court terme et un autre pour les enquêtes à long terme.

2. Google Sheet, pour les amoureux des feuilles de calcul

Exemple de “backlog” réalisé avec Google Sheet.
Exemple de “backlog” réalisé avec Google Sheet.

Si vous êtes comme moi un amoureux du tableur en ligne Google Sheet, sachez que vous pouvez aussi l’utiliser comme un gestionnaire de projets, et qu’il se révèle, de façon surprenante, très efficace dans ce rôle — voir l’exemple d’un site d’étudiants en école de journalisme dont j’ai piloté le lancement, ci-dessus.

Dans ce cas, vous partagerez votre document avec tous les collaborateurs concernés, puis vous listerez un sujet par ligne de votre tableau (pensez à figer la ligne d’en-tête). Ensuite, vous aurez besoin des fonctionnalités suivantes :

  • Commentaire de cellule. Je l’ai découvert il y a peu : un fil de commentaires peut être créé pour chaque cellule d’une feuille. Les participants à cette conversation très ciblée reçoivent une notification par e-mail à chaque nouveau post.
    Clic droit sur la cellule -> « Insérer un commentaire » dans le menu contextuel
  • Mise en forme conditionnelle. Permet, par exemple, de passer une cellule sur fond rouge si le mot « important » est détecté à l’intérieur.
    Menu Format -> Mise en forme conditionnelle
  • Tri des données. Permet de changer l’ordre des lignes selon l’une des colonnes, par exemple pour afficher les sujets marqués « importants » en premier.
    Clic droit sur la lettre de la colonne concernée, puis « Trier de A à Z »
  • Vues filtrées. Permet, par exemple, uniquement les sujets pour lesquelles la colonne « état d’avancement » est « en cours » et la colonne « priorité » est « très important ».
    Menu Données -> Vues filtrées
  • Validation des données. Permet de forcer l’utilisateur à choisir le contenu d’une cellule entre plusieurs valeurs prédéterminées, et de créer un petit menu déroulant.
    Menu Données -> Validation
  • Protection de plages. Permet de verrouiller certaines feuilles, certaines colonnes ou certaines plages de cellules, afin d’éviter que des utilisateurs patauds ne mettent le bazar dans votre bel édifice.
    Menu Données -> Feuilles et plages protégées
  • Retour à la ligne dans le texte des cellules. Par défaut, le texte d’une cellule est tronqué s’il est trop long pour la taille de cette dernière (sauf si la cellule d’à côté et vide). Mais on peut prévoir un retour à la ligne automatique. Attention tout de même, dans ce cas, la hauteur totale de votre feuille à l’écran va avoir tendance à augmenter dangereusement, et vous perdrez le côté synthétique de l’outil.
    Icône « Activer le retour à la ligne automatique” de la barre d’outils
  • Et aussi… Vous pouvez exporter une feuille au format PDF, par exemple pour communiquer l’état d’avancement à votre chef ou à toute l’équipe par e-mail ; consulter l’historique des révisions voire revenir à une version antérieure en cas de plantade ; attribuer un identifiant unique à chaque ligne pour une meilleure traçabilité.

3. Basecamp, une belle interface pour des projets plus complexes

Capture d'écran d'une démo de Basecamp.
Capture d’écran d’une démo de Basecamp.

C’est un peu la Rolls des gestionnaires de projets : avec son design épuré et son interface aux petits oignons, Basecamp ne fait pas mal aux yeux quand on le charge et ne déroutera pas les moins agiles du clavier dans votre équipe.

Mais il n’est pas gratuit, et vous n’aurez peut-être pas besoin d’autant de fonctionnalités (calendrier, groupe d’utilisateurs, fonds de documents…) si vous ne publiez que trois articles par semaine.

Coté open source et gratuit, on peut citer Redmine, mais son interface chargée est davantage étudiée pour des développeurs, et elle risque de décourager le commun des mortels.

Voilà ! Maintenant c’est à vous de raconter vos expériences en termes d’outils et d’organisation du travail en général.

Je passe dans beaucoup de rédactions et je vois beaucoup de systèmes en place, mais souvent leurs utilisateurs n’ont pas l’air très satisfaits, je pense qu’un peu de partage d’expérience fera du bien à tout le monde.

Comment j’ai exploré plus de 500 chroniques de Bernard Guetta

La liste des chroniques de Bernard Guetta dans Google Sheet.
La liste des chroniques de Bernard Guetta dans Google Sheet.

Comme souvent pour les projets que je mène Dans mon labo, ma petite enquête autour des chroniques de Bernard Guetta sur France  Inter m’a amené à utiliser toute une panoplie d’outils. Je les passe rapidement en revue dans cet article, en espérant que ça vous aide pour vos propres travaux.

1. Récupérer le texte des chroniques avec Outwit Hub

Cette première étape a été rapide, la construction du site de France Inter le rendant très simple à « scraper ». Une page d’archives propose en effet des liens vers chacune des chroniques. Je l’ai chargée dans Outwit Hub puis ai demandé à ce dernier d’attraper toutes les URL concernés (elles contiennent toutes la chaîne de caractères « emission-geopolitique »).

Toujours dans Outwit Hub, j’ai ensuite mis au point un scraper pour extraire les éléments intéressants du code HTML de la page, à commencer par le texte. Vous pouvez télécharger cet extracteur (c’est un petit fichier XML) et l’importer dans Outwit Hub si vous souhaitez faire un travail similaire avec d’autres contenus publiés sur le site de France Inter.

2. Nettoyage des textes avec Open Refine

Les textes récupérés étaient globalement propres. Open Refine m’a cependant permis de supprimer de mon échantillon les chroniques du remplaçant de Bernard Guetta, Anthony Bellanger (classées dans la même rubrique sur le site de France Inter), ainsi que quelques entrées sans texte (correspondant à des pages vides sur le site).

J’ai également également pu retirer le code du lecteur vidéo Dailymotion parfois présent en haut des textes.

3. Décompte des pays dans Google Sheet

Une fois les données nettoyées, je les ai exportées au format CSV et importées dans le tableur Google Sheet. J’ai ajouté une feuille avec une liste des pays du monde compilée par Wikipedia.

Dans cette deuxième feuille, j’ai pu chercher, grâce à la fonction COUNTIF, les occurences de chaque pays dans la colonne concernée de la première feuille.

J’ai fait quelques tests et passé en revue la liste pour traiter quelques cas particuliers. Par exemple, pour la Birmanie, le mot Myanmar est parfois utilisé ; le Nigéria est parfois écrit « Nigeria » ; le mot Congo peut désigner deux pays, le Congo-Brazzaville ou le Congo-Kinshasa : le mot Hollande est un pays mais aussi un président français…

Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’il reste des erreurs après ce traitement, n’hésitez pas à me contacter si vous pensez en avoir décelé.

4. Croisement avec les données de la Banque mondiale

Un module complémentaire de Google Sheet m’a permis de traduire automatiquement les cellules contenant le nom du pays du français vers sa version anglaise.

J’ai récupéré la liste des codes ISO à trois caractères des pays du monde, et grâce à la fonction VLOOKUP, j’ai pu attribuer le bon code ISO à chaque pays de ma propre liste, non sans une série de corrections « à la main ».

Le tout est un peu fastidieux, mais quand cette manipulation fini, c’est magique : avec comme clé commune le code ISO, il devient facile de croiser un tel fichier avec des centaines d’autres disponibles sur le Web.

Le site de la Banque mondiale contient ainsi des séries de données sur beaucoup d’indicateurs : population, superficie, PIB… Et le tableau qu’on télécharge contient aussi le code ISO, la fonction VLOOKUP permet donc de faire le rapprochement automatiquement et sans risque d’erreur.

Exemple de nuage de points dans Google Sheet
Exemple de nuage de points dans Google Sheet

J’ai ensuite utiliser la fonction CORREL de Google Sheet pour chercher très facilement des corrélations (par exemple entre la population d’un pays et le nombre de fois où il est cité) d’une colonne de mon document à l’autre.

5. Réalisation de la carte avec TileMill

Je ne vais pas m’étendre sur cette partie du travail, d’autant que TileMill n’est plus maintenu — il est censé être remplacé par Mapbox Studio, logiciel que j’ai testé et que je n’aime pas trop.

je suis parti du shapefile contenant les délimitations de chaque pays (y compris les zones contestées, comme le Somaliland ou le Sahara occidental, ce qui peut être source de problèmes), et j’ai pu insérer dans le fichier DBF associé des colonnes contenant mes propres données — non sans mal.

L’avantage de TileMill, c’est qu’il permet de une configuration très précise de la carte, des couleurs avec lesquelles « colorier » les pays au design des info-bulles, en passant par le niveau de détails souhaité à chaque niveau de zoom.

L’inconvénient, c’est que tout ça prend beaucoup de temps, au point que je ne sais pas si je recommanderai un outil aussi sophistiqué pour un travail plus régulier au sein d’une rédaction.

J’ai l’impression qu’aucune solution de cartographie actuelle ne donne pleinement satisfaction quand on est plus un bricoleur qu’un développeur, mais vous avez peut-être de bons tuyaux à échanger dans les commentaires.

La carte créée dans TileMill s’exporte facilement dans un compte Mapbox, depuis lequel on récupère le code d’intégration, sous forme d’iframe et avec quelques options intéressantes, comme la désactivation du zoom via la molette de la souris.

6. Etude des textes avec le logiciel de lexicométrie TXM

C« était la partie la plus nouvelle pour moi dans ce processus : tester des outils de lexicométrie. Le sociologue Baptiste Coulmont, que je remercie au passage, m’a conseillé sur Twitter d’essayer TXM, logiciel prisé des chercheurs dans ce domaine.

J’ai dû passer par pas mal de tutoriels et de guides, pour apprendre par exemple à « étiqueter » un corpus de texte, afin de trier les mots entre adjectifs, adverbes, verbes… Au passage, j’ai appris des mots rigolos comme  « hapax » ou  « lemmatisation ».

Les fonctionnalités qui m’ont le plus bluffé sont l’affichage des concordances (les mots qui précèdent ou suivent chaque occurence d’un mot donné du texte) et celle des cooccurrences (les mots qui se retrouvent souvent au voisinage d’un mot donné du texte).

Mais si les possibilités de cet outils semblent passionnantes, je recommande pas mal de patience à ceux qui veulent s’y coller.

7. Réalisation des graphiques avec Datawrapper

Pas grand chose à signaler ici : j’ai préparé mes tableaux dans Google Sheet, je les ai copiés/collés dans Datawrapper et j’ai pu fignoler la présentation des graphiques que vous avez vus.

Précision : l’intégration d’un graphique sur son propre site requiert désormais la souscription à un abonnement payant, décision que lequel Mirko Lorenz a expliquée sur le blog de la société.

Voilà ! Il y avait sans doute bien plus simple pour arriver au même résultat, et je compte d’ailleurs sur vos conseils dans les commentaires ci-dessous.

Je ne peux publier le corpus sur lequel j’ai travaillé (ce serait une forme de reproduction sans autorisation des textes), mais vous pouvez télécharger une synthèse par pays ou bien me contacter pour obtenir l’ensemble de mes données.

Le monde selon Bernard Guetta : la carte de ses 500 chroniques

Ça se passe au moment où la tartine beurrée entre en contact avec le café brûlant. Un ronronnement s'échappe du poste de radio. Une voix familière qui chevrote un peu, un phrasé impeccable qui franchit les "premièrement", les "deuxièmement" et les "mais également" sans jamais trébucher. Le texte, lui, glisse sans cahot d'une conférence genevoise à une réunion du G7, en passant par Bruxelles et ses sommets de la dernière chance.

Une chronique quotidienne depuis 1991

Bernard Guetta, 64 ans, est "un majestueux monument à dômes et à coupoles [...] installé dans le paysage matinal", s'amusait Daniel Schneidermann. S'il le taquine, le fondateur d'Arrêt sur images voit aussi en lui l'un des rares journalistes qui "dans chaque événement microscopique cherchent par réflexe les racines profondes, les lointaines conséquences, bref la perspective".

Le chroniqueur a rejoint France Inter en 1991 après une carrière déjà longue et tient depuis la chronique Géopolitique chaque matin, du lundi au vendredi à 8h19. Ce passage obligé de la matinale est inscrit dans la routine des auditeurs, sur le mode "déjà Guetta, faut y aller, Matteo va être en retard à l'école".

Lire l'article

Les pays les plus cités dans la chronique Géopolitique de France Inter

0 1-10 10-50 50-100 100-200 +200
           

Cliquez ou tapotez sur un pays pour plus d'infos, double-cliquez ou pincez pour zoomer.

Mais à quoi ressemble la carte du monde que Guetta raconte à près de 4 millions de Français mal réveillés ?

C'est à cette question que j'ai tenté de répondre en analysant 520 chroniques publiées sur le site de France Inter entre août 2012 et mai 2015 -- pour ceux que ça intéresse, je reviens sur les outils utilisés dans un autre article de ce site.

Un tiers de plus que le Nouveau Testament

Près de trois saisons de chroniques pour un imposant corpus de plus de 300 000 mots (pour vous donner une idée, ça fait un tiers de plus que le Nouveau Testament), soit 1,6 million de signes ou encore plus de 1 000 feuillets.

La carte en haut de cette page montre le résultat de ses recherches (contactez-moi ou laissez un commentaire si vous avez remarqué une erreur ou une bizarrerie). Je les ai également rassemblées sous forme de classements.

En se promenant sur la planète de Bernard Guetta, on remarque bien sûr la domination des Etats-Unis, cités dans un près d'une chronique sur deux. Mais la Russie, le Proche-Orient et le Moyen-Orient sont aussi bien servis par le chroniqueur. Logique, vu l'actualité de ces trois dernières années en Ukraine, en Syrie et dans le reste du monde arabe.

Les pays émergents sont moins bien lotis : la Chine n'a été citée que 61 fois, et l'Inde (21 ) comme le Brésil (6) ne semblent guère passionner le chroniqueur.

Même relatif désintérêt pour l'Afrique, surtout si on met de côté les pays où la France est intervenue militairement (Libye, Mali, Centrafrique) -- le Nigéria, devenu pourtant la première économie d'Afrique n'est cité que sept fois. Ou pour l'ensemble Amérique latine, malgré les remuants dirigeants du Venezuela, de la Bolivie et de l'Equateur.

"Eclairer les événements, les hiérarchiser"

Loin des yeux, loin du cœur de Guetta ? L'Indonésie, malgré ses 250 millions d'habitants, n'est mentionnée qu'une seule fois, l'Australie et l'Afrique du Sud trois fois seulement.

A l'inverse, de petits pays sont l'objet d'une plus grande attention, comme le Liban, présent dans 35 chroniques, l'Arménie (7) et bien sûr le Vatican (7).

Devant ces chiffres parfois étonnants, Bernard Guetta m'explique qu'il n'est "pas un universitaire", qu'il n'a pas vocation "à passer en revue les plus de 200 pays présents l'ONU", mais qu'il entend, en bon journaliste, "éclairer les événements les plus marquants et les hiérarchiser".

Le chroniqueur explique ne pas chercher, au fil de ses interventions, un équilibre entre les différentes régions du monde. "C'est l'actualité qui commande", résume-t-il, ajoutant :

"Je vous mets en garde contre la tentation de tirer des conclusions basées seulement sur le nombre d'occurrences, pour moi ce n'est pas pertinent." 

Thaïlande, Maroc, Birmanie : rien

Mais ce qui m'a le plus surpris, ce sont les trous du gruyère : en effet, la liste des pays qui n'ont jamais cités en plus de 500 chroniques comprend quelques poids lourds.

C'est le cas de la Thaïlande, qui a pourtant connu, sur la période étudiée, une crise politique majeure débouchant sur une reprise en main du pays par l'armée. Mais aussi de la Birmanie, dont le régime donne des signes d'ouverture depuis la libération d'Aung San Suu Kyi en 2010.

Plus frappant encore, le cas du Maroc, où Guetta a pourtant passé une partie de sa jeunesse -- l'Algérie voisine est elle mentionnée 22 fois. Ces absences ne perturbent cependant pas l'intéressé :

"Tout dépend de la période que vous étudiez. Il n'était pas illogique que je n'aie pas parlé du Maroc ces derniers temps, il n'y avait pas d'actualité importante dans ce pays.

La brouille avec la France [après que le chef du contre-espionnage marocain Abdellatif Hammouchi a été convoqué par un juge français lors d'un voyage à Paris, ndlr] n'a pas duré très longtemps.

J'en aurais peut-être parlé si personne ne l'avait fait, mais j'ai considéré que ça ne faisait pas le poids, à ce moment-là, face à d'autres événements."

C'est la limite de mon petit travail : comme tous les journalistes, Guetta parle d'abord des pays dont on parle, ceux qui sont "dans l'actualité", aussi mouvante soit la définition qu'on donne à ce mot. Mais je reste convaincu que sur une si longue période et un si grand nombre de textes, mon exploration du "monde de Bernard Guetta" a malgré tout du sens.

Plus un pays est riche, plus il est cité

Si on met de côté l'actu, quel critère peut expliquer qu'un pays s'impose ou non sur cette drôle de mappemonde ? En croisant ces relevés avec les données de la Banque mondiale, j'ai cherché des corrélations. J'ai fait chou blanc avec la superficie, la population, le PIB par habitant ou le nombre de décès dans des conflits armés.

En revanche, plus un pays est globalement riche, et plus il a de chances d'être cité dans les chroniques de Guetta -- pour les matheux, le coefficient de corrélation est de 0,64.  Ce n'est pas illogique : une économie importante va souvent de pair avec des dépenses militaires significatives et une diplomatie plus active.

La liste des personnalités les plus citées réserve elle peu de surprises, même si on notera que Jacques Delors et Charles de Gaulle font de fréquentes apparitions -- le premier est plus souvent cité qu'Hugo Chavez.

Enfin, je me suis aussi intéressé au contexte dans lequel ces pays et ces personnalités étaient citées, grâce à un logiciel de "lexicométrie". J'ai cherché par exemple les adjectifs les qualifiant, notamment ceux qui peuvent dénoter un jugement de valeur voire un parti-pris (par exemple, "populiste" pour Chavez ou "intransigeant" pour Poutine).

L'Europe et le "divorce" des Européens

On peut voir ainsi que Guetta associe très souvent le mot "Europe" (et ses dérivés) au mot "divorce", dans des phrases comme : "Le divorce croissant entre les Européens et l’Europe menace jusqu’à l’idée même d’unité européenne." Européiste convaincu, il a fait activement (outrageusement pensent certains, comme Acrimed) campagne pour le oui au référendum sur le traité constitutionnel de 2005.

Mais ces quelques coup de sonde n'ont pas donné grand chose : les "cooccurrences" (soit les mots qu'on relève souvent au voisinage d'un autre dans le texte) détectées m'ont semblé assez neutres -- en y passant plus de temps, un spécialiste ferait peut-être davantage de trouvailles.

La preuve d'une prudence très diplomatique dans le choix des formulations ? Bernard Guetta explique en tout cas "sa très grande méfiance à l'égard de mots qui ne veulent plus rien dire, comme islamiste" : "Je préfère utiliser un langage plus précis, un mot qui décrit ce qui se passe."

Mis à jour le 8 mai à 8h20. Erreur d'unité dans le classement et la carte corrigée, merci à @florenchev de l'avoir signalée.

Mis à jour le 11 mai à 8h30. Erreur dans le nombre de citations d'Erdogan, merci à Sibel Fuchs de l'avoir signalée sur Facebook.

Illustration utilisée sur la page Facebook Dans mon labo d'après photo David Monniaux (CC BY-SA)

Commentaires sur les sites d’actu : bientôt le retour en grâce ?

Une figurine Lego au visage de troll (clement127/Flickr/CC-BY-NC-ND)
Une figurine Lego au visage de troll (clement127/Flickr/CC-BY-NC-ND)

Il y a un peu moins d’un an, j’avais raconté le coup de blues qui avait saisi les journalistes les plus impliqués dans la conversation avec les internautes et la mise en valeur de leur participation. C’était peu de temps avant de quitter Rue89, site réputé pour la qualité de ses commentaires et où j’ai longtemps officié comme community manager.

A l’époque, toute une série de sites d’information venaient d’annoncer la fermeture de l’espace dévolu aux commentaires : Popular Science, Reuters, le National Journal... C’est une certaine conception du journalisme web, plaçant l’internaute au centre du travail quotidien des rédactions, qui me semblait avoir perdu du terrain.

Mais au Festival de journalisme de Pérouse cette année, j’ai senti que le commentateur, si souvent réduit à sa dimension de troll malfaisant, pourrait bien connaître un retour en grâce au sein des rédactions web.

Le Coral Project : des « coms » taillés sur mesure pour les sites d’info

Les échanges lors du « panel » qui lui était consacré étaient en tout cas passionnants – il est disponible en intégralité sur YouTube. Je n’ai pas pu tout prendre en note comme je l’ai fait pour d’autres conférences, mais voici quelques extraits commentés qui peuvent vous intéresser.

« Aucun journaliste ou presque n’est content des commentaires publiés sur son site » : Greg Barber est bien conscient du malaise qui règne dans les rédactions à ce sujet. Mais le directeur des projets digitaux du Washington Post croit assez aux « coms » pour avoir lancé le Coral Project, qui associe son journal, le New York Times et la Knight Mozilla OpenNews.

Leur ambition ? Proposer un outil de publication et de gestion des commentaires open source que chaque média pourra utiliser sur son site – une sorte de Disqus, que j’utilise pour les commentaires de ce site, mais taillé sur mesure pour les besoins des sites d’information et modulable à souhait.

Plutôt que de « délocaliser » le débat et sa modération sur les réseaux sociaux, par exemple en intégrant le plugin Facebook Comments dans leurs pages ou en répondant aux questions et interpellations uniquement sur Twitter, les sites pourraient ainsi reprendre la main sur ces espaces.

Encore faut-il y croire, explique Barber :  

« Les médias passent parfois énormément de temps à travailler sur le contenu qui se trouve juste avant les commentaires, sans consacrer la moindre seconde aux commentaires eux-mêmes. Il faudrait que, par magie, il s’y passe des trucs super. Et après, ils sont très déçus quand ce n’est pas le cas. »

« Des commentaire hors sujet mais drôles ou brillants »

Pour Luca Sofri, fondateur et rédacteur en chef de Il Post, ceux qui vantent de façon démagogique l’intérêt du commentaire comme expression du peuple se trompent autant que ceux qui n’en ont qu’une vision apocalyptique.

C’est vrai, il y a parfois des pépites enfouies dans les fils de discussions : ainsi, les mensonges de Brian Williams, présentateur du JT de la chaîne américaine NBC, ont été mis au jour à partir d’un commentaire publié par un vétéran sur Facebook. « Il y a aussi ces commentaires hors sujet mais brillants, drôles ou bien écrits », plaide Sofri.

Mais ces contributions sont trop rares pour qu’on puisse espérer disposer d’un contenu de qualité de façon régulière, tandis que les coûts de gestion (modération, sélection, édition…) peuvent être élevés.

L’intérêt des commentaires réside davantage dans la relation qu’ils permettent d’entretenir avec le lecteur –  c’est même ce qu’il l’intéresse le plus : « C’est un endroit où ma marque peut se développer. »

Une bonne façon de valoriser une offre d’abonnement en ligne

Barber, lui, s’est intéressé aux nombreux lecteurs qui lisent régulièrement les commentaires sans en rédiger (les lurkers) : « On s’est aperçus que ce sont aussi les aux lecteurs les plus fidèles, ceux dont il faut s’occuper, ceux qui forment la véritable audience », celle qui ne vient pas juste pour voir un contenu viral avant de repartir à jamais.

Selon moi, c’est peut-être le meilleur argument pour réhabiliter les commentaires et y consacrer de nouveau des moyens financiers, du temps et de l’énergie. Beaucoup de sites d’actu misent en effet sur des offres sur abonnement, ce qui les oblige à se différencier davantage de la concurrence – plutôt que de publier la même chose au même moment. Impliquer davantage le lecteur en acceptant de converser avec lui est un bon moyen d’y arriver.

Plus largement, c’est en changeant de perspective qu’on réhabilitera (peut-être) cet espace de participation. « Il faut le voir comme un univers en soi, et pas juste un bonus à l’article qui se trouve au-dessus », décrit Sofri.

En arrêtant de « réagir comme des snobs » et en se mettant à la place du commentateur, on comprend mieux ses réactions parfois brutales, plaide-t-il. « Quand un délinquant va en prison, on l’aide bien à se réinsérer. En revanche, un troll, on le bannit à jamais, on ne cherche jamais à le rééduquer. »

Même chose quand on supprime un commentaire jugé débile ou sans intérêt : de l’autre côté de l’écran, « il y a une personne qui a fait un effort de rédiger quelque chose, peut-être qu’il faut davantage respecter cet effort ».   

En faire un espace autogéré par les commentateurs eux-mêmes ?

Se livrant à un petit examen de conscience, il s’est rendu compte que « les articles sur les sujets plus polémiques, ceux ou on peut être tenté de fermer les commentaires, sont aussi ceux ou j’aurais le plus envie de lire des commentaires, là où ils sont les plus utiles ».

Il va même plus loin :

« Personne ne s’est risqué à faire des commentaires un espace autogéré par les utilisateurs eux-mêmes. Pourtant, ce serait une expérience intéressante. Je pense qu’on peut choisir des responsables pour organiser la communauté. Bon, c’est vrai qu’au bout d’un mois à ce poste, ils seraient peut être découragés… »

Pour Chris Hamilton, social media editor à la BBC, les journalistes n’échapperont de toute façon pas à la conversation avec les lecteurs :

« Ça fait partie du travail, désormais, même si ça ne se résume pas aux commentaires, ça peut passer par d’autres formes d’“engagement”. Mais c’est ce qui permet de bâtir une communauté. »

« D’accord, il y a les dérapages et les trolls, mais les éditeurs de presse font preuve d’une forme de résilience », estime enfin Greg Barber, qui a remarqué que le Sacramento Bee, le Las Vegas Review-Journal et le Kyiv Post ont tout trois décidé de rouvrir leur section commentaires après l’avoir fermée.

(Merci à Cédric Rouquette, de Creafeed, pour ces commentaires pendant la rédaction de ce texte.)

5 outils qui vont vous aider à sortir le scoop de l’année

Dustin Hoffman et Robert Redford dans « Les Hommes du président »
Dustin Hoffman et Robert Redford dans « Les Hommes du président »

Imaginez la scène. Un homme vous a contacté et donné rendez-vous au dernier sous-sol d’un parking mal éclairé. En jetant des regards par dessus son épaule, les doigts tremblants, il vous confie un gros disque dur, en expliquant qu’il y a là-dedans des documents explosifs pour la multinationale dans laquelle il travaille. Puis il disparaît sans demander son reste.

Vous voilà en possession de données qui seront, peut-être, à l’origine du scoop de votre carrière. Tout journaliste web a rêvé de vivre un tel moment — d’ailleurs, Edward, si jamais tu passes par ici, sache que j’ai une clé PGP, moi, pas comme cet étourdi de Glenn Greenwald.

Problème : « Il est rare qu’un lanceur d’alertes se pointe après avoir rassemblé toutes les informations utiles aux journalistes dans un texte de quinze pages », a rappelé le spécialiste en datajournalisme Friedrich Lindenberg lors de son intervention au Festival de journalisme de Pérouse la semaine dernière.

C’est plus probablement dans un fatras de milliers de documents au format PDF, Excel, Word, Powerpoint et leurs équivalents qu’il va vous falloir fouiller, si vous voulez y dénicher l’information exclusive qui vous vaudra la gloire.

Heureusement, de plus en plus d’outils existent pour vous aider dans ce genre de situations, souvent mis au point pour les journalistes à l’occasion des précédentes fuites de grande ampleur. Lindenberg en a décrit six, que voici :

  • DocumentCloud pour héberger les données et gérer leur accès
Capture d'écran du site de de DocumentCloud.
Capture d’écran du site de de DocumentCloud.

Plutôt que naviguer à l’aveugle dans le disque dur qu’on vous a refilé, avec le gestionnaire de fichiers de Windows ou de Mac OS, DocumentCloud permet de stocker l’ensemble des documents, de les parcourir plus confortablement, de les annoter et même de les intégrer ensuite à vos articles.

Comme vous risquez d’avoir besoin d’aide dans vos démarches, vous pourrez aussi donner accès à vos précieux fichiers à d’autres utilisateurs ou groupes d’utilisateurs, en gérant finement les autorisations des uns et des autres.

Pour créer votre compte sur ce service, il vous faudra cependant demander un accès à l’équipe qui a fondé ce service, en présentant votre projet. Une fois installé, DocumentCloud peut aussi servir à centraliser les documents utilisés par toute votre rédaction, et peut-être opérer des rapprochements entre deux enquêtes séparées.

Attention quand même : si vos documents sont vraiment explosifs, du genre à faire sauter la République, vous éviterez d’utiliser ce service directement en ligne, mais vous l’installerez plutôt « en local », soit sur votre ordinateur seulement — sachant que dans un cas pareil, bien d’autres précautions s’imposent.

  • Overview pour faire parler les gros ensembles de documents
Capture d'écran du site d'Overview.
Capture d’écran du site d’Overview.

L’outil a été mis au point à l’origine par l’agence AP et la Knight Foundation pour explorer les documents de l’armée américaine sur la guerre en Afghanistan diffusés par Wikileaks.

Ses algorithmes opèrent des rapprochements entre les concepts qu’il a détecté dans les millions de fichiers que vous lui avez fait avaler (jusqu’aux sons au format MP3), en créant des liens entre ces différents clusters. Pour explorer les e-mails piratés de Sony, Overview se révèle ainsi beaucoup plus efficace que l’outil mis en ligne par le site de Julian Assange.

Il permet aussi de taguer vos recherches pour les retrouver plus facilement, et propose plusieurs modes de visualisation.  « L’équipe qui s’en occupe est très intéressée par les nouveaux outils d’analyse et les nouveaux challenges, explique Lindenberg. Ils vous aideront dans vos recherches, et peuvent améliorer une fonctionnalité en quelques heures seulement. » Overview peut aussi être installé en local.

  • Crowdata pour que les internautes vous aident dans votre quête
Capture d'écran du site de Vozdata.
Capture d’écran du site de Vozdata.

Après avoir passé vos week-ends et vos nuits à chercher la pièce maîtresse perdue dans le gros tas d’octets qu’on vous a mis sur les bras, vous avez un coup de mou ? Il est temps de demander à Internet de vous venir en aide.

Crowdata est l’outil qui a servi au quotidien argentin La Nacion à lancer Vozdata, une opération de crowdsourcing pour laquelle chaque internaute était invité à examiner un des 6 500 documents comptables fournis par les sénateurs afin y chercher d’éventuelles irrégularités. Inventeur de cet exercice de transparence, le Guardian le reproduit chaque année pour les notes de frais des députés britanniques.

Crowdata peut se brancher directement sur DocumentCloud, pour vous faciliter encore la tâche. Mais vous aurez sans doute besoin de l’aide d’un développeur pour l’installer, et faire de tous vos lecteurs deds enquêteurs en pantoufles.

  • Tabula  pour extraire des tableaux dans des documents PDF
Capture d'écran du site de Tabula.
Capture d’écran du site de Tabula.

Souvent utilisé pour la diffusion d’études ou de rapports, le PDF est un format qui empoisonne la vie des datajournalistes, parce qu’il n’est pas vraiment conçu pour qu’on puisse réutiliser les divers éléments composant un document.

Avec Tabula, il suffit de sélectionner le tableau qui vous intéresse pour les lignes et les colonnes et les manipuler dans un tableur. Selon Lindenberg, Tabula est l’une des meilleures solutions pour cette tache, mais elle n’est pas parfaite : des décalages entre les colonnes peuvent apparaître et corrompre votre série de données.

C’est pour ça qu’il teste souvent plusieurs outils pour un même tableau, avant d’opter pour celui qui s’en sort le mieux (selon mon expérience, Adobe Acrobat fait ça plutôt bien, mais il est payant).

  • Aleph pour croiser vos données avec d’autres sources
Capture d'écran du site d'Aleph.
Capture d’écran du site d’Aleph.

Pour tirer cette affaire au clair, vous aurez peut-être besoin de croiser vos précieux fichiers avec d’autres sources existantes. C’est ce que propose Aleph, outil encore expérimental mais avec lequel vous pouvez jouer pour chercher si la personnalité ou l’entreprise sur laquelle vous travaillez apparaît ailleurs, grâce à des représentations graphiques.

Utiliser davantage le recoupement avec des bases déjà en lignes, c’est devenu « la croisade personnelle » de Lindenberg :

« Il faut que les journalistes d’investigation acceptent de dire à des gens comme moi qui sont les personnes ou entreprises qui les intéressent, cette information restant confidentielle, bien sûr.

Dès que j’ai cette liste, je peux mener des recherches dans une grande quantité de documents déjà publiés, et activer des notifications dès qu’une nouvelle correspondance est trouvé. Mais les journalistes ne lâchent pas facilement ce genre d’info, il faut encore que je trouve un moyen de les convaincre. »

6 phrases sur l’avenir du journalisme pour briller dans les dîners

Je ne parles pas forcément du futur du journalisme, mais quand je le fais, c'est avec des citations trouvées Dans mon labo.
Je ne parle pas souvent du futur du journalisme, mais quand je le fais, c’est avec des citations trouvées Dans mon labo.

Vous n’étiez pas au Festival international de journalisme de Pérouse la semaine dernière, et vous avez bien fait. Il y avait beaucoup trop de conférences intéressantes en même temps, ça rend le choix impossible et on finit la journée avec un super mal de crâne, après avoir subi un tel flot de bonnes idées, de conseils utiles et d’expériences passionnantes.

Et puis c’est totalement gratuit, alors les salles sont bondées, remplies d’étudiants en journalisme et d’activistes sans le sou, merci bien. Quant aux intervenants, c’est bien simple : ils répondent aux  questions, débattent avec le public, sont ouverts aux critiques et accessibles même le soir, au restaurant. Tant de démagogie, c’est fatiguant.

Enfin, j’ai pensé à vous et j’ai fait une petite compilation de phrases que vous pouvez ressortir dans les dîners entre journalistes, pour faire croire que vous y étiez.

1. « Tu sais, si tu chasses les clics, tu finis par publier des chatons »

Comme le blogueur Jeff Jarvis, auteur de cette formule pendant sa keynote, beaucoup d’intervenants ont rappelé que les médias devaient mieux choisir les statistiques à suivre pour bien développer leur site :

« Les métriques doivent être repensées. Les pages vues, les visiteurs uniques, le nombre de likes… tout ça, c’est du passé.

Avec Chartbeat, on peut mesurer le temps passé sur le site, et vendre aux annonceurs du temps d’affichage de leurs publicités [et non un nombre d’affichages, ndlr]. Ça va dans la bonne direction, mais ça aussi, je pense qu’on pourra le truquer.

Il faut aller vers des mesures plus qualitatives, pour savoir si ce que les journalistes font a vraiment de la valeur, comprendre ce qu’ils apportent à la vie des gens. Je ne sais pas comment on peut mesurer ça, mais il faut trouver. »

Même constat pour Stijn Debrouwere, spécialiste des statistiques des sites de médias, dont la conférence était pleine de bons conseils — je l’ai d’ailleurs retranscrite.

2. « Il faut casser les services et travailler en équipe »

D’accord, il y aura toujours des rédacteurs de génie et des enquêteurs hors pair qui bossent en solo, se contentant d’envoyer un fichier Word par e-mail une fois leur tâche terminée.

Mais pour tous les autres, être capable de bien travailler dans des équipes mêlant des métiers de plus en plus variés devient un impératif.

Aron Pilhofer a ainsi raconté qu’à son arrivée à la tête du numérique au Guardian, il s’est ainsi empressé de créer un pôle « Visuals », regroupant des compétences en photo, en illustration, en design, en multimedia… Une idée empruntée à la NPR, le réseau américain de radios publiques :

« Avant ça, ces métiers étaient plus ou moins dans des services séparés. Ça n’a pas de sens : quand vous montez un projet numérique, ça implique forcément du texte, des images, de la vidéo, des graphiques, des animations…

Vous ne devriez pas avoir à négocier entre les différents services pour former votre équipe. C’est quelque chose qui était vraiment difficile pour moi quand j’étais au New York Times et dans d’autres rédactions.

Ça oblige à mener des négociations dignes de pourparlers à ONU, en allant voir chaque responsable pour le convaincre de l’intérêt de votre idée. Ça prend un temps fou, ça se termine avec une réunion avec quarante personnes dans la pièce, et ce n’est pas comme ça qu’on fait du bon journalisme. »

Qu’ils le veuillent ou non, les médias ne sont plus seulement des fournisseurs de contenu, mais aussi des créateurs de technologie. Et seuls ceux qui peuvent monter rapidement des équipes pluridisciplinaires seront à même de mener des projets rédactionnels ambitieux sans les voir s’enliser.

3. « L’Afrique mérite mieux que le journalisme-hélicoptère »

Trouver des solutions africaines aux problèmes africains : l’adage vaut aussi pour les médias, à en croire le journaliste et poète Tolu Ogunlesi. Basé à Lagos, au Nigéria, il en a assez de voir des reporters de télés occidentales débarquer dans un pays pour couvrir une crise pendant quelques heures, avant de repartir pour toujours :

« J’appelle ça le “journalisme-hélicoptère”. Les médias locaux, eux, sont là sur la durée. Depuis quelques années, les journalistes africains ont gagné en confiance, assez pour raconter leur propre expérience. Les réseaux sociaux ont permis à leur voix de porter davantage.

Avant, CNN ou la BBC étaient les seuls à avoir les moyens de dominer la conversation mondiale, maintenant on a des chaines comme Channels au Nigeria qui a très bien traité les récentes élections.

Quand vous parlez de l’endroit dans lequel vous vivez, où se trouve votre maison, vous pouvez vous permettre d’aller plus loin, d’être plus nuancé. »

4. « Recruter un abonné pour son journal, ce n’est pas seulement lui prendre son argent »

Fini le temps où on pouvait faire signer un chèque ou un formulaire de prélèvement automatique à son lecteur et puis partir en courant, en espérant qu’il reste fidèle pour les dix ou vingt ans à venir. C’est ce qu’a rappelé Jeff Jarvis dans sa keynote :

« Les gens veulent désormais qu’il y ait une vraie collaboration entre leurs médias et eux. Un sentiment d’appartenance, un engagement à faire des choses ensemble. […]

Il faut trouver de nouvelles façons de contribuer, pas seulement en envoyant de l’argent, mais en faisant un effort, en proposant du contenu, de l’aide pour le marketing, des lignes de code, bref tout ce qui peut aider dans notre mission d’informer.

Et en retour, il faut trouver comment récompenser cette participation, et ça ne peut pas être seulement l’accès à un contenu. Ça peut être une invitation à un événement, mais aussi une forme de reconnaissance sociale.  »

Alors que beaucoup de sites d’actualité peinent à définir ou rendre attractives leurs offres d’abonnement, c’est peut-être cherchant des « membres actifs » ou des « soutiens » plutôt que de simples « abonnés » qu’ils réussiront. La méthode a en tout cas réussi pour Mediapart.

5. « Le nouveau datajournalisme, c’est le journalisme de capteurs »

On pourrait penser que les cigales sont toujours dans le coin, qu’il suffit de s’installer dehors pour l’apéro pour commencer à les entendre. Mais il en existe un genre particulier, la magicicada Brood II, qui ne débarque sur la côte est des Etats-Unis qu’une fois tous les dix-sept ans.

Pour prévoir le moment exact de son arrivée et ne pas la rater, l’émission Radiolab a lancé début 2013 le projet Cicada Tracker, et proposé aux internautes motivés d’assembler un boîtier électronique capable de mesurer la température à 20 centimètres sous la surface du sol, grâce à un capteur de température.

Des diodes lumineuses indiquent quand la température atteint 17,8 °C, soit juste avant le réveil des cigales mâles, qui rejoignent la surface et commencent à faire du boucan pour attirer les femelles. Les données étaient ensuite centralisées pour dresser des cartes nationales.

Si vous avez envie de tester ça dans votre garage afin de vous préparer pour la vague de 2030, le fabricant Arduino propose toute une gamme de supports qu’on branche à son ordinateur et sur lesquels se montent des capteurs de température, de son, de vent, d’humidité, d’accélération, de lumière, de proximité, de rythme cardiaque, de tension artérielle…

Tous ces produits (présentés par la creative technologist Linda Sandvik à Pérouse) sont loins d’être nouveaux mais, un peu comme les drones, ils ouvrent de nouveaux horizons aux journalistes et aux activistes bidouilleurs. Comme ces étudiants chinois qui ont fait voler des cerf-volants pour mesurer la pollution dans  le ciel chinois.

6. « Aujourd’hui, tu peux plus te contenter d’être un observateur, il faut t’engager »

Le journaliste est de moins en moins vu comme un pur esprit, observateur objectif de la marche du monde mais ne prenant jamais part aux événements qui le secouent.

Ce mythe-là a vécu, comme l’a prouvé la récente initiative du Guardian, qui veut faire pression sur la fondation Bill et Melinda Gates et d’autres fonds d’investissement afin qu’ils n’investissent plus dans les entreprises exploitant les énergies fossiles, afin de lutter contre le réchauffement climatique.

Une vraie libération pour Aron Pilhofer :

« Après vingt ans de journalisme, je m’étais toujours arrêté devant cette porte-là. On est là pour raconter ce qui se passe, ce qui ne va pas, ce qu’il faudrait faire, mais on ne s’empare pas d’un combat. Et ça, c’est vraiment frustrant à force.

Ce serait impossible de faire ça au New York Times, ils ne veulent vraiment pas aller vers un « journalisme de solutions. »

Beaucoup de projets reposent aussi sur la collaboration avec des organisations non gouvernementales (ONG) ou des groupes d’activistes, comme le lancement de la revue Alter-mondes, en France.

Pourquoi les sites d’actu se servent mal de leurs stats, et comment ça peut changer

La salle de contrôle des vols spatiaux de la Nasa en 2005 (Nasa).
La salle de contrôle des vols spatiaux de la Nasa en 2005 (Nasa).

Ça fait partie de ces conférences où l’on se surprend à applaudir et à encourager mentalement l’intervenant pendant son exposé, tant ce qu’il dit paraît pertinent.

Stijn Debrouwere, spécialiste des statistiques des sites de médias, parlait jeudi au Festival international de journalisme de Pérouse. Voici une retranscription que j’espère fidèle, mille excuses d’avance si j’ai déformé un propos ou raté une idée importante

Stijn Debouwere. Je travaille sur les statistiques des sites d’information depuis quatre à cinq ans, j’ai commencé dans des médias locaux (télévisions et quotidien), ensuite j’ai rejoint le service d’analyse des données du Guardian. Récemment, j’ai réalisé une mission pour le Tow Center  sur ces sujets.

J’ai pu voir des statistiques de beaucoup d’entreprises différentes, et je me suis aperçu que les mêmes problèmes apparaissent un peu partout.

Quand on parle des statistiques d’un site, bien souvent l’image mentale qui se forme est celle d’une salle de contrôle sophistiquée, comme celle de la Nasa à Houston, où chaque employé a plein de moniteurs différents.

Travailler de cette façon a bien marché pour la Nasa : dans le cas d’Apollo 13, c’est même ce qui a permis de ramener les astronautes sur Terre malgré les défaillances, grâce à toutes les données à disposition que les ingénieurs ont pu analyser pour déterminer la marche à suivre.

Ça peut aussi marcher dans des start-ups ou des entreprises centrées sur les nouvelles technologies, on voit qu’elles réussissent à lever des fonds ou réaliser un bon chiffre d’affaires en utilisant correctement les indicateurs dont elles disposent.

Mais ça ne marche pas aussi bien pour les médias. On voudrait des outils simples, objectifs et qui aident à la décision, et ce qu’on a bien souvent, c’est du « bruit », des fausses pistes et un miroir aux vanités.

Et quand on utilise mal les statistiques, ça peut avoir des conséquences néfastes, comme ces posts sur Facebook où on « optimise » les titres pour chasser les clics, avec des formules du type « vous n’allez pas croire ce qui arrive à ce chat après ça ».

Selon le consultant américain Peter Drucker, la meilleure façon de supprimer toute perception est d’inonder les sens avec des stimuli. Ça veut dire que les services que vous utilisez doivent être configurés pour vous donner uniquement l’information que vous souhaitez avoir. Sinon, vous ne pourrez rien faire.

Dans les rédactions aujourd’hui, les métriques se sont peu à peu accumulées : Google Analytics, Facebook Insights, Twitter Analytics… Ce sont de bons outils, mais on se retrouve avec des dizaines de tableaux de bord différents, tous mis à jour constamment.

Il faut se poser des questions de base. Pourquoi est-ce qu’on regarde des stats ? Parce qu’on veut pouvoir en tirer des conclusions. Mais en réalité, peu de rédactions sont capables de réagir immédiatement à une donnée, par exemple faire un article quand un sujet est en train de buzzer.

Je croise des journalistes très accros à Chartbeat [service de statistiques sur la fréquentation de son site mesurées en temps réel, ndlr], il faudrait leur passer sur le corps pour leur enlever ça. Mais quand je leur demande à quoi ça leur sert vraiment, ils ne savent pas trop quoi répondre.

Et vous avez sûrement déjà assisté à une réunion où quelqu’un débarque avec une grande idée, un changement à faire sur le site, en ayant au préalable sélectionné précisément LA donnée qui va dans son sens, en ignorant tout le reste.

Sans parler des biais qui peuvent se glisser. Il y a quelques années, YouTube a fait un gros effort pour optimiser les pages, et accélérer le chargement des vidéos. Quand ils ont mis ces changements en production, ils se sont rendus comptes que les métriques allaient dans le mauvais sens, qu’en fait le temps de chargement des vidéos avait tendance à augmenter.

C’est une donnée cruciale pour eux, donc ils avaient un vrai problème. En analysant davantage, ils se sont aperçus qu’ils avaient tellement bien travaillé que des internautes avec des connexions lentes ou de vieux ordinateurs s’étaient mis à regarder des vidéos, alors qu’avant ils ne pouvaient pas du tout le faire.

Et ce sont ces nouveaux utilisateurs qui faisaient plonger les statistiques, parce que les vidéos mettaient beaucoup de temps à se charger pour eux — mais au moins, ils pouvaient les voir. Les mêmes données qui les ont induits en erreur leur ont permis de comprendre vraiment ce qui se passait, en les examinant de plus près.

Sachant tout ça, qu’est-ce qu’on peut faire pour mieux travailler les statistiques ?

1. Avant de regarder vos statistiques, regardez votre site

D’abord, il faut garder en tête qu’il y a plein de changements possibles sans même avoir à les consulter, il suffit d’ouvrir les yeux.

On sait par exemple que les newsletters sont une façon de gagner du trafic et d’avoir des lecteurs plus fidèles. Regarder votre site : combien de temps vous faut-il pour vous inscrire à la newsletter ?

Même remarque pour le placement des boutons de partage des réseaux sociaux : est-ce qu’ils sont accessibles, est-ce qu’ils sont assez visibles ? Ce sont des choses très simples à corriger.

Un autre conseil que je donne, c’est d’avoir une check-list à remplir avant toute publication d’un contenu.

Je m’aperçois que dans beaucoup de sites, il y a toute une partie du contenu qui n’est jamais mis en avant nulle part, ni sur la page d’accueil, ni sur les réseaux sociaux. Il faut passer par une sous-sous-rubrique pour y accéder. Même leur auteur ne tweete pas un lien vers son article une fois publié !

Il faut avoir une stratégie interne pour chaque publication, par exemple programmer des tweets avec outils comme Buffer pour couvrir les différents fuseaux horaires. Vérifier que l’article comporte bien des liens externes et internes, c’est aussi important, et c’est le genre de choses qu’on peut mettre dans une check-list. Vous voyez, il y a zéro technologie en jeu ici, juste du bon sens.

2. Ne vous contentez pas des valeurs proposées par défaut

Ensuite, il faut mesurer les bonnes choses. Trop souvent, on se contente des métriques qui sont proposées par défaut. Si Google Analytics vous propose trois mesures quand on charge la page (par exemple « sessions », « utilisateurs » et « pages vue »), ça ne veut pas forcément dire que ce sont ces trois métriques-là que vous devez surveiller.

Au début, il était beaucoup question de pages vues, ensuite de « reach », après d’engagement. Je me souviens qu’un type a publié une tribune un jour sur Medium pour expliquer qu’il fallait vraiment regarder le temps passé sur le site, que c’était ça l’important.

Des clients ont commencé à m’appeler et à me dire qu’ils voulaient faire pareil, et je leur ai dit : « Vous allez vraiment changer complètement de stratégie, juste parce qu’un type a écrit ça sur Medium ? »

3. Regardez les ratios plutôt que les totaux

Il faut s’intéresser davantage aux ratios qu’aux valeurs absolues. Le nombre de pages vues, par exemple, ça ne m’intéresse pas forcément si je le prends isolément. En revanche, si je compare avec le nombre d’articles publiés dans la journée, ça peut devenir intéressant.

Si le nombre de pages vues aujourd’hui est le double de celui d’hier et que le nombre d’articles publiés a doublé aussi, ce n’est pas une bonne nouvelle, ça veut dire qu’on n’a pas amélioré la visibilité de chaque contenu. Regarder le nombre de pages vues par auteur, ça peut être bien aussi.

Des rédacteurs en chef me disent : « On ne publie pas beaucoup le week-end parce qu’on n’a pas beaucoup de visiteurs le week-end. » Mais en fait, c’est parce qu’ils publient peu le week-end qu’ils n’ont pas beaucoup de trafic le week-end — en tout cas, c’est une hypothèse que je ferais…

Si on regarde le nombre de pages vues par article, à chaque heure du jour ou bien pour chaque jour de la semaine, on peut sortir de ce type de problème d’œuf et de poule.

4. Suivez moins d’indicateurs mais suivez-les mieux

Il faut aussi réduire le nombre de métriques surveillées. Se concentrer sur la fidélité des lecteurs par exemple, c’est un bon réflexe, mais ça peut vous mettre dans des situations surprenantes. Mettons qu’un de vos articles devienne viral : ça va faire chuter vos indicateurs de  fidélité, parce que vous allez attirer soudain des gens qui ne viendront qu’une fois chez vous, pour un seul contenu.

Ce que je préfère observer, c’est l’évolution des frequent users, les lecteurs réguliers, une notion utilisée par les entreprises technologiques : par exemple, on regarde l’évolution de ceux qui ont passé au moins dix sessions dans les trois derniers jours. Et là, on se rend compte que c’est une courbe beaucoup plus stable, les pics de trafic sont gommés.

Quand Facebook s’est lancé, on ne pouvait s’y enregistrer qu’avec e-mail hébergé par une série d’universités américaines. Ça faisait donc très peu d’utilisateurs en valeur absolue. Mais les fondateurs ont senti qu’ils tenaient un service intéressant quand ils se sont aperçus que les gens restaient très longtemps quand ils venaient.

Dans les rédactions, on ne mesure pas assez la qualité des contenus. Une expérience simple à réaliser, c’est de demander aux journalistes de donner une note de 1 à 10 au contenu qu’il vient de publier. On peut demander aux lecteurs de le faire aussi. Au final, cette statistique obtenue de façon artisanale est aussi importante que les chiffres de Google Analytics.

5. Cherchez un bon compromis plutôt qu’un objectif isolé

Plutôt que des cibles ou des objectifs, il faut chercher des sweet spots, de bons compromis. « Surperformer » peut être aussi mauvais pour un site que « sous-performer ».

Mettons que vous vouliez absolument multiplier le nombre de contenus en ligne. Vous allez vous organiser pour que vos auteurs publient 50 articles chaque semaine. Votre trafic va augmenter, OK, ça peut sembler super. Mais la qualité de ce qui est produit va plonger, et si vous ne la mesurez pas, vous ne le saurez jamais.

Du coup on va plutôt se dire : peut-être qu’on peut réduire un peu la longueur des articles, ce qui nous permettrait d’en publier un peu plus, sans que le lecteur ne se sente lésé.

J’entends dire : « Notre objectif est d’attirer un million de visiteurs en plus en provenance des réseaux sociaux. » OK, mais quel effet ça va avoir sur les autres métriques ?

Sur le Web, on s’est vite aperçu qu’il n’y avait pas de corrélation entre la longueur d’un article et le nombre de visites qu’il reçoit. Ce n’est pas parce que le texte est plus long qu’il sera plus vu.

Du coup, certains ont dit : il faut faire court, pour faire plus de pages vues. D’accord, mais on en fait quoi ? La plupart des sites ont déjà trop d’inventaire, les campagnes publicitaires ne sont pas assez nombreuses pour remplir tous les emplacements.

Si vous ne le monétisez pas, ce trafic supplémentaire, c’est un trafic-poubelle : en vérité, vous n’en voulez pas ; ce que vous voulez, ce sont des lecteurs qui reviennent souvent.

Les statistiques doivent être au service d’un projet, ce ne sont pas des buts en soit.

Quand je parle à des gens des entreprises de technologie, ils se demandent comment utiliser leurs statistiques pour améliorer le service qu’ils rendent aux internautes ? Mais côté médias, la question qu’on me pose c’est : quelle est la statistique que je dois cibler ? Ils ne veulent pas faire grandir le site, le rendre meilleur. Juste faire monter des chiffres.

6. Faites des tests sur la durée avant de décider

Il ne faut pas hésiter à faire des expériences, comme celle des articles evergreen de Vox : ils ont pris des contenus forts publiés plusieurs mois avant, ils les ont mis à jour et republié. Et ils ont gagné beaucoup de pages vues, pour des contenus qui étaient enterrés dans les archives. Certains lecteurs les avaient ratés, d’autres les avaient oubliés, dans tous les cas ils étaient contents de les lire.

Slate aussi tente des choses : par exemple, ils demandent à leur rédacteur de faire du  trafic whoring pendant toute une journée ; chasser les clics avec un maximum de contenus très attractifs. En échange, ils vont avoir deux ou trois jours sans contraintes, pour creuser un sujet.

Même chose avec Quartz, et leur théorie sur les contenus de longueur moyenne, qu’il faut éviter de publier, pour privilégier les articles soit plus courts, soit plus longs [la Quartz curve, ndlr].

Il faut cependant laisser ces expériences vivre assez longtemps. Un seul article sur une nouvelle thématique ne suffit pas à savoir s’il faut lancer une nouvelle rubrique, pourtant je l’ai vu faire aussi.

D’abord parce que Google Analytics pratique l’échantillonnage : les calculs ne sont pas forcément fait sur l’ensemble des stats, mais sur un échantillon, pour que ça aille plus vite. Du coup un changement ponctuel aura moins d’impact.

Mais surtout parce qu’il y a un tas de facteurs extérieurs qui peuvent influer énormément, comme l’auteur de l’article ou l’heure de publication.

7. Montrez à vos journalistes des mesures qui ont du sens pour eux

Une bonne pratique, c’est aussi de proposer la bonne métrique à la bonne personne. Souvent, la frustration ressentie face aux statistiques vient du fait qu’on n’a pas vraiment de prise sur les chiffres qu’on vous donne.

Par exemple, améliorer la visibilité de l’abonnement à la newsletter, c’est un objectif intéressant pour designer, mais pas pour le journaliste, qui ne peut rien faire pour changer ça.

Pour un journaliste, savoir le nombre de visites que son article a fait, ça n’est pas très utile finalement, puisqu’il a déjà terminé son travail.

Même chose si vous mettez un grand panneau lumineux dans la rédaction avec des informations du type : « les pages vues ont baissé de 5% par rapport à hier ». Le journaliste va se dire : « OK, mais qu’est-ce que je peux y faire ‚à mon niveau ? » Au final, ça aura des effets néfastes sur sa motivation.

8. Analysez vous-même vos données

Quand vous regardez vos statistiques, sachez que le bouton « Exporter » est votre meilleur ami. Récupérer les données brutes et les analyse vous-mêmes dans un tableur de type Excel, ça va vous permettre de creuser davantage et de garder le plus pertinent.

Au final, les stats en temps réel ont leur intérêt, c’est cool à regarder, ça donne l’impression que vous êtes dans la salle de contrôle de la Nasa. Mais régler des petits problèmes sur le site, cocher des cases sur une check-list, c’est peut-être moins prestigieux, cependant c’est ça  qui fait la différence. Et pour les médias il y a de gros gains à faire avec un minimum d’efforts, dans certains cas il suffit de se baisser pour les ramasser.

L’économiste Robert Solow a décrit dans les années 70 un paradoxe : les entreprises disposaient d’ordinateurs, de tableurs (c’était nouveau à l’époque), mais pourtant la productivité ne s’est pas vraiment améliorée à cette période.

C’est un peu pareil pour les médias : les statistiques ont le potentiel de vraiment améliorer les choses, mais ce n’est pas le cas pour le moment. D’où l’intérêt d’écouter Peter Drucker, et d’arrêter de se laisser submerger par elles.

Mis à jour le 17/4 à 21h30. Quelques précisions et menus changements grâce aux retours du conférencier que j’ai reçus par e-mail. Une erreur corrigée : c’est YouTube et non Facebook qui a eu des stats surprenantes après avoir optimisé le chargement des vidéos.

Stijn Debrouwere a eu la gentillesse d’y ajouter une série de liens pour ceux qui souhaitent prolonger leur réflexion sur le sujet :